Vos équipiers, vos soldats !

20070917.WWW000000444_28671_1« C’est une erreur fatale d’entrer en guerre sans la volonté de gagner. » – Douglas Macarthur, Général militaire

Les chefs d’entreprise et les managers peuvent s’inspirer de cet ancien militaire pour diriger leurs entreprises. Il faut remarquer que c’est une grande erreur de s’initier sur un marché sans la volonté de gagner contre les concurrents.

Mais pour gagner, l’individualisme est à bannir aussi bien dans l’armée qu’en entreprise.  Les managers doivent réussir à susciter un réel engagement de la part de son équipe.

Quels moyens doivent-ils mettre en œuvre pour y arriver ? Comment le management militaire peut-il les inspirer ?

  • Responsabilisez les hommes

L’armée essaie de responsabiliser au maximum les personnes, même en bas de l’échelle, contrairement à certaines entreprises.  Responsabiliser ses hommes c’est leur prouver la confiance que l’on a en eux et donc cela les valorise !

  • Mise en place d’un retour d’expérience

Le retour d’expérience ou aussi le «retex» est un mode de débriefing qui vient ponctuer chaque opération dans l’armée. Pour favoriser la cohésion, les militaires se concentrent surtout sur les points positifs.

Une méthode utile pour progresser et souder les troupes ! Il permet également d’éviter les rumeurs et les malentendus, puisque tout est mis sur la table à chaque séance.

  • Apprenez la rigueur et la ponctualité

C’est le B.A. BA, mais il est important ! On connaît les anecdotes des films sur les militaires novices en retard pour l’appel du matin,  par exemple 100 pompes pour tout le monde. Le retard d’une personne peut pénaliser l’ensemble du groupe. Apprenez leur qu’être rigoureux et ponctuel favorisent le respect et la confiance au sein du groupe. Remarquez, arriver en retard à un rendez-vous client est très mal vu.

  • Cultivez la force du collectif

En guerre, un soldat isolé est un homme mort… Il faut donc transposer cette nécessité du collectif dans l’esprit d’entreprise, pour développer l’esprit d’équipe rien de tel que l’organisation des défis, qui ne pourront être relevés qu’en s’entraidant.

  • Partager l’information avant d’agir

Savoir prendre des décisions en temps de crise est l’une des marques de fabrique des militaires. Pour se concerter, ils ont une méthode bien à eux : ils alternent des phases de réflexion et des phases de collaboration. Chacun ayant sa spécialité,  on s’y concentre d’abord, et on échange ensuite.

  • Donnez du sens au travail

Dans l’armée, la hiérarchie fait en sorte que chacun soit persuadé de jouer un rôle dans la réalisation d’un objectif commun. En entreprise, vous devez établir un processus de transparence rendant plus visible le rôle de chacun dans la chaîne de valeur.

  • Un seul objectif à la fois

Les militaires appliquent la stratégie suivante : la concentration des efforts sur un objectif précis à un moment précis. En temps de crise, les moyens manquent ! Il est préférable de  rassembler ses forces pour atteindre une cible ou un marché bien défini plutôt que de se disperser. L’objectif sera plus facilement atteint.

(Source Management septembre 2013)

On reconnaît chez le militaire les qualités suivantes : intègre, loyal, courageux… En espérant que grâce à ce style de management vous les retrouverez également en vos collaborateurs.

Et vous, avez-vous d’autres méthodes pour susciter un réel engagement de vos collaborateurs ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre avis en nous laissant un commentaire !

Ces grands patrons qui ont réussi !

Business-People-Team-With-World-Map_thumbOn entend souvent parler de ces grands patrons qui ont réussi, mais pourquoi eux particulièrement ont-ils réussi ? Comment ont-ils fait ? Quels sont leurs astuces pour réussir ?

En décembre 2013 Guillaume Pepy, patron de la SNCF, a reçu le prix du Leadership décerné pour la première fois par des dirigeants, des journalistes de TF1, de LCI et de Management. Ce trophée récompense un dirigeant ayant fait preuve de leadership, ayant été exemplaire, influent socialement et entrepreneur. (Article ici )

Mais alors qu’est-ce qui le distingue des autres au point d’être élu Leader de l’année 2013 ?

Tout d’abord, Guillaume Pepy est quelqu’un de très tenace. Il ne cesse de courir, enchaînant les rendez-vous pour faire de son entreprise le leader mondial du transport public de voyageurs. Il tient bon face aux différents problèmes qui peuvent survenir, comme ce terrible accident de Brétigny-sur-Oise, auquel il a dû faire face. Il doit aussi traiter avec un syndicat coriace, et piloter quelques 250 000 salariés.

Selon lui il est très important d’avoir le courage de dire les choses et d’assumer ses décisions. C’est ce qu’il fait à Brétigny-sur-Oise en réagissant rapidement et surtout en communiquant avec le plus de transparence possible. Il encaisse les coups et de ce fait rassure ses salariés. Et en termes de communication il est très doué avec les syndicats, qui se sentent plus écoutés. Ainsi ses salariés retrouvent confiance en leur PDG et le suivent plus facilement.

Un autre atout : l’innovation ! En effet, Guillaume Pepy est un visionnaire qui cherche à développer son entreprise en innovant. La créativité lui permettra de tourner la SNCF vers la modernité.

Vous l’aurez compris ses atouts sont bien sa ténacité, son innovation et sa capacité de gestion de crise.

D’autres grands patrons ont réussi ce challenge d’être leader sur leur marché, prenons le cas de Steve Jobs : (Source Management octobre 2011)

Ce qui le distingue des autres est sans aucun doute :

Son sens du timing : il était capable de sortir le bon produit au bon moment. En effet une tablette avec reconnaissance d’écriture au stylet avait été créée dans les années 80, mais Steve Jobs a préféré attendre quelques années avant de la sortir… et il a bien fait ! C’était un homme particulièrement visionnaire, avec des innovations basées sur le consommateur et non la technologie. En effet il s’intéressait à la manière dont ses produits allaient être utilisés et non au développement exclusif de nouvelles technologies. Une particularité qui a sans doute fait la différence.

Son sens de la négociation : il ne lâchait rien quand il s’agissait de négociation. Il était exigeant et prêtait attention au moindre détail.

Sa capacité à s’entourer des meilleurs : il encourageait les meilleurs à travailler avec lui et faisait tout pour les retenir. En revanche il était moins indulgent avec les moins bons.

Son sens de la communication : c’est sans doute un élément fondamental après l’innovation. Il était l’ambassadeur de ses produits. Ne cessant jamais de communiquer sur eux, allant même jusqu’à faire des démonstrations pour être sûr qu’ils soient bien compris.

Sa curiosité : cela va sans doute de pair avec son sens de l’innovation. Il cherchait toujours à apprendre et à en savoir plus sur des nouveaux produits.

Bien entendu, pour Steve Jobs comme pour Guillaume Pepy, le management est un élément fort de leur personnalité. Ils sont capables (et doués) de diriger des hommes.

Mais les femmes ne sont pas en reste en termes de réussite. En effet, récemment Marissa Mayer a fait parler d’elle et en bien ! L’ex vice-présidente de Google, actuellement à la tête de Yahoo !, a réussi le défi de relancer l’activité de ce portail internet ! Et pas qu’un peu, elle en a fait le site le plus visité outre-Atlantique, avec presque 200 millions de visiteurs uniques par mois.

Elle n’a pas hésité à restructurer entièrement le siège de Yahoo ! et à faire des acquisitions.

Elle ne lâche rien, est visionnaire et se contrôle parfaitement. Elle n’hésite pas à prendre des décisions et les assume ! Elle tranche dans le vif.

(Source Management décembre 2013)

Vous l’aurez compris certains traits de caractères sont essentiels pour devenir un bon leader et réussir !

Et vous, quels sont vos atouts ? Qu’est-ce qui vous paraît indispensable pour y arriver ?

Faites nous part de vos impressions en laissant un commentaire !

Développez votre leadership

leadership-pic  « Un leader a le courage de dire les choses, de prendre les décisions et d’assumer », prononça Guillaume Pépy après avoir reçu le prix du Leadership de l’année 2013. Il a su se démarquer des 50 autres patrons par sa vision moderne, sa ténacité, sa présence et sa capacité exemplaire à mener les hommes.  Alors pourquoi lui et pas vous ?

Beaucoup se trompent, les clés du succès pour être un leader ne réside pas dans une position d’autorité. Vous devez être un leader afin d’inspirer, puis d’inciter les autres à vous suivre.  Vous devez développer votre leadership au quotidien, à travers d’actes porteurs de sens pour vos collaborateurs.

Vous voulez développer votre leadership et inspirer vos collaborateurs ?

Voici les bonnes habitudes qui vous aideront et vous inspireront ainsi que votre équipe à réaliser de grandes choses…

1. Instaurer un climat de confiance

La confiance doit être instaurée pour développer son leadership. Elle est le moteur de l’engagement des collaborateurs. Elle implique :

–          Une confiance du groupe vers le leader et une confiance du leader vers le groupe

–          Un respect mutuel et une écoute réciproque

2. Motiver vos collaborateurs

–          Valorisez les compétences et le travail de vos subordonnés

–          Communiquez et écoutez afin de déceler les problèmes, les difficultés et d’envisager des solutions pour les remotiver

–          Louez, remerciez et reconnaissez toutes les grandes et petites contributions de chacun

–          Instaurez des récompenses s’il y a mérite

–          Communiquez et célébrez les réussites de l’équipe et ne vous attardez pas sur les échecs

3. Etre disponible

Allez à la rencontre de vos collaborateurs et apprenez à les connaître. Cela peut prendre du temps mais la proximité et la disponibilité du leader doivent être perceptibles et constantes dès le premier instant. Elles permettront de renforcer le climat de confiance et de favoriser la communication.

4. Etre impliqué

–          Participez activement aux projets, ne vous contentez pas de donner les ordres.

–          N’hésitez pas à montrer l’exemple et à affirmer vos convictions concernant la réussite du projet

5. Déléguer certaines tâches

Déléguez certaines tâches pour responsabiliser les gens autour de vous et pour être disponible !

6. Opter pour un management participatif

Sollicitez vos collaborateurs et partagez avec eux la responsabilité de la prise de décision. Cela permettra à chacun d’apporter de nouvelles idées et de donner leur propre avis sur les décisions en cours.

7. Innover la méthode de travail

–          Modifiez les routines en recherchant des meilleurs moyens d’atteindre les objectifs

–          Apprenez des échecs « Que pouvons-nous changer/améliorer pour la prochaine fois ? »

8. Faire preuve d’humilité

Faîtes preuve d’humilité, car un leader n’existe que par l’intermédiaire d’un groupe…

Retenez que « le leadership est une force qui encourage les participants d’un voyage à passer de l’état de passager à celui d’acteur d’une aventure », Chris Viehbacher.

En ce qui vous concerne, que pensez-vous être essentiel pour être un bon leader ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre avis en nous laissant un commentaire !

Intégrer un nouveau collaborateur !

20091513585060977801

On s’intéresse particulièrement au recrutement et aux actions à mettre en œuvre en amont pour bien recruter, comme l’anticipation des besoins, le sourcing, les entretiens… Cependant le recrutement ne s’arrête pas là, l’aval, c’est-à-dire l’intégration du nouveau collaborateur au sein de l’entreprise, est tout aussi important !

En effet à quoi bon recruter le meilleur candidat si une fois dans l’entreprise il ne se sent pas bien et cherche à partir ?

C’est pourquoi l’intégration est un élément clé à ne surtout pas négliger !

Mais alors comment bien intégrer son nouveau collaborateur ?

Il y a quelques tâches à mettre en place pour bien accueillir votre nouvel employé :

Avant son arrivée, bien préparer celle-ci :

  • lui prévoir un espace et des outils de travail
  • prévenir les autres employés de son arrivée en expliquant pourquoi il a été choisi, quelles sont les qualités que vous pensez avoir décelé chez lui
  • Editer un livret d’accueil dans lequel vous lui donnerez tous les conseils nécessaires pour une bonne intégration, tels que les consignes de sécurité, les règles de vie de l’entreprise (heures de pauses, lieu de restauration…), des conseils sur ce qu’il convient de faire ou de ne pas faire, les outils utilisés, ses tâches…
  • Lui donner les informations nécessaires à sa première journée telles que le lieu, des numéros de téléphones, le code de l’immeuble ou du parking, la tenue vestimentaire pour qu’il ne se sente pas mal à l’aise la première journée en venant habillé trop différemment des autres…
  • Nommer un parrain en faisant en sorte que celui-ci soit volontaire et à même d’aider le « nouveau » à la fois dans son travail et dans son intégration
  • Préparer son arrivée en organisant sa première journée

Le jour J et les jours suivants sont aussi très importants et doivent être préparés. Vous pouvez :

  • L’accueillir le jour J en présence de ses nouveaux collègues de travail
  • Le présenter à tout le monde
  • Organiser une petite « réunion » entre vous, le nouveau et son parrain, afin de déterminer ses objectifs et ses missions et de lui expliquer le fonctionnement de l’entreprise
  • Lui transmettre tous les documents que vous aurez préparés
  • Le parrain lui fera visiter les lieux de travail

Cette intégration ne s’arrête pas au premier jour, les jours suivants, voire les mois suivants, sont aussi très importants. Le nouvel arrivant doit se sentir suivi, avoir l’impression que son travail est utile et pris en compte. Pour cela vous devez assurer un suivi en :

  • Organisant des rendez-vous avec lui pour parler de son intégration, de son travail, savoir ce qu’il en pense, s’il veut revoir des choses avec vous, apporter des améliorations…
  • Parlant avec lui de sa relation avec ses collègues et/ou ses supérieurs
  • Interrogeant son parrain, son manager pour avoir leur avis et ressenti sur lui
  • Assurant un retour auprès de votre nouveau collaborateur sur vos rendez-vous et sur son travail

A qui exactement s’adresse ce type d’intégration ?

Dans une entreprise tout employé est important, y compris les CDD ou les stagiaires. Négliger leur intégration serait une faute et aurait des conséquences parfois négatives sur leur travail et donc sur la productivité de votre entreprise.

On passe la majorité de notre temps au travail, il est donc très important que l’ambiance de travail soit bonne, que chacun soit content de venir travailler le matin et de retrouver ses collègues. Une mauvaise ambiance entre les employés peut entraîner une perte de productivité car ils n’auront pas envie de vraiment s’investir pour une entreprise dans laquelle ils ne se sentent pas bien.

Bien intégrer ses collaborateurs est aussi une manière de véhiculer les valeurs de la société et de faire adhérer ses employés à celles-ci.

De plus n’oublions pas que les employés sont les vecteurs de l’image d’une entreprise. Si eux-mêmes en ont une mauvaise image ils ne parleront pas en bien de l’entreprise dans leur entourage.

Le bien être d’un collaborateur est donc primordial tant pour celui-ci que pour l’entreprise.

Et vous quelles sont vos méthodes pour bien intégrer vos nouveaux collaborateurs ?

Faites nous part de votre expérience en postant un commentaire !

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑