Boulineau Emmanuel : la révolution RH chez Saint-Gobain

Saint-Gobain est une entreprise française spécialisée dans la production, la transformation et la distribution de matériaux. Elle est aujourd’hui devenue le premier réseau de distribution de matériaux de construction en France avec près de 24 000 collaborateurs. Elle doit sa réussite et sa pérennité aux politiques de ressources humaines mises en place par Emmanuel Boulineau, Directeur des Carrières et du Développement RH de Saint-Gobain Distribution Bâtiment France depuis 2012. Zoom sur la révolution RH menée par Saint-Gobain.

Emmanuel Boulineau

Pionnière dans son domaine sur le territoire français, Saint-Gobain continue à évoluer en mettant en place de nouvelles stratégies. C’est notamment le cas en ce qui concerne les ressources humaines et les perspectives d’évolution de carrière au sein du groupe, qui ont connu un changement radical et qui va impacter l’entreprise pendant plusieurs années. C’est une initiative du Directeur des Carrières et du Développement RH : Emmanuel Boulineau. En plaçant la mobilité interne au cœur des préoccupations RH, Saint-Gobain souhaite garder les jeunes diplômés afin d’apporter un souffle nouveau à l’entreprise.

Le groupe accueille beaucoup  de stagiaires et d’alternants en recherche d’expériences professionnelles. Ce sont ainsi 600 alternants qui rejoignent chaque année les équipes du groupe dans plusieurs domaines d’activités, sur le terrain mais aussi au siège : marketing, logistique, vente, finance, ressources humaines, etc… Les étudiants sont formés et adoptent les valeurs de l’entreprise, ce qui les rend nettement plus efficace dans leurs missions et épanouis professionnellement.

Tous ces étudiants pourront désormais voir leur expérience se transformer en un contrat prolongé grâce à la nouvelle politique de ressources humaines, porté par Emmanuel Boulineau. Il a assuré que la mobilité interne aura une place déterminante dans les actions menées par les services de ressources humaines. Ainsi, les stagiaires et les alternants auront plus de chances de voir leur expérience se prolonger et se transformer en un CDI ou un CDD. Ce dispositif va grandement faciliter leur insertion dans la vie professionnelle. De plus, les opportunités d’évolution seront également plus conséquentes ce qui est un atout pour attirer de nouveaux talents. Par exemple, 80% des managers ont été promu à ce poste grâce à une évolution interne. Un chiffre qui va donc continuer d’augmenter et qui va s’étendre aux autres cœurs de métier qui compose Saint-Gobain.

Forte de ses 350 ans de métier, Saint-Gobain met un point d’honneur à garder un certain dynamisme dans son organisation. C’est ce qui fait sa force et ce qui lui a permis de traverser les siècles et de s’implanter dans 66 pays. Le groupe continue de faire parler de lui, comme en ce moment, avec une exposition sur la célèbre place de la Concorde à Paris et qui prouve, une fois de plus, sa capacité d’innovation et son savoir-faire mondialement reconnu.

pavilions-saint-gobain

7 réseaux sociaux d’entreprise

Les réseaux sociaux d’entreprise sont un outil formidable qui permet aux salariés de communiquer en interne sur un intranet. Ils peuvent échanger des informations concernant des projets ou des réunions mais aussi pour se tenir informé de la vie de la société. Beaucoup de plateforme dédiées à ce service se sont développées ces dernières années. Voici donc un top 7 des meilleurs réseaux sociaux d’entreprise.

ss-social-hands

Yammer est un logiciel assez complet qui vous offre des dizaines de fonctionnalités. Grâce à Office 365, vous pouvez créer des groupes de travail, pour un projet ponctuel par exemple, à l’intérieur même d’une communauté d’employés. De même, vous pouvez créer des conversations communes ou ciblées pour quelques personnes seulement. Yammer est notamment utilisé par des entreprises telles que DHL, Shell, L’Oréal, Adobe ou encore la BBC.

See My développe des solutions qui ont pour but de rendre le travail plus coopératif, au sein d’une entreprise. Plusieurs logiciels sont à disposition selon les besoins : stimuler l’innovation, améliorer la performance des salariés ou développer un outil pour un nouveau management. On compte parmi ses clients les plus connus, AG2R La Mondiale, GDF Suez et RATP.

Chatter permet de partager des fichiers pour les mettre en commun et de connecter vos collaborateurs afin qu’ils travaillent en collaboration. Vous facilitez ainsi le travail de tous les employés de votre entreprise mais vous accélérez aussi le processus d’innovation. Chatter est utilisé parmi des centaines d’entreprises dont Phillips, Canon, Electronic Arts ou encore

Jamespot propose des solutions faciles d’utilisation pour la mise en place d’intranet, d’extranet mais aussi des interfaces pour des espaces de vente où il est possible de gérer la relation client de façon simplifiée. Jamespot est utilisée par de grands groupes tels qu’Orange, Renault, Total, La Caisse d’Epargne mais aussi Sephora.

Bluekiwi vous permet d’organiser votre journée autour de ce logiciel. Vous pouvez gérer vos projets en groupes avec vos collaborateurs mais aussi mettre en relation vos employés, vos clients et vos partenaires.

Talk Spirit vous permet de gérer un ensemble d’employés et de projets sur un même logiciel. Vous pouvez créer des groupes privés pour les différents services de votre entreprise et gérer des événements internes ou externes. La navigation extrêmement simple a déjà séduit des clients du monde média comme le Parisien ou Le Télégramme et des opérateurs télécom comme Orange.

Jive est un des pionniers créateurs de plateformes de réseaux social professionnel. Cette société propose plusieurs solutions d’intranet ergonomiques selon les besoins de l’entreprise : logiciels de collaboration pour les employés ou pour maintenir sa communauté de clients et de partenaires. Parmi ses clients les plus connus, on retrouve Burger King, Michlien, Société Générale ou Reebok.

Disponibles sur ordinateur ou en version mobile, ces réseaux sociaux d’entreprise se développent de plus en plus et prouvent leur utilité au fil du temps, notamment en termes de gain de temps dans l’avancement des projets mais aussi de prise de décisions.

Inditex, le géant de la mode

Inditex est aujourd’hui le plus grand détaillant mondial de mode. Son fondateur, Amancio Ortega Gaona est même classé 4ème parmi les plus grosses fortunes mondiales. Mais comment ce géant du textile en est arrivé là ? Retour sur le succès fulgurant de ce petit groupe espagnol, devenu le leader dans son domaine.

Zara - Inditex

C’est en 1975 qu’Amancio Ortega Gaona crée la marque leader du groupe : Zara. Mais ce n’est qu’en 1985 que le groupe Inditex, INdustria de DIseño TEXtil, est fondé. La jeune marque commence par ouvrir des boutiques dans le Nord de l’Espagne, son pays natif.  A la fin des années 1980, Inditex choisi d’adopter une stratégie de développement à l’international qui va le propulser sur le devant de la scène de la mode. Inditex va alors connaître une rapide expansion à travers le monde, en seulement quelques années.

Aujourd’hui, le groupe espagnol est constitué de huit marques, mondialement connues. Tout d’abord, il y a  Zara et Zara Home, Pull and Bear, Bershka, Oysho, Kiddy’s class, Lefties, et Uterquë, la dernière enseigne créée en 2008. Le groupe a également fait l’acquisition de Massimo Dutti et de Stradivarius car ces deux marques venaient compléter le positionnement de Zara. Chacune de ces marques a pour but de couvrir un segment de marché différent, afin de proposer des vêtements pour tout le monde. Bien que toutes ces marques soient très rentables pour Inditex, Zara réalise toujours la plus grande partie des bénéfices du groupe.

Inditex a gravi les échelons en s’appuyant sur plusieurs de ses forces. Tout d’abord, le groupe a adopté une stratégie de développement global qui lui a permis d’avoir une croissance exponentielle. Ensuite, sa seconde force vient de la marque leader Zara. Elle possède un avantage concurrentiel important par rapport à ses concurrents. En effet, son créateur a inventé ce que l’on appelle la « fast fashion », c’est-à-dire le renouvellement très fréquent des collections. Quand les autres enseignes de prêt-à-porter mettent plusieurs mois pour sortir une nouvelle collection, les stylistes de Zara en proposent une tous les 15 jours. Ces délais font de Zara la marque la plus rapide en captation de tendances. Cette efficacité est rendue possible notamment grâce à la centaine d’entreprises liées aux activités de création, de fabrication et de production, toutes situées en Espagne, dans la même région.

Afin de préserver sa place de deuxième plus grande entreprise au monde dans la grande distribution de mode (juste après LVMH), Inditex met tout en œuvre pour satisfaire sa clientèle. Tout d’abord, le groupe réaménage les points de vente de Zara afin d’en acquérir de plus grands, qui atteignent parfois jusqu’à 2000m2. Le design qui fait la marque de fabrique de Zara, lui reste intact : une décoration minimaliste, avec des matériaux nobles et sobres. La marque agrandit également ses gammes de produits afin de proposer Zara Kids et Zara Home. Ces enseignes qui  actuellement ont leur place dans les magasins classiques Zara, tendent à devenir des points de ventes indépendants. L’ouverture et la rénovation des points de ventes constituent d’ailleurs le plus gros pôle de dépense de la marque espagnole, soit 90%.

Dernièrement, Zara a mis sa notoriété et sa fortune au profit de la cause des migrants. En effet, le propriétaire de la marque a offert aux réfugiés syriens 800 000 euros de vêtements afin de leur venir en aide. Une action honorable qui la différencie encore une fois de ses concurrents.

Grâce à ses diverses enseignes, Inditex totalise une présence dans 88 pays. Il possède plus de 6 700 magasins qui emploient 137 000 personnes. Le groupe prospère et sa croissance ne s’arrête pas là puisque ses actions en bourse continuent d’augmenter. Son chiffre d’affaire de 18,1 milliards d’euros est en hausse de 8,3% depuis 2014, ce qui annonce encore de beaux jours Inditex.

Pourquoi utiliser un RSE ?

Les réseaux sociaux d’entreprise accompagnent de plus en plus l’évolution de l’entreprise. Ils favorisent l’échange et le partage des idées plus facilement au sein d’un groupe. Voici les raisons pour lesquelles il serait judicieux d’utiliser un RSE.

RSE

Avantages pour les employés 

  • C’est pratique car cela leur permet d’éviter de faire face à des chaînes de courriel trop longues, prenant beaucoup de temps à la lecture et à la recherche d’une information précise
  • C’est plus « convivial », le RSE leur permettra d’avoir des discussions moins encadrées. Ils auront plus de facilité à se procurer de l’aide et poser des questions
  • Simple d’usage : sachant généralement utiliser les réseaux sociaux à escient personnel, l’utilisation d’un RSE reste facile à assimiler
  • Facilité de discussion : ils peuvent y partager leurs idées, apporter des réponses aux problèmes de façon instantanée, et tout le monde peut y participer. Cela contribue à un gain de temps non négligeable
  • Le partage du contenu est pratique car il est possible d’y insérer tout type de fichier : texte, audio, liens, vidéos ou encore des dossiers
  • Les informations souhaitées se trouvent en un clin d’œil

Avantages pour les employeurs

  • Gratuit en version freemium (version gratuite)
  • Utiliser l’intelligence collective afin de régler les soucis plus facilement et rapidement
  • Une augmentation de la productivité grâce au gain de temps et à la praticité du RSE
  • Réduire les courriels et améliorer la communication interne
  • Facilité d’intégration des nouvelles personnes dans le groupe
  • Renouveler l’information constamment en temps réel permet de tenir tout le monde au courant des nouveautés
  • Une réaction rapide et efficace aux problèmes
  • Transfert de compétences
  • Incitation au travail d’équipe
  • Il est possible de revenir sur des discussions à tout moment afin de trouver un renseignement

La mise en place d’un RSE contribue fortement à une transformation de la culture de l’entreprise. Afin de pouvoir utiliser le réseau dans de bonnes conditions, il faut savoir concilier les objectifs du groupe, la technologie et les paramètres humains. Aujourd’hui, 53 % des entreprises françaises ont mis en place ou prévoient de mettre en place un réseau social.
La semaine prochaine, retrouvez sur notre blog les 7 principaux réseaux d’entreprise.

Kazuo Inamori, chef d’entreprise et moine bouddhiste à la fois !

Kazuo Inamori est le fondateur de deux grandes compagnies japonaises : Kyocera et KDDI. Reconnu en tant que grand entrepreneur,  il est aussi connu pour sa vision altruiste du management. Retour sur le parcours atypique du chef d’entreprise bouddhiste.

Kazuo_Inamori_2011_Heritage_Day_HD2011-71

Kazuo Inamori est né le 30 janvier 1932 à Kagoshima au Japon. En 1959, il crée Kyocera Corporation, une entreprise spécialisée dans les composants céramiques, électroniques, l’équipement de bureau et la téléphonie.  En 2000, il crée KDDI opérateur de télécommunications.  Les deux entreprises réunies pèsent 53 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploient  100 000 salariés dans le monde.
KDDI détenait à elle seule 28 % des parts de marché du secteur en 2008.

Outre le succès de ses compagnies, Kazuo Inamori est également moine bouddhiste. Cela a fait de lui une figure emblématique au Japon de par son initiative du management altruiste : un management inspiré par la philosophie bouddhiste. En effet, il explique que le partage serait bénéfique à la croissance de l’entreprise. La prise en compte des autres permet de rétablir un équilibre. Le modèle capitaliste est « fondé sur l’égoïsme et cela génère des problèmes comme les inégalités entre les riches et les pauvres et des déséquilibres sociaux » affirme-t-il. C’est sur cette théorie qu’il décide de diriger ses sociétés.  Cette organisation évite également les discordes au sein même de l’entreprise, ce qui permet d’échapper aux conflits. Il s’appuie sur son expérience pour prouver que sa théorie fonctionne. Sa philosophie précise qu’il faut, bien entendu, garder ses objectifs, mais que notre satisfaction doit être liée à la satisfaction de l’autre. On ne peut faire de bénéfices sans espérer que nos partenaires en fassent aussi. C’est sur ce fonctionnement que doit évoluer le management selon lui.
En 1985, il créé le prix de Kyoto, une récompense internationale décernée aux personnes ayant contribuées à l’avancement de la science.

En 2010, le gouvernement japonais fait appel à Kazuo Inamori pour prendre la présidence de Japan Airlines au bord de la faillite. Il dirige l’entreprise avec la même philosophie, ce qui lui vaut 1.4 milliards d’euros de bénéfices la première année et 1.6 milliards la deuxième année. Depuis, la compagnie aérienne a maintenu un taux de bénéfices supérieur à 10%.

Pour Kazuo Inamori, les relations humaines et relations d’entreprises sont intimement liées. La concrétisation de ses objectifs ne doit pas empiéter sur les objectifs de l’autre et son bien-être. Comme le confirme son slogan, le principal est de « respecter la création et aider les hommes. » Cette stratégie a su faire ses preuves notamment au sein des compagnies qu’il a pu diriger. Toutes ses idées ont su conquérir bon nombre de personnes aujourd’hui croyant à un management plus charitable.

10 concepts originaux pour faire vos séminaires d’entreprise

Organiser un team building est une excellente façon de resserrer les liens entre vos salariés, les motiver et créer de la cohésion. Les entreprises le font de plus en plus mais certaines sont parfois à court d’idées pour trouver un lieu ou un thème qui réunira une équipe. Alors voici 15 concepts originaux pour impressionner vos salariés !

team building

L’Escape Game : vous êtes enfermé avec votre équipe dans une pièce et pour en sortir, vous devez résoudre des énigmes. Ce nouveau concept arrivé en France il y a quelques années maintenant est une activité parfaite pour créer et maintenir la cohésion dans un groupe.

Le labo culinaire : entre cuisine traditionnelle et science, cette activité vous propose de découvrir les secrets de la cuisine moléculaire, très peu connue et pratiquée par le grand public. La réalisation de plats atypiques en équipe est une très bonne solution pour permettre à vos salariés de faire connaissance en dehors du cadre du travail.

Team building façon Koh Lanta : si vos collaborateurs ont une âme d’aventurier, ils se laisseront tenter par ces défis en équipe. Au programme, des exercices aussi bien sur terre que dans l’eau qui demanderont de l’agilité, de la force physique et de l’esprit d’équipe. Ce concept vous offre un séminaire pour le moins sportif !

Activités en montagne : entre les balades en motoneige, les randonnées en chien de traîneau ou les descentes nocturnes dans les vallées enneigées, un grand choix s’offre à vous pour occuper vos équipes pendant une journée.

La balade en Segway : à bord de cet engin ludique et innovant, vous allez redécouvrir le plaisir d’une promenade. Guidé par votre sens de l’équilibre, partez à la découverte de lieux insolites et de paysages à couper le souffle, pour une balade 2.0.

Atelier cinéma : le temps d’une journée, passez derrière la caméra pour découvrir le monde fascinant du 7ème Guidé par un caméraman professionnel, vous vivrez une expérience atypique et conviviale, votre équipe développera sa créativité et son esprit d’équipe.

Le Murder Party : entrez au cœur d’une enquête policière grâce à ce Cluedo grandeur nature. Chaque équipe devra rassembler les indices et unir leurs compétences pour arriver au bout de l’énigme. Un concept qui créera à coup sûr un véritable esprit d’équipe.

Le rallye pédestre œnologique : un mélange bien dosé entre histoire, dégustation et découverte de la région et de ses paysages. A l’aide d’un guide, vous gouterez les vins des meilleures caves en profitant des plus beaux endroits et panoramas que propose votre région.

La chute libre indoor : pour faire le plein de sensations, emmenez vos équipes dans une soufflerie pour faire des simulations de chute libre. Ce sera l’occasion pour chacun de repousser ses limites tout en partageant un moment unique qui va fédérer vos salariés.

Activités nautiques : embarquez sur un bateau à moteur pour admirer le rivage ou plonger dans les profondeurs marines pour une chasse au trésor inédite. C’est un moment de convivialité, en bord de mer, qui attend vos équipes.

Avec ces quelques idées, vous êtes sûr d’en mettre plein la vue à vos salariés et de voir les bénéfices de retour au bureau, sur la cohésion et l’ambiance au travail.

Parrot, l’entreprise synonyme d’innovation

Il y a 3 ans, Parrot était encore inconnue du grand public. Mais aujourd’hui, cette entreprise française grandit à vue d’œil et accroît sa notoriété grâce à un domaine d’innovation porteur : les drones. Retour sur le succès fulgurant de Parrot, la marque synonyme d’innovation.

Parrot

Parrot est une entreprise française fondée en 1994 par Henry Seydoux, Christine de Tourvel et Jean-Pierre Talvard. En 1995, la start-up commercialise son premier produit : un agenda avec une commande vocale conçu pour les malvoyants. Très vite, l’entreprise va se lancer sur plusieurs secteurs d’activité, l’automobile, les objets connectés et les drones civils, afin de proposer une offre diversifiée à sa clientèle. Les produits de haute technologie destinés au grand public  vont propulser Parrot sur le devant de la scène.

Depuis 2010, la vente de drones civils a explosé. C’est donc en exploitant ce marché que Parrot a connu une croissance spectaculaire. En effet, le chiffre d’affaires qui s’élève aujourd’hui à 244 millions d’euros, a progressé de 47% depuis 2006. L’entreprise a développé plusieurs modèles de drones et de mini-drones commercialisés entre 99 et 899 euros. Ces engins sont de plus en plus utilisés par les professionnels notamment dans les métiers du cinéma, de la photographie, de la surveillance mais aussi de l’agriculture. Ils ont également vu apparaître une nouvelle discipline sportive, le FPV racing, la course de de drones.

Parrot continue de faire parler de ses innovations à  travers le monde entier en participant en juin 2015, au Salon du Bourget à Paris, qui rassemble toutes les dernières innovations technologiques mais aussi au Consumer Electronic Show de Las Vegas, le plus gros salon du monde consacré à l’univers de la high-tech. C’est l’occasion pour l’entreprise française d’accroître sa notoriété à l’étranger, où elle réalise la plus grosse partie de son chiffre d’affaires.

En France, Parrot a une boutique située à Paris dans le 2ème arrondissement mais elle possède également un réseau de distribution important en France avec des magasins revendeurs comme la FNAC, Darty, Boulanger mais également chez Truffaut pour le Parrot Flower Power, un objet connecté qui permet d’analyser les besoins des plantes et ces informations sont retransmises sur un smartphone. Ce réseau de distribution s’étend aussi à l’étranger depuis maintenant quelques années.

Le succès de l’entreprise française est tel qu’elle a été introduite en bourse en juin 2006 et depuis, les actions ne cessent de monter malgré les chutes de certains cours bousiers. Elle a également fait l’acquisition de Varioptic, spécialisée dans les lentilles numériques, et de DiBcom, spécialisée dans la radio et la télévision numérique multistandards. Ces deux entreprises viennent élargir les marchés sur lesquels est Parrot.

L’innovation est donc le maître mot de Parrot et la dernière en date est le Parrot Zik 3. Ce casque audio sans fil, y compris pour la recharge, doit sortir pour la fin d’année 2015. Parrot n’a donc pas fini de révolutionner notre quotidien avec des produits de hautes technologies innovantes.

5 conseils pour une reconversion professionnelle

La reconversion professionnelle est une chose de plus en plus courante à notre époque. Les raisons ? Un salaire peu satisfaisant, une absence d’opportunités,  d’évolution  ou tout simplement le désir de vivre d’autres expériences peut nous amener à nous remettre en question.  Voici  5 conseils pour  une reconversion professionnelle réussie.

reconversion

  1. Lanalyse

En effet, avant d’entamer votre reconversion professionnelle il est très important d’analyser la situation dans laquelle vous vous trouvez afin d’évaluer votre motivation. Qu’est-ce qui vous déplait dans votre travail actuel ? Quelles sont vos envies ? Vos besoins ? Tout projet de reconversion professionnelle est motivé par un mal être. Peut-être une perte de sens, un manque de reconnaissance, une envie de changement … Cependant il est essentiel de l’identifier afin  de commencer à définir vos projets en toute cohérence.

  1. Définir sa voie

Après vous être assuré qu’une reconversion professionnelle était bien nécessaire, il faut maintenant définir quel est ce travail idéal ? Celui qui répond à tous vos besoins.
Des recherches sont à faire afin de bien déterminer quelles caractéristiques devra avoir votre futur métier ? Quel secteur vous intéresse plus ou moins ? Quelles sont vos compétences ? Afin de vous aider, vous avez la possibilité de vous adresser à un service d’orientation professionnelle, ce sont des structures généralement publiques qui offrent des conseils utiles pour toute orientation.
Attention, cette étape est importante, c’est celle qui définira dans quel secteur vous souhaitez évoluer. Il faut se centrer sur un projet bien défini mais surtout réalisable.

  1. Se renseigner

Une fois le métier bien défini, il est temps de se renseigner sur celui-ci. En effet, après avoir pris connaissance des aspects positifs, il faut prendre conscience des risques afin de les maîtriser et de les éviter au mieux.
Il est notamment important de se renseigner et d’étudier le marché de l’emploi du secteur convoité afin de ne pas se retrouver confronté à des imprévus. Etudier le marché et son évolution vous permettra d’évaluer vos chances de réussir dans le secteur. Pour cela, vous pouvez lire des magazines professionnels, vous rendre à des salons, essayez de vous faire le maximum de contacts issus de votre nouveau secteur d’activité dans le but de récolter le maximum de réponses.

  1. Prendre la bonne décision

La 4ème étape est l’assurance d’avoir fait le bon choix. C’est le moment d’évaluer le pour et le contre de toutes les analyses menées jusqu’ici. Après réflexion, ai-je fais le bon choix et pris les bonnes décisions ? Mon projet est-il réalisable ? Suis-je prêt pour un tel changement ?  Si oui, il est temps de concrétiser la reconversion.

  1. Concrétisation de la reconversion

Il est important d’avancer avec méthode dans sa reconversion. Vous devez établir votre « plan d’action ». Pensez à la transition avec votre travail actuel. Démissionner ? Travailler à temps partiel ? Vous devez réfléchir à la formation la plus adaptée mais également à l’aspect financier. Sachez que selon votre profil vous pouvez bénéficier d’aides dédiées à la réorientation professionnelle.
Afin de vous renseigner au mieux à propos des aides et des formations les plus appropriées, en fonction de votre situation, vous pouvez vous adresser aux services d’orientation professionnelle. Ils peuvent vous indiquer vers quels établissements ou écoles vous adresser afin de suivre votre future formation.

La décision d’une reconversion professionnelle peut s’avérer compliquée.  Plusieurs facteurs sont donc à prendre en compte et il est primordial de n’en oublier aucun afin de parvenir à vivre en cohérence avec son nouveau métier. De l’analyse de soi à la concrétisation, la reconversion peut s’avérer difficile mais il faut rester persévérant afin de s’épanouir dans sa nouvelle voie!

Shazam : L’application aux 100 millions d’utilisateurs

Shazam

Shazam est une application de reconnaissance auditive qui permet d’obtenir instantanément le titre d’une chanson que vous êtes en train d’écouter.

La société Shazam Entertainment Limited a été créée en 1999 par Chris Barton, Philip Inghelbrecht, Avery Wang et Dhiraj Mukherjee  à Londres.

Le logiciel développé utilise le microphone du téléphone pour capturer un échantillon de musique jouée. Une empreinte acoustique est créée à partir de l’échantillon puis comparée à la base de données centrale de la société. En cas de reconnaissance, les informations de la base de données, comme le nom de l’artiste, le titre de la chanson et l’album sont envoyés à l’utilisateur. Des liens vers des services partenaires comme iTunes, Youtube ou Spotify sont ensuite proposés par Shazam.

Depuis 2008, le logiciel fait partie des applications incontournables de l’Apple store ce qui lui a valu de se développer sur les autres smartphones, tablettes, et depuis peu sur Mac.
En 2014, l’application a été téléchargée plus de 500 millions de fois et a franchi la barre des 100 millions d’utilisateurs mensuels.

C’est aujourd’hui l’une des seules applications gratuite qui génère des revenus. En effet, l’entreprise touche une commission sur les ventes de musique qu’elle génère auprès de ses partenaires. Chaque jour, c’est 400 000 chansons qui sont vendues en ligne à partir de Shazam,  soit 300 millions de dollars de ventes en ligne par an et 7% des téléchargements légaux de musique dans le monde.

Cependant le modèle économique est sérieusement remis en cause. L’essor du streaming gratuit (et même payant) de musique, à base de forfaits mensuels illimités, s’avère beaucoup moins rémunérateur.

Conscients des limites actuelles de leur modèle économique, les dirigeants de Shazam tentent à marche forcée de trouver des relais de croissance, hors de l’univers de la musique.

Ces dernières années, la start-up basée à Londres a déjà étoffé ses contenus avec un fil d’actualité s’inspirant des réseaux sociaux et renforcé son interactivité avec les programmes TV. Ses autres sources de revenus sont tirées des publicités insérées dans son application et issues des publicités liées aux émissions et spots télé que l’application sait reconnaître.
Pour les annonceurs, un tel partenariat coûte généralement entre 50 000 et 100 000 euros.
La France est l’un des premiers pays à avoir entretenu des partenariats publicitaires avec l’entreprise. Celle-ci a notamment collaboré avec SFR, Peugeot, Guerlain, Axa ou encore Orange.

La dernière nouveauté de la stratégie de diversification de Shazam est celle de la reconnaissance visuelle. Depuis mai 2015, l’application (via un smartphone) scanne des affiches et des produits contenant une mini-étiquette, qui redirige ensuite vers du contenu multimédia disponible sur Internet, sur le modèle des codes QR avec leur petit damier noir et blanc.

Plusieurs marques américaines comme Walt Disney et Target ou françaises (Evian et Guerlain) ont signé des partenariats marketing avec Shazam pour cette fonction.

La radio Europe1, pour sa campagne publicitaire de rentrée 2015, offre même la possibilité de « shazamer » les affiches promouvant ses animateurs.

Shazam est aujourd’hui la première application de reconnaissance musicale qui a engendré une forte croissance des ventes en ligne de musique.
Elle a su s’imposer principalement de par ses partenariats mais également grâce à une stratégie de diversification efficace. L’entreprise pense même à décliner son fonctionnement pour d’autres domaines tel que la mode. Fort de son succès, Rich Riley qui dirige aujourd’hui la société parle même d’une entrée en bourse.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑