ZGROUPE The Force One

Le talent de Stewart Butterfield, Fondateur de Flickr et Slack !

Daniel Stewart Butterfield, né en 1973, est un entrepreneur et homme d’affaires canadien, connu pour être un co-fondateur du site de partage de photos Flickr acquis par Yahoo en 2005 et de l’application de messagerie de l’équipe Slack, plateforme dédiée aux communications internes en entreprise. En 2006, Il est nommé parmi les 100 personnes les plus influentes au monde par le New York Time magazine.

La naissance d’un outil révolutionnaire                                                  

En 2002, il cofonde la société Ludicorp et met en place le jeu vidéo Game Neverending. Ceci étant un échec, il lance un site de partage de photos : Flickr, racheté 25 millions de dollars par Yahoo en 2005.

Après une première application de jeux ratés, Steven et son équipe changent de cap. Ils abandonnent leur projet initial et créent Slack, un petit applicatif de messagerie à l’ergonomie simple, fluide et très facile à utiliser permettant de simplifier le travail en équipe. Le produit est d’abord testé en privé avant d’être lancé publiquement début 2014. Plus qu’un outil, Slack devient un phénomène révolutionnant le travail en équipe et la gestion de projets collaboratifs. L’utilisation de cet outil pour les entreprises B2B est tout simplement prodigieuse !

Slack est aujourd’hui valorisé à près de 4 milliards de dollars. Il s’est imposé partout, notamment dans les start-ups et dans de grandes sociétés aussi prestigieuses que diverses telles qu’Airbnb, EBay.  Il est devenu l’outil de travail central dans presque toutes les équipes.

Comment expliquer un tel succès ?

Deux ans après son lancement public  en février 2014, Slack compte plus de 30.000 équipes comme utilisateurs et une évaluation de plus d’un milliard  de dollars. Le succès a été vif et immédiat. Slack est très vite adopté par une kyrielle de start-ups qui ont leur quartier dans la Silicon Valley : HBO, eBay, Expedia, Dow Jones et d’autres grands groupes s’en équipent aussi. En octobre 2014, soit huit mois seulement après son lancement, Slack était déjà valorisé à plus d’un milliard de dollars. Le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens ne cesse d’augmenter : 500 000 en février 2015, 1,1 million en juin 2015, 2 millions en décembre 2015. Aujourd’hui, Slack frôle les 3 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.

Contrairement à d’autres start-ups qui sont rentrées dans le club fermé des valorisations à 1 milliard de dollars sans générer de revenu, Slack est rentable. Grâce à son modèle d’abonnement freemium, la société augmente chaque mois son chiffre d’affaires annuel récurrent d’un million de dollars. La start-up pourrait devenir l’une des entreprises SAS au taux de croissance les plus élevés.

Slack simplifie le travail en équipe

De nombreuses entreprises, notamment les Pme et les start-ups utilisent pour le travail d’équipe une combinaison entre emails, mailing lists, Skype, Google Han gouts, messages de groupes, partage de fichiers via Dropbox, et bien d’autres applications.  Slack se propose donc de rassembler tous ces éléments dans une seule et même application proposant un chat unique, qui fonctionne à la fois sur ordinateur et mobile, sur iOS et Android.

Par ailleurs, Slack indexe tous les contenus de tous les fichiers, qu’ils soient partagés ou téléchargés directement sur l’application. Ensuite en utilisant le « deep search », Slack permet de retrouver des éléments au sein de fichiers Word, Google docs, PDF, Photoshop, messages ou autres via un unique moteur de recherche.

Un business – Un modèle solide

La plateforme de collaboration est similaire à d’autres produits comme Hip Chat, mais son design travaillé et son expérience utilisateur simplifiée en ont fait un succès fulgurant. Moins d’un an après son lancement, le service est utilisé par près de 30 000 équipes de professionnels qui envoient 200 millions de messages par mois, selon Slack. La start-up affirme compter 73 000 clients payants. Certains sont des entreprises web en vue, comme Twitter, Dropbox  ou bien des médias comme le New York Times ou Buzzfeed.

Le produit basique est accessible gratuitement, mais toutes les fonctionnalités les plus intéressantes sont payantes, comme la modification de fichiers directement au sein de l’application, ou la recherche d’archives illimitée.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :