Think like a champion

nadal think like a champion

I meet and learn from Champions every day.

Not just in my office buildings, but everywhere I go.

I’ve learned that to be a champion you have to start thinking like a champion. Altering your habits, your mindset, is the first step towards true greatness.

Champions think differently than everyone else. They have a different approach of their life, their work, and their belief system enables them to get more exposure than the rest of the pack.

Here a few bullet points of what a true champion really is:

  1.  Champions expect to win: When a champion walks into a court, a field or a meeting, he reaches for the gold, no less. Anything but a win is seen as a failure or at least a surprise. His positive beliefs lead to positive actions and outcomes. Win the battle in your mind first and you’ll make sure the hearts and minds of your clients will be yours.
  2.  Champions celebrate the small wins: a victory, small or big, is a victory. Big successes happen through the compilation of many small victories. It motivates them to go further and further, it gives them the will to work harder, practice more and believe that they always can do greater things.
  3.  Champions don’t make excuses when they don’t win: a champion focuses on what he should improve, on what he can be better. If he didn’t win at times, a champion doesn’t blame others, he blames himself. A defeat is a lesson to grow on. As a result, a champion becomes stronger, wiser and better.
  4.  Champions focus on what they get to do, not what they have to do: not everything in life is a given. A champion has the ability to look at his own path and realize that he is gifted. But great accomplishments require commitment and meticulous processing. A champion accepts that some days can be harder than others, but in the end, he will come grown and more skilled than ever.
  5. Champions have faith: faith is always greater than fear. No matter the obstacles, no matter the doubts, champions always seek positive energy. How big the challenges are, their passion and purpose always triumph. A champion never looks back, he always sees what’s best for him in the future.

Being a champion is not something innate. You are not born a champion. If you don’t think you have what it takes to be one, think again. If you set your mind on the right objectives and put every mean in your basket, an incredible journey awaits you.

Champions are shaped and molded. And who ever said you couldn’t become one ?

La vie au travail

Bien-etre-travail-salaries-Stress, cancers, douleurs articulaires persistantes… Bien que le travail soit aujourd’hui une occasion d’épanouissement pour chacun, il peut aussi être la source de nouveaux risques d’atteinte à la santé et au bien-être. Ces risques sont difficiles à identifier et à prévenir car leurs causes sont multiples.

De nos jours, le travail devient de plus en plus intéressant, plus varié. Les salariés sont plus autonomes et ils en sont satisfaits s’ils bénéficient d’appui, de soutien et d’aide à la décision. Pour eux, la responsabilité et l’initiative vont de pair avec bien sûr le droit à l’erreur et des opportunités d’apprentissage, surtout dans des organisations  soumises à un rythme intensif d’innovation.

Mais le contenu du travail est aussi devenu plus éprouvant et prenant. Les salariés doivent faire face aux cumuls de contraintes temporelles, techniques et marchandes avec des chiffres des objectifs et des résultats quantifiables. Autant d’évolutions… qui doivent être accompagnées d’une réflexion et d’actions sur l’organisation du travail et le management.

Afin d’y  remédier et loin de s’opposer à la compétitivité des entreprises, il faut améliorer la qualité de vie au travail, il suffit pour cela d’installer une stratégie de développement de certaines qualités.

En effet, il me semble primordial de s’attarder à la qualité des relations sociales au travail et cela à travers la reconnaissance du travail du salarié (comme je l’ai expliqué lors d’un de mes anciens articles) mais aussi à travers le respect, l’écoute de l’autrui, la diffusion de l’information, le dialogue social et la participation aux décisions pour une implication totale dans le milieu professionnel.

Par la suite, il faut donner une grande importance au contenu du travail, en donnant le plus d’autonomie possible aux employés, en diversifiant les missions et tâches, et en augmentant le degré de responsabilité.

Sans oublier l’environnement physique qui peut peser lourdement dans l’optimisation du travail, puisqu’un environnement sain, chaleureux, non bruyant, sécurisant … ne peut qu’augmenter le sentiment de bien-être et donc la productivité.

L’organisation du travail est également cruciale puisque à travers l’anticipation de la charge de travail, la capacité d’appui de l’organisation dans la résolution des dysfonctionnements, les démarches de progrès on arrive facilement à diminuer le stress et la fatigue morale.

On retrouve par la suite les possibilités d’évolutions qui encouragent largement les salariés à se dépasser et à développer leurs compétences telles que les formations, les acquis de l’expérience, et leurs parcours professionnels.

En dernier lieu, une action et pas des moindre il ne faut jamais négliger la vie personnelle, une parfaite harmonisation entre vie professionnelle et vie personnelle est obligatoire notamment grâce à l’optimisation du temps de transport, du rythme et horaires de travail…

C’est sur l’ensemble de ces dimensions qu’il faut agir pour créer un cercle vertueux de la qualité de vie au travail et de performance.

The self-affirmation, better than intelligence?

SAFFIRMERThose who succeed in their career are not all more intelligent than the others. Some are more successful because they know more affirm themselves. Because they know how to obtain what they need, without attacking or manipulate their environment. You already know the intelligence, which is measured by IQ. But do you know relational intelligence?

The relational intelligence is our ability to adopt the best way to communicate, according to our interlocutor and the situation. It is essential in business. It allows all employees to join their knowledge and capabilities. “United we stand, divided we fall”, if you use your relational intelligence, you get much better results than using only your own intelligence. And relational intelligence requires a good assertiveness. Why? Because we have the choice between four ways to act towards others.

The inhibition

In your working relationships, you could choose to remain passive and submissive. In this case you will experience things that displease you, then you will complain or you will close on yourself. In all cases you will be less motivated, less efficient and things will not get better.

The aggressiveness

You could on the contrary decide to attack, become aggressive. In which case you exercise your angry and express your contempt. So you will weaken your relationships with others. Your entourage will distrust you, people will be afraid of you. It will close up, and will reject you. Under these conditions, it’s difficult to succeed.

The manipulation

You could also use manipulation. This is the way to get what you want without having to ask. The manipulation allows not take the risk of rejection, or the risk of losing his power over others. But the manipulation is also o form of disrespect towards others. As it is, to acquire something despite the others ‘genuine desire, needs and aspirations. on the short term, it works. On the long term, we obtain negative results. Because manipulation is also a form of domination. It is a rule by deceit. Manipulation can even show worse than aggression.

The self affirmation

 Fortunately there is a fourth way of acting, assertiveness. This is the one I recommend. You need to retain yourself in the event of irritating situation. The ability to express your emotions and also empathy. By learning to assert yourself, you will live in harmony with others, whatever the future disagreements.

 While affirming you, you will develop your intelligence. Others will be more inclined to help you. You’ll want to advance with your colleagues, and vice versa. There will be less suspicion and feel a greater well-being. You will be more relaxed and in better shape. You get to put others at ease. And to mobilize them. You will succeed in resolving conflicts. In a word, you will succeed.

Is a good leader someone who is very intelligent? It can be an advantage, of course. But what makes a good leader; it is his ability to express his wishes clearly and firmly, without aggression or manipulation.

A good leader knows demonstrate the confidence he has in his team. He knows how to encourage his team by honest compliments. He recognizes his mistakes and shortcomings without thereby destabilizes him.

Is a good employee is someone he particularly intelligent? Maybe. But it is possible to shine at work without being smarter than others. A good employee dares to ask for help to his colleagues when he does not know. He succeeds in benefit from the expertise of others instead of of making mistakes, and instead of wasting time searching for too long. A good employee can express his opinion without hurting or being aggressive. He is listened to by his colleagues and by his direction. A good employee knows to refuse requests that may affect his own work. He dares asking a bonus or increase when it is justified. A good employee must affirm himself.

 In summary, to succeed in your career, improve first the quality of your relationships. Assert yourself, and you will be more blossom at work.

Communiquer via le sponsoring sportif

Boxe 60X40Le parrainage est une technique de communication qui existe depuis de nombreuses années. Il a connu un nouvel essor depuis le début des années 1990. Le parrainage a pris une dimension grandissante, avec son utilisation de plus en plus prononcée Outre-Atlantique. Cet emploi dans les pays Anglo-saxons a fait apparaître un nouveau terme, aujourd’hui très répandu : le sponsoring.

Actuellement, le sponsoring est plus qu’un simple outil de communication opportuniste comme il le fut quand il en était au stade de l’amateurisme. C’est désormais un outil stratégique, un outil complexe qui peut avoir des retombées tant en interne qu’en externe. Le sponsoring fait partie du mix communication. Cette forme de communication a un objectif commun à toutes les autres : faire vendre. Elle permet à l’entreprise «sponsor» de se différencier de ses concurrents. La notoriété est l’objectif recherché en premier lieu, l’image de marque reste secondaire. Mais elle est plus subtile, plus fine, la visualisation du nom de la marque ou de la firme se faisant en quelque sorte sans que le participant ou le téléspectateur en ait vraiment conscience. Le sponsoring permet de créer une relation particulière dans l’esprit du public. Il permet des actions ciblées, aide à mieux positionner la marque et à améliorer son image.

Cependant, il reste un média complémentaire. Il ne permet pas de faire passer un message. Certes, le sponsoring personnalise la marque et lui donne des traits de caractère. Son rôle en communication est donc important, notamment en terme d’image : l’image de marque d’une entreprise sera différente selon qu’elle est associée au rugby ou tennis : le rugby reflètera une image démocratique, de battant, alors que le tennis reflétera une image plus élitiste, plus fine. Mais, le sponsoring, comme c’est le cas pour tous les outils de communication, ne parvient pas à dégager une mesure objective et individuelle de son efficacité.

Une entreprise ne peut donc pas communiquer en ne faisant que du sponsoring. Le parrainage exerce un effet de renforcement de l’action publicitaire, développe et renforce un capital sympathie des marques en partageant les centres d’intérêt du consommateur et les émotions liées au sport, en affinant le cœur de cible, en renforçant l’image de marque et en suscitant des connotations valorisantes.

Le sponsoring seul est limité ; c’est la synergie des moyens de communication qui est intéressante. Ainsi, les grandes marques cherchant une notoriété sur une cible précise ou voulant assurer un positionnement original par rapport à la concurrence voient dans le sponsoring un outil intéressant car, si la publicité peut laisser indifférente, le sponsoring, en raison de sa nature évènementielle, entraînera une réaction de la cible. En créant un lien de complicité avec le public, il peut renforcer le message et la sympathie. Le sponsoring ne doit pas se détacher du message général, au risque d’être moins efficace car moins bien relayé ou d’opérer une incompréhension de l’image de la marque de la part des consommateurs.

Le sponsoring est finalement un élément qui donne un souffle nouveau aux autres éléments du mix-communication mais qui dépend d’eux pour maximiser les retombées.
Il est important de mentionner que si le sponsoring connaît un tel succès auprès des entreprises, cela est dû en grande partie à la présence des médias (presse, radio, télévision). En effet, ceux-ci sont là pour parler de l’événement où le sponsor affiche son nom ou la marque de ses produits. Beaucoup de sponsors n’investissent que si la télévision ou la presse écrite est présente car les sponsors cherchent à toucher un large public. Ainsi, en s’affichant sur la tenue des athlètes, le sponsor va chercher les spectateurs présents à l’événement mais surtout les lecteurs ou téléspectateurs de la presse écrite ou audiovisuelle.

Pour conclure, on peut affirmer que le parrainage sportif est un moyen de communication tout à fait efficace. Mais à condition qu’on en maîtrise bien les règles de fonctionnement Cela signifie qu’un certain nombre de conditions doit être réuni pour que l’opération de parrainage soit un succès. Il ne faut pas oublier aussi que le support de cette technique de communication est aléatoire, il existe des risques que ni le parrain ni personne ne peut maîtriser.

La politique de récompense

Julia RobertsRécompenser, oui, pourquoi pas. Une décision qui semble  anodine peut engendrer son lot de problématiques à la fois stratégiques, financières, managériales et psychologiques.

Mais pourquoi récompenser le travail particulièrement efficace d’un salarié, d’un comédien, ou d’un sportif ? A première vue, la question peut étonner puisque cela fait partie de son job. Prenons l’exemple d’un commercial qui “fait exploser” les chiffres de vente de son entreprise, ou d’un acteur qui a excellé dans son interprétation ce qui engendrent d’énorme profits, ou encore d’un sportif qui bas tous les records, ceux-là méritent tous  d’être récompensés en plus de leurs salaires. “La gratification doit être adaptée à chaque public en fonction de son environnement,  de ses goûts, de ses modes de vie et aspirations sociales.

On peut retrouver trois grands types : les récompenses en argent immédiat, celles en argent différé et celles en nature telles que les trophées ou les cadeaux.  Si toutes ces récompenses prennent des formes différentes, elles répondent aux trois mêmes objectifs principaux : Motiver les salariés, les acteurs, les sportifs, Satisfaire leur besoin de reconnaissance et Etablir une équité. La récompense permet d’entretenir et d’alimenter la motivation et du groupe et de l’individu, puisqu’elle  joue sur un levier psychologique essentiel et répond à un besoin humain: la volonté de reconnaissance. Associée à une bonne communication, la récompense permet de développer un sentiment d’attachement à l’entreprise ou aux publics.

L’objectif sous-jacent de la récompense est d’établir une équité. IL faut que l’organisme au quel je suis rattaché  me donne en retour de ma contribution, de façon proportionnelle. C’est un facteur de motivation très important, notamment chez les jeunes de la génération Y.” En dépit de ces différents types d’avantages, les politiques de récompenses présentent un certain nombre de risques et de possibles effets pervers faisant craindre, à terme, que les mesures mises en place s’avèrent contre-productives. Le danger le plus répandu est de générer de la frustration parmi les populations non récompensées ou encore remarquer un surdéveloppement de l’égo de certaines personnes récompensées.

Pour conclure cet article il faut  impérativement veiller à ce que la récompense soit accompagnée de vrais signes de reconnaissance, à la fois pour être véritablement efficace et pour que l’individu ne finisse pas par considérer son entreprise, son art ou son sport comme une simple source de bénéfices personnels.

 

Le bon stress au travail

anti_stress_relaxDes clients qui rechignent à payer, une équipe qui peine à atteindre ses objectifs… Difficile à vivre. Pourtant, vous vous défoncez. Conséquences : Le stress fait son apparition, se généralise et du coup chacun est soumis à la pression.

On pense souvent que l’excès de stress dont souffrent de nombreux salariés provient de la situation économique et de la concurrence accrue. Mais les  dirigeants  estiment  aussi  que toute  organisation nécessite une pression psychologique pour donner son meilleur rendement. Ils pensent donc qu’il  est  de  leur  devoir  de  faire  monter  la  pression  psychologique  pour  augmenter  le rendement. Vrai et faux puisqu’il y a deux sortes de stress : le bon et le mauvais.

L’eustress représente ce que l’on appelle le « bon stress » il est le résultat de motivations intrinsèques. C’est la tension mentale d’une personne qui cherche à atteindre un but, en faisant l’effort de comprendre la situation et de maîtriser ses moyens d’action. C’est l’état d’esprit de quelqu’un qui aime son travail sans être hanté par la crainte d’un échec ou d’une sanction, heureux au contraire de découvrir de nouveaux  horizons  et  de  progresser  dans son  art. Le bon stress développe même la concentration au travail, c’est-à-dire les aptitudes à observer, réfléchir,  comprendre,  agir  vite  et  bien.  Il  augmente  la  productivité  de  chacun sans  lui demander de plus grands efforts. Il favorise également la créativité, une qualité importante pour  l’entreprise  car  elle  est  à  la source  d’un  progrès  continu.  C’est  donc  un  réservoir d’énergie presque inépuisable qu’un dirigeant digne de ce nom devrait savoir mettre à profit.

Bien au contraire, le mauvais stress est le résultat de motivations extrinsèques. C’est la tension mentale d’une personne qui agit sous la contrainte, dans l’incertitude des conséquences de son travail. Mais surtout le mauvais stress est contagieux car c’est une source de rumeurs incontrôlables sur l’emploi, les salaires et les conditions de travail. Il rend les gens inquiets, désabusés, frustrés, découragés. Dans une entreprise, celui qui s’attend régulièrement à des sanctions ou à des récompenses fournit un effort irrégulier. Il a tendance à donner un coup de collier après chaque sanction et à prendre un  peu  de repos  après  chaque récompense. Dans ces conditions, la productivité et la qualité du travail sont plus faibles que si l’effort était régulier. On  connaît  aussi ses graves  conséquences sur  la santé  :  dépressions  nerveuses,  maladies  cardiaques,  cancers, alcoolisme. Il peut même conduire les plus faibles au chômage et à la marginalité.

On peut dire que, dans ce domaine, l’art du management des dirigeants qui veulent améliorer la motivation de leurs employés consiste à transformer le mauvais stress en bon stress, alors que malheureusement c’est trop souvent l’inverse qui est fait.

Brain Power

pouvoir du cerveauThe brain is the cockpit of any alive body, it is at work , without respite, as well in the private life as the professional life and even during our sleep. In return, the cerebrum transmits us of numerous messages and receives millions of information per day. Let us cease separating those who are “gifted” of those who are less. Everybody can learn! We are all potential « geniuses ».

Mind power is important in our daily live, we have two different types of memory which are used in the left side and the other on the right side. These are short term memory and long memory.

The brain reacts strongly to the individual environment. It is also the siege of our souvenirs and our memory. But now the memory is largely assisted, or replaced, by the effect of our computers. Unfortunately, growing tendency is to confide their personal data to services store them on remote servers. The continued availability of these data, their continuous updates, the capacity to share them constitute strong arguments in favour of these services. Do not be blind by all that, and let us make sure to keep the .control of what belongs to us.

Thus to develop our memory and use our brain correctly, it is necessary to take advantage of human nature and stop being slaves to technology. Why being a hostage of machines while we have all the intellectual capacities to be completely autonomous with the immense power of our brain.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑