Equicoaching: votre coach est un cheval !

saut-d-obstacleDepuis le 1er février 2014, nous sommes dans l’année du cheval. Dans l’astrologie chinoise, le Cheval est fougueux et indépendant mais il est surtout considéré comme un travailleur, qui fait primer l’action, brille par sa créativité et a constamment besoin d’aller de l’avant. L’économie mondiale a quelques bonnes chances de se redresser sous l’influence de cet animal progressiste. Le cheval ne cherche pas à plaire, à servir, à manipuler…il en est totalement incapable. Cet animal a bien plus à nous apprendre sur comment s’affirmer dans la vie personnelle et professionnelle sans se contraindre.

Qu’est-ce que l’Equicoaching peut apprendre aux cadres et aux managers ?

Savoir « prendre et relâcher »

En faisant de l’équitation, votre cheval pourra vous emporter. Il vous faudra reprendre le contrôle de la situation physiquement, il vous domine. Il ne suffit que d’une foulée un peu trop à gauche ou à droite, pour que vous tombiez ; il le sait parfaitement. Vous devez reprendre le dessus. La seule façon : « prendre et relâcher, prendre et relâcher ». Répétitions et patience !

En management, nous ne pouvons pas tout contrôler. Face à cette réalité, une seule solution: « prendre et relâcher », agir et accepter. Accepter de laisser faire, tout en ne cessant de demander. Manager c’est fixer des objectifs, et laisser faire l’autre, tout en restant présent, prêt à « prendre et relâcher » à tout moment.

Avoir confiance en soi

La confiance en soi et la difficulté de maîtrise des émotions sont souvent des freins au bon développement des compétences managériales. L’équitation permet de travailler sur la posture d’entraîneur qui se doit d’être à la fois rassurant et directif. Le cheval permet au cavalier de se confronter avec sa réalité émotionnelle, intellectuelle et physique. Ainsi, il pourra développer son potentiel de ressourcement, de confiance en soi et de maturité émotionnelle.

Apprendre à nous connaître grâce à «l’effet miroir »

Les dons sensoriels et extra-sensoriels qu’il a développés, font du cheval un véritable révélateur de votre mode d’action et de relation, de votre style de communication, d’influence, d’autorité et de négociation avec les autres. En nous faisant un retour immédiat de vos attitudes, l’animal, qui ne triche pas, vous renvoie à la  réalité de vos comportements dont vous n’êtes pas toujours conscients.

Apprendre à être plus vif

Grâce à ces capacités extra-sensorielles hors du commun, chaque élément apparaissant dans son environnement est pour lui une information afin de pouvoir évaluer s’il y a potentiellement un danger ou non. Sa vision quasi panoramique lui permet de très bien discerner les mouvements  et lui donne  une vision nocturne bien meilleure que la nôtre. Son ouïe lui donne une meilleure perception des sons aigus que nous. L’observation du comportement de cet animal dans son environnement vous apprend à utiliser tous vos sens pour mieux anticiper les opportunités et menaces de votre environnement.

Savoir communiquer

Pour communiquer avec votre cheval, vous avez plusieurs outils à votre disposition : l’attitude (gestes et posture), la voix, et le toucher. Les messages que vous lui envoyez doivent être clairs : vous devez être précis, cohérents et rigoureux. Chaque demande doit donc être claire, cohérente et précise, et aboutir au même résultat exactement comme quand vous managez une équipe.

Ainsi, l’Equicoaching vous permettra d’identifier votre style de leadership, votre façon de mieux interagir afin d’améliorer votre capacité de rassembler, de diriger et de mieux communiquer.

Alors cela vous dit un tour en cheval ? Connaissez-vous d’autres concepts innovants pour développer votre leadership ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre avis en nous laissant un commentaire !

10 points clés pour devenir un bon manager !

397-Business-PresentationÊtre manager n’est pas donné à tout le monde, c’est une réelle fonction qui demande des qualités spécifiques.

Avoir une équipe de personnes différentes, avec chacune ses propres qualités et défauts, soumises aux imprévus, au stress et à l’atteinte des objectifs, n’est pas facile tous les jours. Il faut avoir en sa possession quelques clés utiles à la réussite du manager :

Tout d’abord le manager doit se connaître lui-même :

Le manager cherche le plus souvent à connaître ses employés, à déceler leurs qualités et leurs faiblesses, mais fait plus rarement un travail d’introspection. Or ce travail est nécessaire car il est impossible d’être réellement parfait, il faut connaître ses limites pour les travailler et savoir dans quels domaines on est le plus efficace.

Ensuite il faut donner l’exemple :

Certes il est nécessaire de fixer certaines règles quand on est manager et donc de sanctionner quand elles ne sont pas respectées, cependant, il est primordial de suivre soi-même les règles qu’on impose. Comment le manager pourrait être écouté s’il n’applique pas les consignes qu’il donne ?

Être empathique :

Il ne s’agit pas de donner des ordres à tout va et de sanctionner si une personne ne remplit pas les objectifs comme on le voudrait. Il faut aussi se mettre à sa place, l’écouter, la conseiller lorsqu’elle en a besoin… Partager des choses avec les personnes avec lesquelles on travaille. Ainsi la personne se sentira comprise, pourra être soulagée si elle a des problèmes et plus disponible pour travailler.

Être positif :

Lorsque quelqu’un fait quelque chose de travers il faut le dire, mais lorsque quelqu’un fait quelque chose de bien il faut le dire aussi ! Complimenter permet de motiver ses collaborateurs. De cette manière la personne se sentira valorisée et aura envier de continuer et de se surpasser. Cela instaurera aussi une bonne ambiance de travail, élément primordial à l’atteinte des objectifs.

Être observateur pour mieux s’adapter :

Dans une équipe chacun a sa propre personnalité. Le manager doit savoir la déceler pour adapter son comportement. Certaines personnes ont par exemple besoin d’être guidée alors que d’autres ont au contraire besoin de beaucoup d’autonomie. Il faut personnaliser son management en fonction de ses collaborateurs.

Mettre en place un système d’évaluation :

Il est désagréable de ne jamais savoir si ce qu’on fait est bien ou non. C’est en quelque sorte travailler dans le vide, car on ne sait pas si on doit continuer dans cette voie ou non. Il est donc très important pour un manager qui veut être accepté, de mettre en place un système d’évaluation quotidienne, qui permet à chacun de savoir où il en est.

Être capable de déléguer :

Déléguer ne veut pas dire se décrédibiliser et donner l’apparence de ne pas être capable d’effectuer les tâches qui nous incombent. Au contraire c’est une force de caractère qui prouve qu’on connaît ses limites et surtout qu’on les admet. C’est aussi une manière de donner plus de responsabilité à une personne qui en émet le souhait. C’est une manière d’accorder sa confiance à un collaborateur.

Savoir souffler pour éviter le burnout :

Le manager doit s’impliquer dans son rôle mais il doit faire attention à ne pas TROP s’impliquer ! Il faut faire attention au burnout ! Le manager doit lui aussi être capable de concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle (Découvrez comment en lisant cet article !).

Conquérir sa légitimité :

Le manager doit être accepté en tant que tel par son équipe. Il doit faire ses preuves en quelque sorte, en montrant qu’il est capable de bien gérer son équipe, tout en restant humain, en ayant les qualités décrites précédemment, en restant à l’écoute de ses collaborateurs, en étant équitable… et en ayant de l’autorité !

Favoriser l’engagement et la motivation :

Être manager c’est bien, mais d’une équipe qui a envie de vous suivre, qui est motivée pour travailler c’est mieux ! Le manager doit être capable de donner envie aux employés de travailler ensemble, pour l’entreprise, d’atteindre les objectifs… Trouver des solutions pour motiver et fédérer fait partie des qualités du manager.

Et vous pensez-vous que le manager doit posséder d’autres qualités ? Quelles qualités vous semblent essentielles pour remplir cette fonction ?

Faites nous part de votre avis en nous laissant un commentaire !

5 astuces pour concilier vie pro et vie perso

5239045-7818143Trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle est devenu l’obsession des femmes et des hommes modernes. Mauvais résultats, inefficacité, stress, épuisement, burn out, tensions familiales,…sont des signes  de difficultés à concilier vie pro et vie perso.

Mais alors comment faire pour que le travail n’empiète pas sur la vie de famille ?

Voici quelques astuces pour vous aider à organiser votre quotidien :

1.       Planifiez vos semaines

Au bureau comme à la maison, il vous faudra optimiser votre temps au maximum et faire preuve d’efficacité.

A la maison,  faites une « todo list » des tâches ménagères à faire et répartissez les en fonction des disponibilités de la semaine.

Au bureau, hiérarchisez vos obligations, fixez des priorités et ne vous laissez pas déborder par les urgences qui n’en sont pas.

 2.       Déléguez

 « Surtout, ne faîtes pas comme moi : je n’ai jamais su lâcher prise », Nicolas Walsh (vice-président d’AIG).

Ne consacrez pas votre existence au travail ! Faites confiance à vos collaborateurs et déléguez certaines tâches. Sachez dire : « Non, je ne suis pas disponible. ».

 3.       Priorisez

Distinguez ce qui est très important de ce qui l’est moins, comme le fait Philippe Castagnac, CEO de Mazars : « J’évite autant que possible les dîners non obligatoires, je préfère les vidéoconférences aux déplacements et je réserve, tous les week-ends, du temps pour ma famille ».

 4.       Gardez du temps pour vos proches

Si vous êtes en couple ou marié, consacrez du temps à l’autre ! Réservez-vous une soirée ou deux par mois en tête à tête, au calme, sans parler du travail et (d’éventuellement) des enfants.  Cela permettra de prévenir les crises.

Si vous avez des enfants, instaurez des rituels. Consacrez leur un quart d’heure au quotidien pour leur raconter une histoire, parler de l’école ou juste rire ensemble. Vous pouvez faire cela autour d’un petit-déjeuner collectif ou le soir en rentrant du travail.

Planifiez également une sortie ou deux avec vos amis selon vos disponibilités. Cela vous permettra de décompresser et de maintenir des relations fortes.

 5.       Pensez à vous

Et qu’est-ce qui reste pour vous après la famille et le travail ?

Accordez-vous une ou deux heures hebdomadaires rien qu’à vous. Faites ce qui vous plaît, détendez-vous.

Pourquoi ne pas vous inscrire à un cours de sport ?  Voilà un bon moyen de décompresser tout en gardant la ligne.

(Source Management Janvier 2014)

Et vous, aviez-vous de bonnes méthodes pour gérer votre vie pro et vie perso ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre avis en nous laissant un commentaire !

Become the best salesman thanks to 7 points !

CommercialJack Welch said “Either you are the best at what you do, or you do not do it very long.”

This quote can be available for everyone, even for a salesman. Indeed when you’re a salesman you have to be the best if you want to deal with competition, because there are many salesmen.

But how to become a good salesman?

Some personality traits are essential to become a good (or the best!) salesman!

First of all you have to be an optimistic person:

Indeed you have to be sure that you will succeed in your work. You will meet a lot of customers who will say no, but you should not be affected by this failure and keep in mind that you will succeed. Failures are temporary! But you have to analyse your failures if you want to rebound.

Then you must be persuasive:

A salesman is a seller and there is no sell without persuasion! You have to convince someone to buy something, and for that your skills are essentials.

Perseverance is another essential point:

Refusal must not stop you, you have to keep selling. Sometimes to achieve your goal and sell something you’ll go to see your customers several times and call him a lot of time. That’s why patience is necessary.

You don’t have to be afraid:

Afraid of what?

  • You don’t have to be afraid to meet customers because it’s an integral part of your work. You must be comfortable and relaxed.
  • And you should not be afraid when someone say you no, you shouldn’t think that everyone will say no. You can succeed and can’t be afraid of failure.

You have to be competitive:

Competition is everywhere, you should make the difference. If you’re not competitive you won’t find customers and sell your products or services.

Then you should know and control the business methods:

Best salesmen know that sale is a real job and so methods are necessary. They have to learn to sell, even if intuition and personality are important too. And you must stay informed!

And to finish an essential point is to know your product or service:

If you don’t know what you sell you won’t succeed! You have to know every characteristics, advantages and defaults. And of course you must know your customer if you want to know what he needs and how to convince him.

Do you agreed with these points? Do you think a good salesman is someone with these characteristics?

Leave us a comment!

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑