ZGROUPE The Force One

Le bon stress au travail

anti_stress_relaxDes clients qui rechignent à payer, une équipe qui peine à atteindre ses objectifs… Difficile à vivre. Pourtant, vous vous défoncez. Conséquences : Le stress fait son apparition, se généralise et du coup chacun est soumis à la pression.

On pense souvent que l’excès de stress dont souffrent de nombreux salariés provient de la situation économique et de la concurrence accrue. Mais les  dirigeants  estiment  aussi  que toute  organisation nécessite une pression psychologique pour donner son meilleur rendement. Ils pensent donc qu’il  est  de  leur  devoir  de  faire  monter  la  pression  psychologique  pour  augmenter  le rendement. Vrai et faux puisqu’il y a deux sortes de stress : le bon et le mauvais.

L’eustress représente ce que l’on appelle le « bon stress » il est le résultat de motivations intrinsèques. C’est la tension mentale d’une personne qui cherche à atteindre un but, en faisant l’effort de comprendre la situation et de maîtriser ses moyens d’action. C’est l’état d’esprit de quelqu’un qui aime son travail sans être hanté par la crainte d’un échec ou d’une sanction, heureux au contraire de découvrir de nouveaux  horizons  et  de  progresser  dans son  art. Le bon stress développe même la concentration au travail, c’est-à-dire les aptitudes à observer, réfléchir,  comprendre,  agir  vite  et  bien.  Il  augmente  la  productivité  de  chacun sans  lui demander de plus grands efforts. Il favorise également la créativité, une qualité importante pour  l’entreprise  car  elle  est  à  la source  d’un  progrès  continu.  C’est  donc  un  réservoir d’énergie presque inépuisable qu’un dirigeant digne de ce nom devrait savoir mettre à profit.

Bien au contraire, le mauvais stress est le résultat de motivations extrinsèques. C’est la tension mentale d’une personne qui agit sous la contrainte, dans l’incertitude des conséquences de son travail. Mais surtout le mauvais stress est contagieux car c’est une source de rumeurs incontrôlables sur l’emploi, les salaires et les conditions de travail. Il rend les gens inquiets, désabusés, frustrés, découragés. Dans une entreprise, celui qui s’attend régulièrement à des sanctions ou à des récompenses fournit un effort irrégulier. Il a tendance à donner un coup de collier après chaque sanction et à prendre un  peu  de repos  après  chaque récompense. Dans ces conditions, la productivité et la qualité du travail sont plus faibles que si l’effort était régulier. On  connaît  aussi ses graves  conséquences sur  la santé  :  dépressions  nerveuses,  maladies  cardiaques,  cancers, alcoolisme. Il peut même conduire les plus faibles au chômage et à la marginalité.

On peut dire que, dans ce domaine, l’art du management des dirigeants qui veulent améliorer la motivation de leurs employés consiste à transformer le mauvais stress en bon stress, alors que malheureusement c’est trop souvent l’inverse qui est fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 janvier 2013 par dans CONSEILS DE ZGROUPE, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :