Jessica Alba, la businesswoman aux nombreux visages

Jessica Alba est une personnalité reconnue pour ses talents d’actrices. Mais elle a su faire de son nom un véritable empire. Ambitieuse, sérieuse et pleine d’idées, elle est toujours à la recherche de nouveaux défis à relever.

Une enfance difficile

Née en 1981 aux Etats-Unis, Jessica Alba est d’origines québécoise par son père et mexicaine par sa mère. Elle a grandi dans une famille de militaires, ce qui a provoqué de nombreux déménagements. Lorsqu’elle était petite, elle a été atteinte de plusieurs maladies et a dû passer des semaines à l’hôpital. Jessica n’a pas eu beaucoup d’amis à l’école car elle y était peu présente.

Ambitieuse dès son plus jeune âge

Elle a toujours aimé la comédie et savait qu’elle en ferait son métier. C’est ainsi qu’après l’obtention de son diplôme à 17 ans, elle entre dans une école spécialisée renommée, l’Atlantique Theater Company. Elle décroche alors des petits rôles dans des séries puis des publicités, ce qui lui donne l’occasion de se faire repérer dans le monde des acteurs. Cependant, c’est son rôle dans Dark Angel de James Cameron qui va lui ouvrir les portes du succès.

Une carrière sans pause

Depuis, elle joue régulièrement dans des films aux côtés d’acteurs connus et n’a jamais été oubliée par le star system. Ses convictions religieuses lui font refuser toute scène de nue, ce qui pourrait représenter un frein à sa carrière. Mais elle réussit toujours à travailler avec l’aide de doublures.

Des projets plein la tête

En plus d’être actrice, Jessica alba veut se lancer dans le commerce. C’est ainsi qu’elle lance sa marque en 2011, The Honest Company, pour permettre aux parents d’avoir accès à des biens et services écologiques pour leurs enfants.

Cette année, elle lance sa marque de cosmétique du même nom, avec des valeurs toujours écologiques et respectueuses de l’environnement et la société.

Jessica Alba a construit sa carrière elle-même, elle est aujourd’hui très reconnue pour son apparence physique et ses tenues vestimentaires qu’elle travaille beaucoup. Avec son esprit d’entrepreneuse, elle n’a pas terminé son ascension !

Managers : qu’attendent vos collaborateurs de vous?

Etre manager ne s’improvise pas : il ne suffit pas de savoir donner des ordres et de contrôler leur exécution pour remplir efficacement sa mission ! Le manager remplit un rôle essentiel, puisque l’efficacité de l’entreprise dépend de la qualité de l’encadrement de proximité.

Le manager doit donner une direction, motiver ses collaborateurs – en bref, être un véritable leader pour favoriser l’implication de son équipe.  Mais pour devenir un bon manager, il faut être à l’écoute des besoins de son équipe : voici les résultats d’une étude réalisée en 2012 par Comundi (spécialiste de la formation professionnelle) pour l’Entreprise, qui aide à comprendre ce qu’attendent les salariés de leur manager.

A la question : Qu’attendez-vous en priorité de votre manager direct ? Plus de 1000 sondés ont répondu :

Capture

Regardons aussi de plus près les qualités que devrait avoir un manager :

Schéma Comundi
Schéma Comundi

Effectivement, l’écoute est une qualité clef d’un bon manager. Mais on retrouve aussi le leadership, la sincérité et l’exemplarité. Aujourd’hui, seulement 19% des salariés ont une « très bonne opinion » de leur manager, c’est pour cela qu’il est nécessaire d’apprendre à communiquer avec eux.

Pour être un bon manager, il faut donc faire un travail sur soi-même afin de se mettre au service des autres, et afin d’être disponible pour son équipe car, ne l’oublions pas, c’est sa fonction première !

Le français Mohed Altrad, élu entrepreneur de l’année

Credit phot o : Great Deal
Credit photo : Great Deal

Le concours « EY World Entrepreneur Of The Year 2015 » a désigné une nouvelle fois le français Mohed Altrad comme étant l’entrepreneur de l’année : mais qui est-il ?

Destiné à être berger

Mohed Altrad est un homme d’affaires d’origine syrienne, il est élevé par sa grand-mère et est destiné à être berger. Issu d’une tribu nomade de Bédouins, il n’a pas accès à l’école, il va alors apprendre à lire seul et il part faire des études dans la ville la plus proche, pour obtenir son bac à 17 ans. Il décide ensuite de s’exiler en France pour y étudier l’informatique, qui lui permettra de devenir ingénieur chez Alcatel, Thomson, ou encore à l’ADNOC (Abdu Dhabi National Oil Company).

Un homme ambitieux

En 1985 il fait l’acquisition d’une PME en difficulté, spécialisée dans les échafaudages, à laquelle il donnera son nom : c’est à partir de là que le groupe Altrad se développera dans le matériel pour le BTP. Grâce au succès de l’entreprise, il pourra alors procéder à plus de soixante acquisitions, fusions et créations d’entreprises en Europe et dans le monde.  Altrad est alors un groupe de 1400 salariés présent dans 14 pays et réalisant un chiffre d’affaires de 210 millions d’euros. Pour lui, le multiculturalisme est un enjeu majeur et est une véritable richesse pour son entreprise.

Mohed Altrad ne s’arrête jamais : il se donne pour objectif de continuer l’internationalisation de son groupe et de le développer toujours plus. A côté de cette activité, il est aussi écrivain francophone et président du Montpellier Hérault Rugby.

Une consécration pour un homme hors du commun

Cette année, il a été élu Entrepreneur de l’année par le cabinet international EY, alors qu’il était en compétition avec une soixantaine de patrons venus du monde entier : une belle consécration pour cet entrepreneur audacieux.

Se faire recruter grâce aux réseaux sociaux

Aujourd’hui, de plus en plus de recruteurs utilisent les réseaux sociaux pour dénicher les perles rares. Ces réseaux, personnels ou professionnels, sont donc l’occasion de se créer une bonne vitrine lorsqu’on est à la recherche d’un emploi, ou simplement ouvert à diverses opportunités. Mais comment optimiser sa page pour être repéré ? Voici nos conseils pour attirer les professionnels du recrutement à vous.

ImageYeah

Faire le ménage

Avant de rechercher une opportunité, il faut faire le ménage sur ses pages personnelles. Facebook, Twitter, Instagram, sont autant de vitrines qui peuvent se révéler négatives pour votre image si elles sont utilisées à mauvais escient. Il convient donc de supprimer toutes les images, vidéos ou publications douteuses liées à des déboires, des coups de colère, ou même des opinions politiques. En clair, il faut se montrer sous son meilleur jour, faire de soi une personne sérieuse et dynamique, qui aime s’amuser avec modération, qui a plusieurs loisirs… Une personne avec qui n’importe qui aurait envie de parler et de sympathiser.

Un profil à jour

Après avoir fait le ménage sur l’ensemble des réseaux sociaux, c’est vers les sites professionnels comme Viadeo ou LinkedIn qu’il faut se diriger pour compléter sa page au maximum. Il est très important de bien préciser ce que l’on attend du site : ouvert aux opportunités, recherche d’emploi, à la recherche d’un réseau dans tel domaine. Le but est que vos visiteurs sachent immédiatement ce qui vous intéresse. Il convient ensuite de mettre à jour toutes vos expériences professionnelles, et n’oubliez pas de renseigner vos compétences car ce sont les informations qui intéressent le plus les recruteurs. Ajoutez enfin une photo de profil, avec le sourire et des vêtements professionnels et décontracté.

Un CV optimisé

Votre CV et vos pages doivent être harmonisés pour être pertinentes. On ne vous croira pas si vous indiquez des informations capitales sur un site et pas sur votre CV ! Ce document a de fortes chances d’être lu par des robots. Pour que ce dernier mise sur votre profil plutôt qu’un autre, il faut soigneusement choisir des mots clés que vous mettrez en avant comme « cadre », « bilingue », « mobilité »… Les mots qui caractérise le mieux votre profil.

Se créer des contacts

Une fois votre double virtuel mis à jour sur Internet, il faut vous faire remarquer. Créer des contacts, ajouter des personnes qui pourraient être intéressantes pour vous et votre avenir professionnel. Il faut réseauter auprès des bonnes personnes, n’acceptez pas n’importe qui comme contact sur vos réseaux sociaux. Cela pourrait jouer en votre défaveur.  Surveillez également les personnes qui ont visité votre profil et contactez-les à l’aide d’un message type que vous aurez préparé, il faut vous faire connaitre.

Afin de vérifier si votre travail a bien été réalisé, vous pouvez googliser votre nom pour voir ce qui ressort dans le moteur de recherche. N’oubliez pas qu’il faut être actif pour que les réseaux sociaux vous aident dans votre recherche !

Comment internationaliser son site web ?

Après notre article « 4 conseils pour s’exporter à l’international », nous vous prodiguons quelques conseils pour internationaliser votre site e-commerce. C’est évidemment une étape primordiale à l’internationalisation de l’entreprise, puisque le site web est la vitrine de votre marque.

website

Voici quelques étapes à ne pas manquer :

  • Réaliser une étude de marché: il ne faut pas se lancer dans l’aventure par hasard, si vous voulez que votre site marche vraiment, il sera nécessaire de réaliser une étude de marché en amont. Cette étude permettra de connaître les produits les plus utilisés et achetés ainsi que leur saisonnalité, afin de savoir lesquels mettre en avant ou non.
  • Faire appel à un traducteur professionnel: il vaut mieux investir sur un professionnel puisqu’une bonne traduction n’est pas une tâche simple ! Il ne faut pas tomber dans le piège du mot à mot, mais il faut connaître parfaitement la langue, et la culture du pays visé pour pouvoir traduire les bonnes expressions et se faire bien comprendre.
  • Penser à l’aspect juridique: chaque pays a sa législation en termes de mentions légales, il est judicieux de faire valider son site par un cabinet d’avocat local. Les experts pourront alors rédiger vos Conditions Générales de Ventes ou d’autres textes légaux.
  • Adapter les prix: le pays visé a-t-il une monnaie différente ? De combien peut varier le taux de TVA?  A partir de quel montant de chiffre d’affaires faut-il faire une déclaration de TVA dans le pays ? Il faut songer à toutes ces questions, et si besoin à se faire accompagner par des professionnels pour ne rien oublier.
  • Choisir un opérateur de paiement international : Il vaut mieux recourir à un opérateur de paiement international pour s’affranchir de toutes les contraintes réglementaires et techniques des pays. De plus, il faut penser à adapter les moyens de paiement et de transport à votre cible : les moyens de paiement préférés changent en fonction des pays (en France, par exemple, la carte Paypal et la carte bleue sont privilégiées, alors qu’en Allemagne ce sera plutôt le virement bancaire ou le paiement par facture).
  • Connaître les labels de qualité locaux: c’est important pour rassurer les clients, il faut qu’ils connaissent les labels qui figurent sur votre site.

En espérant que ces quelques conseils vous seront utiles pour réussir l’internationalisation de votre site e-commerce ; N’hésitez pas à nous faire part de  votre expérience et de vos avis !

Stanislas Wawrinka, le champion

Depuis dimanche, toutes les caméras sont brandies sur Stanislas Wawrinka. Ce tennisman de trente ans connaît aujourd’hui la consécration grâce à sa victoire du tournoi de Roland Garros. Comment en est-il arrivé là ? Revenons sur son histoire, aux prémices de sa success story…

Une douce enfance

Né à Lausanne en 1985, il a des origines polonaise de son père, et suisse de sa mère. Ses parents, fermiers d’un centre curatif, lui offrent à lui, son grand frère et ses deux petites sœurs, une vie modeste mais pleine de bonnes valeurs. Stanislas s’exerce au tennis depuis toujours, il passe des heures sur le terrain à améliorer son jeu. Plus qu’un simple sport, le tennis se révèle être une véritable passion pour lui. Il est encouragé par sa famille qui lui permet d’intégrer certaines catégories de jeunes joueurs. En 2003, il remporte le trophée de Roland Garros juniors. Il prend alors conscience qu’il a réellement une carrière à défendre dans ce milieu.

Quand sa carrière décolle !

En 2004, il connait une traversée du désert, il ne remporte presque pas de titres. C’est seulement en 2008 que sa carrière décolle, grâce à son accession à la finale d’un Masters 1000 à Rome. Il a alors gagné sa place dans le top 10 mondial des tennismen.

En 2013 et 2014, il remporte de nombreux trophées prestigieux : son premier tournoi du Grand Chelem, l’Open d’Australie, le Masters 1000 de Monte-Carlo ainsi que la Coupe Davis, contre la France.  Ami et rival de Roger Federer, Stanislas sort petit à petit de son ombre en se faisant un nom.

Il atteint la consécration cette année en gagnant le tournoi de Roland Garros. Il est alors au cœur de toutes les conversations et tout le monde admire son jeu exceptionnel.

Stan, le personnage

Connu pour sa vie privée pleine de rebondissements, entre mariage, séparation, trahison et parentalité, il essaie pourtant de mettre en avant ses compétences sportives. Véritable personnage, c’est aujourd’hui avec son short original qu’il fait parler de lui !

Jo-Wilfried Tsonga : « Roland je t’aime »

© PASCAL GUYOT
© PASCAL GUYOT

Après sa victoire mardi contre le numéro 5 mondial, le Japonais Kei Nishikori, Jo-wilfried Tsonga offre aux français un beau spectacle à l’occasion du tournoi de Roland Garros : retour sur la carrière d’un des tennismans français les plus talentueux.

Baigné dans le sport

Né le 17 avril 1985 au Mans, fils d’un ancien handballeur professionnel Congolais qui lui transmet sa passion du sport, Jo Wilfried Tsonga se passionne d’abord pour le football.  Il fera finalement le choix de se tourner vers un sport individuel : le tennis. Il grandit dans un environnement sportif, d’ailleurs, son petit frère Enzo Tsonga devient à son tour basketteur.

Le tennisman se fait remarquer dès l’âge de 13 ans puisqu’en 2003, il finit deuxième mondial au classement Junior à l’occasion des tournois du Grand Chelem, derrière le chypriote Marcos Baghdatis. En 2004, Tsonga enchaîne les victoires et fait une première saison professionnelle extrêmement prometteuse, où il passe de la 395ème  à la 163ème place mondiale au classement ATP.

Un début de carrière marqué par des blessures

Sa carrière sera tout de même ralentie par une série de blessures pour lesquelles il devra renoncer à de nombreux match, et pour lesquelles il sera arrêté à chaque fois plusieurs mois. Mais dès 2009 il participe à de grands tournois comme l’Open de Brisbane, la Coupe Davis, les Masters de Monte-Carlo ou encore Roland-Garros et affronte les plus grands : Federer, Ferrer, LLodra… et il continue de grimper dans le classement ATP.

Un grand du tennis français

C’est la deuxième fois que Jo-Wilfried Tsonga, parfois surnommé « Ali » (de son étonnante ressemblance au célèbre boxeur Mohammed Ali), se qualifie en demi-finale du tournoi de Roland Garros. Jo-Wilfried Tsonga fait partie des meilleurs joueurs français de sa génération, pourra-t-il amener la France en finale ?  (rappelons que le dernier français à avoir remporté les internationaux de France est Yannick Noah en 1983… ) On compte sur lui !

Nos conseils pour faire bonne impression lors d’un rendez-vous professionnel

Une première rencontre est toujours importante et délicate. Qu’elle soit faite dans le cadre d’un recrutement, d’une collaboration, d’un meeting, ou même d’un événement d’entreprise, les rencontres professionnelles doivent être soignées, par ce qu’il faut faire bonne impression !

ergtqser

Se renseigner sur les personnes présentes

Avant toute rencontre prévue, il ne faut pas hésiter à collecter toutes les informations possibles. Pour cela, Google est très pratique et rapide ! On va également faire un tour sur les réseaux sociaux personnels et professionnels pour connaître le parcours de la personne ou ses hobbies. Le  but est de se sentir à l’aise et de savoir exactement à qui on s’adresse pour ne pas faire de gaffes. Connaître ses passe-temps sera utile pour trouver un sujet de conversation et se rendre intéressant. Le renseignement est donc une étape indispensable. Si la rencontre est impromptue, on peut toujours se servir rapidement et discrètement de son smartphone.

Soigner son apparence

Il va de soi que le jogging-baskets n’est pas un standard pour un rendez-vous, quel qu’il soit. Soigner son apparence renvoie une image positive, de personne propre sur elle et fiable. L’apparence est très importante car c’est la première chose que l’on remarque. Il convient donc de choisir une tenue propre et impeccable, adaptée à la situation, souvent élégante et sobre. On peut choisir des touches d’originalité mais il est préférable de s’en tenir aux standards si on n’a jamais rencontré la personne.

Faire attention à son attitude dès l’accueil

Lorsque la rencontre se fait sur le territoire de l’autre, il faut prendre garde à son attitude. Chaque faits et geste pouvant être rapporté, il est important de rester courtois et aimable avec toutes les personnes rencontrées comme l’accueil ou divers collaborateurs croisés dans les couloirs. De même, il faut rester sobre et éviter de déranger les personnes présentes (il convient d’éviter les appels téléphoniques bruyants par exemple).

Se présenter rapidement et sobrement

Quand vient enfin la rencontre, la première chose à faire est de s’introduire brièvement mais tout en finesse. On annonce donc son nom, éventuellement sa fonction professionnelle, ainsi qu’une phrase de politesse comme « je suis ravi de vous rencontrer ». Inutile d’en faire trop, il faut rester concis. On n’oublie pas la fameuse poignée de main qui doit être ni trop écrasante, ni trop molle, signe de faiblesse.

Attendre d’être invité à s’asseoir

Avant de prendre place, il est poli d’attendre l’invitation à s’asseoir. Si la personne s’absente un instant, il suffit de demander si on peut s’installer. Ce conseil n’est valable que si on est invité !

Etre décontracté

Rien ne sert d’être coincé, et stressé, cela nuira à votre image. Garder en tête que la personne en face de vous est aussi un être humain et qu’il appréciera discuter avec vous comme il le ferait avec un proche. Il faut rester sérieux mais décontracté, il n’est pas proscrit de plaisanter et d’échanger quelques anecdotes ou blagues. Cela détendra l’atmosphère et rendra la rencontre plaisante.

Etre très positif et souriant

S’il y a un facteur à ne jamais oublier, c’est de rester positif et souriant. Il faut donner envie aux autres de travailler avec vous, de vous faire confiance. Il est plus appréciable de travailler avec quelqu’un de souriant qu’avec quelqu’un de très fermé ! Les gens croiront en vous et vous paraîtrez dynamique et efficace.

Oser parler d’argent

Parler d’argent est semble-t-il un tabou en France. En affaires, il s’agit d’un sujet comme un autre, et peut-être même du plus important. Il faut donc l’aborder correctement, en douceur, pour ne pas brusquer son interlocuteur. Si la question d’argent arrive dans une conversation diverse, il ne faut pas hésiter à en parler, tout en gardant les informations confidentielles liées à l’entreprise pour soi. Vous devez être vu comme le vrai professionnel et businessman que vous êtes !

Une première rencontre est une étape qui peut sembler délicate. Mais avec de la préparation et une attitude professionnelle et détendue, vous pouvez ouvrir toutes les portes!

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑