ZGROUPE The Force One

Martin Bouygues, l’autodidacte des patrons du CAC40

Martin-Bouygues

« Il était jeune, endormi et complexé. Il manquait d’ambitions et se voyait comme le raté de la famille. Mais plus il a eu de responsabilités, plus il a su les prendre. Il s’est dit : finalement, je ne suis peut-être pas si nul que ça. Il n’aime pas les grands discours en public. Mais en privé, il pétille, manie un humour décapant, dégaine des jugements cinglants et déroule des raisonnements imparables. Martin Bouygues joue au vieux sage qui mûrit lentement ses décisions, bien calé sur le siège de son tracteur, en creusant des sillons sur ses terres de Sologne. Sa devise résiste à tous les temps : « Ce que tu ne comprends pas, ne le fais pas. » Propos d’Olivier Poupart-Lafarge, directeur général délégué de Bouygues.

Martin Bouygues est le petit dernier et le moins diplômé des 4 enfants mais c’est lui qui succéda à son père en 1989 en  devenant PDG alors que tout le monde attendait que son frère ainé le devienne.  Autodidacte, il fut choisi par ses facultés d’adaptation, d’écoute, à sa capacité à déléguer et par son relationnel plus facile.

Après la seconde guerre mondiale, la France doit se reconstruire. Dans cette logique, Francis Bouygues  fonde en 1952 E.F.B spécialisée dans la construction de bâtiments. L’entreprise se développe rapidement grâce à la réalisation de nombreux projets commandé par l’Etat : l’entreprise développe la préfabrication industrielle, le secteur travaux publics et génie civil. A partir de 1970, l’entreprise s’internationalise par son entrée en bourse et par la construction de plateforme pétrolière off-shore puis se diversifie dans les années 80 (rachat d’entreprises concurrentes, rachat de TF1, de SAUR).

Martin Bouygues fonde tout d’abord  l’entreprise à succès Maison Bouygues, qui vend des pavillons sur catalogue puis devient le président de SAUR. Lorsque Martin Bouygues prend la fonction de PDG, cette diversification s’accélère. Sous son impulsion, le groupe poursuit son développement dans la construction et dans la communication (TF1). En 1994, il est à l’initiative des lancements de LCI, en 1996 de Bouygues Telecom et TPS. Aujourd’hui, il dirige une entreprise quatre fois plus grande qu’à son arrivée. En dépit des obstacles, il a fait hisser Bouygues au niveau des plus grandes. Son ascension est alors fulgurante.

 

logo-bouygues

Autres mandats au sein du groupe Bouygues :

– Depuis 1987, il est l’administrateur de TF1.

– Il est membre du conseil d’Administration de la Fondation d’entreprise Francis Bouygues (attribution de bourse aux étudiants) qu’il créa en 2005 pour rendre hommage à son père.

Autres mandats en dehors du groupe Bouygues :

– Il est le président de SCDM

– Il est membre du conseil de surveillance et du comité stratégique de Paris-Orléans.

– Il est membre du Conseil d’administration de la Fondation Skolkovo qui est en charge de la gestion de la Silicon Valley russe.

D’après le classement de Challenges sorti en 2014, Martin Bouygues est le 9ème patron le plus performant du CAC 40.  A l’âge de 37 ans il devient l’un des plus jeune PDG du CAC40.

Il 1993, il devient officier de l’Ordre national du Mérite, en 2010 il obtient la Légion d’honneur, il est membre du Clubs des Cent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 janvier 2015 par dans Success Stories, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :