ZGROUPE The Force One

Lindt et ses lapins en chocolats

Impossible d’y échapper en période de fêtes. Voilà un peu plus de soixante ans que le Lapin Or  annonce le printemps. Avec son habit doré et son ruban rouge à clochette, il est devenu, au même titre que les boules Lindor, l’emblème d’une marque qui a contribué à la réputation d’excellence du chocolat suisse dans le monde entier : Lindt.

lindt

L’histoire du célèbre chocolatier débute vers le milieu du XIXe siècle : Rodolphe Lindt, fils d’un pharmacien bernois, tente d’affiner les recettes dites classiques de chocolats, afin d’avoir un résultat exceptionnel, avec un cacao qui fond dans la bouche tout en conservant la finesse de ses arômes. La légende raconte qu’un jour il oublie d’arrêter sa machine lors d’un long week-end. En revenant, il se trouve devant une toute nouvelle masse de chocolat. Il réalise alors que la pâte brassée pendant au moins soixante-douze heures s’est réchauffée par la friction, permettant au beurre de cacao d’enrober les particules de sucre et de cacao et donnant ainsi au chocolat sa consistance fondante et son brillant satiné.

En 1899, le chocolat Sprüngli AG, fondé par les confiseurs zurichois David Sprüngli-Schwarz et son fils Rudolf Sprüngli-Ammann, rachète la fabrique de chocolat de Rodolphe Lindt, à Berne ainsi que son savoir-faire unique.

Dans les années 1920, l’industrie du chocolat suisse connaît un véritable âge d’or. Les exportations prennent de plus en plus d’importance. Vers 1915, Lindt & Sprüngli exporte près des trois quarts de sa production de chocolat dans environ vingt pays à travers le monde. Dès 1977, la firme installe des sites de production en France, en Allemagne et aux Etats-Unis; 1986 est une année clé pour la marque: la société entre à la Bourse suisse.

Évoluant sur un marché du chocolat premium, le chocolatier Lindt investit 70 millions d’euros dans son usine française et ouvre son plus grand magasin (360 m2) à Paris en septembre 2014. Un flagship qui s’insère sur la prestigieuse place de l’Opéra, entre la boutique Nespresso et celle d’Uniqlo. Il s’agit du 160e magasin du groupe.

Pour l’année 2015, Lindt & Sprüngli a vu son chiffre d’affaires bondir de 17,4%  au premier semestre 2015, grâce au rachat du confiseur américain Russel Stover. La croissance organique sans Russel Stover s’est inscrite à 9,4%. En monnaies locales, cette croissance s’établit à 24,9%.

A Noël d’abord, Lindt est devenu le challenger de Ferrero et de ses rochers dorés : grâce à ses Champs-Elysées et à ses Pyrénéens, il accapare le marché d’environ 21% des chocolats de fin d’année. Un marché de 600 millions d’euros , plus important que celui des whiskys (462 millions) ou des champagnes (339 millions), autres best-sellers des fêtes. De même, «à Pâques, en à peine cinq ans, Lindt a presque doublé sa part de marché pour devenir le numéro 2». Et, côté tablettes, le suisse règne en maître avec près de 20% du rayon, devant Nestlé ou les marques Milka et Côte d’Or du géant américain Kraft.

Le groupe Lindt & Spüngli traverse les époques  avec son savoir- faire unique, et son renouvellement de produit constant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 janvier 2016 par dans CONSEILS DE ZGROUPE.
%d blogueurs aiment cette page :