ZGROUPE The Force One

Festival de Cannes: Maïwenn revient sur le devant de la scène avec “Mon Roi”

Credit photo Anne-Christine Poujoulat /AFP

Credit photo Anne-Christine Poujoulat /AFP

Maïwenn Le Besco dite « Maiwenn » naît le 17 avril 1976 aux Lilas en Seine-Saint Denis d’un père d’origine vietnamienne et d’une mère franco-algérienne. A l’âge de 8 ans, et après le divorce de ses parents, elle part vivre chez sa mère à Belleville avec ses frères et sœurs. Sa mère décide très tôt de faire d’elle une « star » et la fait participer à de nombreux casting qui lui feront décrocher plusieurs rôles, dont le premier dans « L’année prochaine…si tout va bien » de Jean-Loup Hubert en 1981.  Elle dira de sa mère : « elle ne m’aimait qu’à travers un écran de cinéma ».

Sa mère est souvent absente et laisse Maiwenn s’occuper de ses frères et sœurs. Elle grandit très, peut-être trop vite, et quitte l’école à la fin de la 5ème. Elle entretient des rapports très conflictuels avec sa famille et révèle même que ses parents la battaient durant son enfance et son adolescence. En 1991, alors qu’elle a seulement 15 ans, elle rencontre Luc Besson dont elle tombe amoureuse : ils se marient en 1992 et elle lui donne une fille un an plus tard, à l’âge de 16 ans. Ils s’installent alors à Berverly Hills mais le réalisateur la quitte et l’actrice revient s’installer en France, elle tombe en dépression et débute une psychanalyse.

Elle travaille alors à l’écriture d’un one-woman show « Le Pois-Chiche » qui tourne au règlement de compte familial, elle le joue en 2001 à Paris au Café de la Presse. Le spectacle connait un franc succès, tant au niveau des critiques que du public.

C’est en 2004 et après avoir joué dans plusieurs long-métrages que Maiwenn passe derrière la caméra pour réaliser son premier court-métrage «  I’m an actrice ». Elle décide de réaliser ensuite son premier long-métrage « Pardonnez-moi » qu’elle financera avec son assurance vie, faute d’argent. Elle obtient pour ce film deux nominations aux César 2007 : celui du meilleur espoir féminin et celui du meilleur premier film.

Dernièrement, son film Polisse sorti en 2011 a fait un carton et lui permet de recevoir le Prix du Jury lors de la 64ème édition du Festival de Cannes.

Pour cette 68ème édition du Festival, Maiwenn présente sa nouvelle réalisation, le film « Mon Roi » avec en tête d’affiche Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot : le célèbre festival lui portera-t-il à nouveau chance ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19 mai 2015 par dans Success Stories, et est taguée , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :