ZGROUPE The Force One

On les appelle les frères Koch

En 1940, Fred C. Koch met au point un processus innovant pour le raffinage du pétrole et  fonde la compagnie Wood River Oil and Refining Company. A son décès, l’entreprise est renommée  Koch Industrie pour rendre hommage au créateur.

Aujourd’hui, Koch Industries est devenue  la plus grosse société privée non cotée, basée à Wichita au Kansas avec plusieurs filiales dans des domaines très variés : génie pétrolier, génie chimique, finance, courtage de matières premières, élevage.

L’entreprise compte plus de 100.000 salariés et est présente dans 60 pays. On estime son chiffre d’affaires annuel à 115 milliards d’euros.

 Ind_pro

La Descendance Koch

Fred C. Koch a quatre enfants qui s’entredéchirent dans les années 80 et 90. Avec d’un côté Frederick (né en 1933) et William (1940), de l’autre les deux dirigeants du groupe, Charles (1935) et David (1940). Un accord mettra fin à cette guerre en 2000.

A la mort de Fred C. Koch, ses fils reprennent la direction de l’entreprise. Charles G. Koch est président du conseil et PDG, David H. Koch est vice-président exécutif.

Charles de Ganahl Koch est propriétaire à égalité avec son frère David H.

Le classement Forbes a classé Charles et David sixièmes ex aequo au palmarès des fortunes mondiales, avec 41 milliards de dollars chacun.

 f752582986d70327ae2e8dd9aea7f976-koch-brothers

Les Koch en politique

Charles, 78 ans, et David Koch, 74 ans, interviennent dans le débat politique, généralement pour affaiblir Obama, qu’ils soupçonnent de paver la voie du communisme aux Etats-Unis grâce à leur million.

David est engagé en politique, il a été candidat à la vice-présidence pour le Parti Libertarien en 1980. Ce néologisme, Libertarien, a été inventé afin de se distinguer des libéraux des États-Unis (qui sont estimés à gauche). Le libertarianisme se fait le promoteur d’un marché sans entrave (libre marché) au nom de la liberté individuelle. Les frères Koch rêvent d’un Etat réduit à sa plus simple expression. Charles appelle cela la « science de la liberté ».

En 2013, il lance une campagne à Wichita exaltant la « liberté économique » et déplorant la « culture de dépendance » que crée le gouvernement. Il veut débarrasser l’Amérique du salaire minimum et de « tout ce qui réduit la mobilité du travail ».

Ils ont été tellement actifs, ces dernières années, qu’ils sont devenus des figures de premier plan de la vie politique américaine, plus connus encore que la plupart des sénateurs.

Mais ils connaissent depuis quatre ans un retour de flamme désagréable. Leurs interventions ont pris de telles proportions qu’ils sont désormais accusés de pervertir, par leur argent, la démocratie américaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 avril 2015 par dans Success Stories, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :