8 HABITUDES À NE PAS AVOIR POUR GAGNER EN PRODUCTIVITÉ EN 2017 !

Bien que cela ne semble pas évident, travailler davantage dans un temps limité est un objectif possible si vous ne vous prenez pas de mauvaises habitudes. Voici donc 10 rituels que vous devriez abandonner dès maintenant afin d’être plus productif.

RETARDER SON REVEIL

Vous pensez surement qu’appuyer sur ce bouton pour retarder votre réveil, vous offre quelques précieuses minutes de repos supplémentaires pour bien débuter votre journée. La vérité est que cela va vous faire plus de mal que de bien.

En effet, lorsque vous vous réveillez d’une nuit de sommeil, votre système endocrinien commence à libérer des hormones pour vous préparer à affronter une longue journée. Cependant, en vous rendormant, vous ralentissez ce processus. De plus, 10 minutes supplémentaires ne donnent pas à votre corps le temps suffisant pour atteindre un état de sommeil profond et réparateur dont il a besoin.

GARDER LE TÉLÉPHONE À CÔTÉ DU LIT

Un autre conseil  pour obtenir un bon sommeil est de ne pas laisser des éléments extérieurs nuire à la qualité de votre nuit.

Nos smartphones, tablettes et ordinateurs portables, par exemple, dégagent ce qu’on appelle la lumière bleue qui peut dégrader la vue et supprimer la production de la mélatonine, une hormone qui aide à réguler notre cycle du sommeil.

FAIRE L’IMPASSE SUR LE  PETIT-DÉJEUNER

L’énergie nécessaire pour une journée productive ne s’obtient pas seulement avec le sommeil, il est important de ne pas négliger le petit déjeuner qui est le repas le plus important de la journée.

Au moment où vous vous réveillez, vous n’avez probablement pas mangé pendant une longue durée (10 ou 12 heures) et le premier repas de la journée est ce qui lance votre métabolisme et régule les niveaux de sucre dans le sang afin que vous puissiez vous concentrer et être productif tout au long de la journée. Lorsque le niveau de sucre dans le sang est faible, il est beaucoup plus difficile de se concentrer et vous êtes plus susceptible de vous sentir fatigué et impatient.

COMMENCER PAR RÉALISER LES TACHES SIMPLES

Les personnes commencent souvent leur journée en réalisant les tâches les plus simples, laissant les plus longues et difficiles  de côté. N’adoptez pas cette habitude car cela limite le temps dont vous disposez pour réaliser les tâches les plus importantes. En effet, le niveau de volonté baisse au fil de la journée, il est donc préférable de réaliser le travail le plus complexe, au début de la journée à un moment où vous êtes davantage productif.

CHECKER SES MAILS TOUTE LA JOURNÉE

Accéder fréquemment à Internet peut amener les salariés à être tenter de consulter leurs e-mails tout au long de la journée. Et bien c’est une grosse perte de temps, à chaque fois que vous faites cela, vous perdez jusqu’à 25 minutes de temps de travail. Cette vérification constante réduit donc considérablement votre productivité.

CONSOMMER UN REPAS LOURD POUR LE DÉJEUNER

Il est nécessaire de manger un déjeuner équilibré pour maintenir un bon niveau d’énergie toute la journée. En effet, les déjeuners riches en sucre et en gras vous font somnoler et votre niveau d’énergie est réduit par vos efforts de digestion. Heureusement, beaucoup de chaînes de restauration rapide offrent des options de repas équilibré qui vous éviteront de dormir sur votre bureau.

CROIRE QUE VOUS ÊTES MULTITÂCHES

Bien que certains pensent qu’ils peuvent faire deux choses à la fois tout en restant efficaces, des études scientifiques ont constatées que seulement 2% de la population en est effectivement capable. Pour le reste d’entre nous, vouloir faire plusieurs choses en même temps est une mauvaise habitude qui diminue notre attention et nous rend moins productifs à long terme.

NE PAS PRATIQUER UNE ACTIVITE SPORTIVE

Des études ont montrées que faire du sport pendant la pause du midi ou le soir peuvent augmenter la quantité de travail que peut réaliser une personne et améliore la qualité de sommeil.

L’exercice physique peut en effet augmenter d’environ 45 minutes la durée du sommeil réparateur et un sommeil de meilleure qualité amène à une journée plus productive. Faire du sport vous permettra de diminuer votre stress et d’améliorer votre concentration.

Joanne Rowling, de la magie au bout d’une plume.

Joanne Rowling, connue sous les pseudonymes Robert Galbraith ou J.K Rowling, est née le 31 juillet 1965, en Angleterre. Passionnée par la littérature, elle a fini par vivre de sa passion et est actuellement l’auteure de la célèbre saga Harry Potter. Ces romans ont été traduits environ en 67 langues et ont été publiés à partir de 1997. Depuis, elle est l’une des écrivains les plus lus et ses ventes s’élèvent aujourd’hui à plus de 450 millions d’exemplaires.

 Focus sur l’incroyable destin d’une mère célibataire devenue une des plus riches fortunes du monde de l’édition.

 

De l’inspiration à la réalisation. Tout commence depuis son enfance !

C’est à l’âge de 6 ans que Joanne écrit son premier récit « Rabbit ». Avant d’écrire l’histoire du sorcier le plus connu du monde, elle puise son inspiration dans les expériences de sa jeunesse.

Tout commence en 1969, lorsque sa famille part s’installer à Winterbourne, elle trouve sa source d’inspiration concernant le personnage d’Albus Dumbledore auprès de son directeur d’école, Alfred Dunn.

Ensuite, c’est en étant titularisé au lycée de Wyedean, qu’elle rencontre Sean Harris, son meilleur ami, le détenteur de la « Ford Anglia » qu’elle met en scène dans son deuxième tome : Harry Potter et la Chambre des Secrets. Il est également sa muse en ce qui concerne le personnage de Ron Weasley.

 C’est au lycée qu’elle s’enthousiasme pour les langues et qu’elle réalise que les cours de chimie ne sont pas à son goût. D’ailleurs, c’est la personnalité de son professeur de chimie, John Nettleship, qui l’a aidé à établir celle du ténébreux professeur Rogue.

 L’histoire du jeune héros à lunettes se dessine en 1990, au cours d’un voyage en train. Elle raconte : « Tout à coup, l’idée de Harry m’est venue à l’esprit. Je ne peux pas dire pourquoi, ni ce qui l’a déclenchée. Mais j’ai vu très clairement l’idée de Harry et de son école de sorciers. J’ai soudain eu cette idée fondamentale d’un garçon qui ne savait pas qui il était, qui ne savait pas qu’il était sorcier avant de recevoir une invitation pour l’école des sorciers. Jamais je n’avais été aussi excitée par une idée. ». Tout devient clair, c’est à ce moment précis qu’elle laisse libre court à son imagination et qu’elle détermine ses personnages, l’école etc. Toutes ces idées ont été stockées dans des boîtes à chaussures.

Des épreuves douloureuses avant d’embrasser le succès

C’est à ses 9 ans que Joanne fait face au décès de sa grand-mère, nommée Kathleen. Face à cette souffrance, Jo choisit d’intégrer l’initiale du prénom de sa grande mère dans son pseudonyme, qui correspond au « K » de J.K Rowling.

La tristesse de J.K  ne fait que s’accroître en apprenant que sa mère, Anne Rowling, souffre d’une sclérose en plaque. C’est le 30 décembre 1990 que celle-ci décède alors que Joanne commence à peine l’écriture du roman qui la mena au succès !

Difficile d’accepter cette perte, elle décide de s’installer au Portugal, plus précisément à Porto, afin d’y enseigner l’anglais à temps partiel. Cette souffrance lui a permis de consacrer le reste de son temps à rédiger son roman au café Majestic. « Désormais, les sentiments de Harry envers ses parents disparus étaient devenus bien plus profonds et tangibles. C’est durant les premières semaines de mon séjour au Portugal que j’ai écrit mon chapitre préféré de L’école des sorciers : Le miroir du Riséd

C’est au Portugal qu’elle construit sa vie de famille avec Jorge Arantes et leur fille Jessica Isabel Rowling. Cependant, c’est en 1995 qu’elle fait face à un autre événement douloureux qui est son divorce. Elle se voit alors obligée de vivre quelques temps chez sa sœur à Edimbourg, accompagnée de sa fille.

Robuste et courageuse, elle décide de prendre un appartement à Leith. Sa fille et elle vivent à l’aide d’allocations. Ce qui lui laisse le temps de rédiger les aventures d’Harry Potter. Une fois terminés, elle envoie à une dizaine d’éditeurs les trois premiers chapitres de son roman. Sans résultats. C’est en 1997 que Christopher Little lui annonce que l’édition Bloomsbury accepte de publier son livre.

En un rien de temps, le roman est un succès planétaire et atteint les sommets des ventes. De ce fait, il remporte le “British Book Awards” et le “Children’s Book of the Year ».

Chaque tome est une réussite, les romans se vendent à plus de 400 millions d’exemplaires et lui permettent d’acquérir une fortune estimée à plus d’un milliard d’euros en 2012.

Un passé, une fortune, le tout à fait d’elle une véritable philanthrope.

Le décès de sa mère a été un réel traumatisme pour J.K. Sa fortune lui permet de contribuer à des causes caritatives afin de lutter contre la maladie mais aussi pour lutter contre les inégalités sociales. En effet, être mère célibataire a été une épreuve difficile à vivre pour elle. Il est donc légitime qu’elle dépense sa fortune intelligemment ainsi que de continuer à écrire au profit d’associations destinées aux enfants.

Partie de rien, J.K. Rowling a obtenu plusieurs honneurs. Deux d’entre eux sont remarquables. En effet, en 2000, elle a été reçue par la reine Elizabeth afin d’être nommée comme officier de l’ordre de l’Empire britannique. Pour nous avoir fait rêver et apprécier la lecture, elle reçoit l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy en 2009.

Actuellement, elle est la présidente de l’association caritative One Parent Families.

Toujours passionnée, elle ne peut arrêter son imagination ! Une chance pour nous car grâce à sa pièce de théâtre et son autre ouvrage « Les Animaux fantastiques » qui a été adapté au cinéma et projeté le 16 Novembre 2016, c’est toujours un plaisir pour nous moldus, d’en apprendre davantage sur l’univers de notre héros à lunettes.

The 10 richest people in the world !

Many people believe that success is achieved by luck or chance. Although it is important to think positively, but positive thinking alone is not enough. To achieve greatness, one’s need to strive. In a broader sense, we can say that success is the attainment of a goal or the fulfilling of a dream we truly value. However, success comes from years of hard work and courage. This is how these various American personalities roll. “Forbes Magazine” ranks the richest people in the world. Let’s have a look at the top 10:richest-people-in-the-world

  1. Bill Gates

Co-founder of Microsoft, entrepreneur, philanthropist, programmer, Bill Gates has a solid profile that makes him the richest individual. His worth is estimated at $85.9 billion dollars. Also founder of the Bill & Melinda Gates Foundation, Gates has made strides in every sphere he has touched. He stepped down as CEO of Microsoft in 2000 and as Chairman in 2008. Currently, he works full-time at the Bill & Melinda Gates Foundation.

  1. Amancia Ortega

Founder and chairman of the Inditex fashion group, which is best known for its global brand Zara, the fortune of the Spanish businessman is estimated at $75.8 billion dollars and is the second richest person in the world.

  1. Warren Buffett

The most successful investor in the world, Buffett is also a business tycoon and a philanthropist, whose fortune is valued at $68.2 billion dollars. He is the CEO and the largest shareholder of Berkshire Hathway, the American multinational conglomerate holding company. He is known for his attachment to investment and for his personal frugality despite his immense wealth.

  1. Jeff Bezos

Founder chairman and largest shareholder of the online shopping giant Amazon, Bezos is an American technology entrepreneur and investor, valued at $63.1 billion, the fourth richest person in the world. Bezos’ other business interests include aerospace and newspapers. He is the founder and owner of the privately-funded aerospace developer and manufacturer Blue Origin. He also purchased The Washington Post in 2013.

  1. Charles Koch

With an estimated fortune of at $55.2 billion dollars, American businessman, political donor and philanthropist Charles Koch is the fifth richest person in the world. He is co-owner, chairman of the board, and chief executive officer of Koch Industries, famous also for its mention in an popular American TV show The Newsroom. He owns 42% of the shares of the conglomerate.

  1. David Koch

Brother of Charles Koch, David Koch is the Executive Vice President of Koch Industries. Valued the same as his brother at $55.2 billion dollars, David’s fortune makes him the sixth richest person in the world.

  1. Carlos Slim

Slim is a Mexican businessman, investor and philanthropist who is the seventh richest person in the world, with an estimated wealth of $ 51.4 billion dollars. Slim is known as the « Warren Buffett of Mexico, » drawing his fortune from his extensive holdings in a considerable number of Mexican companies through his conglomerate, Grupo Carso.

  1. Mark Zuckerberg

Zuckerberg, co-founder and CEO of Facebook, is the eight richest people in the world. His fortune is valued at $49.7 billion dollars. American programmer, Internet entrepreneur, and philanthropist, he founded Facebook from his college dorm room in Harvard. The website expanded rapidly with one billion users signing up by 2012.

  1. Larry Ellison

American businessman Larry Ellison is co-founder of Oracle Corporation and was its CEO until September 2014. With a fortune Valued at $43.4 billion dollars, he is currently the ninth richest person in the world. Still, he is the executive chairman and chief technology officer of Oracle.

  1. Ingvar Kamprad

The Swedish business magnate, founder of the famous IKEA, is ranked the tenth richest person in the world, weighing $42.5 billion dollars. Since 2008, IKEA has become the largest furniture selling company.

 

Thibault MALLECOURT – Les Petits Frenchies: A start up that awakens the made in France!

At 30, Thibaut Mallecourt is the happy founder of Les Petits Frenchies, a platform dedicated to French brands. After the web magazine, Thibault Mallecourt and his team launched the e-shop in 2014 which, to date, already federates a large community of French lovers. How did this young entrepreneur, who started from nothing, make Little Frenchies a lightning success of the Made in France? Here’s the whole story:

julien-e1424787846153

Graduate of a Master’s in Entrepreneurship, Thibault Mallecourt becomes in 2010, the Founder of Sowetrip, which is the first community platform of weekend program online offering community travel. Initially, this had only a pedagogical purpose but given the success of the application, a company was created. The business was developed for two and a half years and was then sold to the Easy Voyages agency, where he became the marketing director in 2011. He worked there for a few years and launched in parallel his Web magazine Les Petits Frenchies, a platform dedicated to Brands. Little by little, the magazine took form as an e-shop and today, on social networks, brings together a large community of fans fond of « made in France ».

The birth of a successful brand…

At the time, Thibaut Mallecourt had several blogs that he animated the evenings and the weekends as a hobby. He had several articles on his blog such as « Happy Man », where he listed nice products for men. Then he launched « Make a Man Happy », then « Make a Happy Woman », on the theme of gifts; The last in the series was called « Start-up my love ». In the end, what emerged from all these activities was French entrepreneurship and innovative projects. He therefore merged all these blogs by creating Les Petits Frenchies. From the beginning, he had an economic vision of what he wanted.

Indeed, it started from the observation that France was overflowing with a generation full of ideas, motivated and hardworking. The blog’s ambition was therefore to give visibility to all these people, then to launch an e-commerce approach.

The blog was launched in November 2012 and luckily became part of Nelly Rodi’s newsletter a Parisian trend office, which quickly enabled them to acquire a notoriety and credibility. From that day, he was contacted by about 10 brands per day, who wanted to be present on the site. The online store was launched in March 2014.

Dive into an inspiring world!

At Les Petits Frenchies, the initiatives undertaken by the young French as well as all the France has to offer are highlighted!

The founder says it himself! He is proud of the new generation that is in action filled with energy, ideas and creativity. He continues to promote French startups that he holds for their audacity, their ambition and their creativity! Today he and his team continue to support brands who share their values. Not a day goes by without that something inspiring was born in France! Even if Thibault Mallecourt and his team are focused on the future and, they remain closely attached to their know-how, their heritage, their culture, as well as their icon. They work with the partner brands to create quality content and integrate it into their editorial line. For the selection of products, most of the brands themselves contact the contractor to offer their products. Each week he and his team will review those who contacted to make a product selection that seems promising checking even though French brand.

A creative and responsible start-up!

Most of the brands emphased on Les Petits Frenchies are made in France, or at least a part of their manufacturing process takes place in France. There is a real will to promote traditional manufacturing and know-how « à la française » but also to show that it is still possible, at the time of globalization, to manufacture in France and so, to avoid pollution and transportation logistics.

The team seeks to spotlight brand respectful of the principles of ecology and engaged in sustainable development. Bios preparations for breads, organic olive oil, recycled books, organic ice teas, eco-designed and many other paper towels still belong.

Today, the company is growing very fast but is still young. Even if they aren’t major communication campaigns, their popularity is 99% effective. Their digital communication allows them to federate an active community and quality and to ensure a daily exchange with brands and their readers. All brands of the e-shop are also on the web magazine through interviews or articles which brings them high visibility.

In this general gloom, we found in Les Petits Frenchies a lot of optimism and freshness!

Jack Ma : la persévérance l’a guidé vers le succès !

Ma Yun, autrement dit Jack Ma est né en septembre 1964 à Hangzhou, en Chine. Parti de rien mais toujours accompagné d’une soif infinie de réussite, cet homme est l’un des plus grands entrepreneurs, qui est aujourd’hui, un exemple pour tous ! Actuellement, il est le fondateur d’Alibaba, une entreprise qui possède différentes filiales et  est dotée d’un chiffre d’affaires de 101 143 millions de CNY, en 2016. Soit 13 737 589 €.

  Quel est le parcours de ce PDG qui veut conquérir le monde ?

Petit, maigrelet, provenant d’une famille des plus ordinaires, Jack Ma a grandi dans l’art du théâtre. D’où cette aisance lorsqu’il s’agit pour lui de monter sur scène.

C’est à 15 ans que Jack fit la rencontre de la famille Morley, qui est composée de 3 enfants. L’un d’entre eux, David, a le même âge que Jack Ma. Tous deux se lient d’une grande amitié qui est toujours d’actualité. Le père de la famille, Ken Morley, prend sous son aile le jeune Jack en  finançant ses études.

Seulement, ce jeune Chinois avait des difficultés en mathématiques, ce qui l’empêche de réussir deux fois son examen nommé le « gaokao », l’équivalent d’un bac en France.

Durant ses échecs, Jack Ma ne se laisse pas abattre et entreprend des petits boulots. Il devient livreur, interprète,  car effectivement celui-ci développe une réelle passion pour l’anglais dès son plus jeune âge. Il tente également l’école de police, qui représente un échec de plus pour lui.

Il réussit à obtenir son diplôme à son troisième essai,  mais en atteignant un score qui ne lui permet pas d’accéder à une université prestigieuse.

Internet, la voie de l’illumination

Dominé par sa passion pour l’anglais, il était professeur d’anglais dans un institut d’électronique de Hangzhou. C’est grâce à cette plus-value, qu’il se rend aux Etats-Unis sous la demande de la municipalité de Tonglu, une ville voisine de  Hangzhou. C’est à cette occasion, en 1995, qu’il y découvre Internet !

Sa première action sur le moteur de recherche a été d’écrire « Chine », aucun résultat n’apparaît !

A son retour en Chine, il décide alors de lancer un annuaire des entreprises et des services administratifs nommés « China pages ».  Malheureusement, cette innovation n’est pas un succès. Cependant, de nos jours, la Chine est le pays qui compte le plus grand nombre d’internautes au monde.

L’origine de son succès : Alibaba

C’est en 1999 qu’Alibaba voit le jour. Alibaba est un site qui met en relation les entreprises avec des fournisseurs adaptés. Cette plate-forme a été fondée par 18 personnes. Toutes ces personnes ne viennent  pas d’un milieu privilégié et n’ont pas eu l’opportunité d’aller dans de grandes écoles.

Pour quelle raison appeler son site Alibaba ? Depuis son enfance, Jack est fasciné par les arts martiaux et la mythologie. La phrase culte « Sésame, ouvre-toi » du dessin animé « Ali baba et les 40 voleurs » l’a inspiré. De plus, concernant le référencement « Alibaba » était le mot parfait et celui-ci fonctionne dans toutes les langues.

Le succès est à son comble, Alibaba a grandi aussi vite que son pays d’origine ! Alibaba est aujourd’hui, derrière Google, la deuxième société internet au monde.

Son ambition a fait de lui, le leader chinois dans l’ e-commerce

A l’écoute des besoins de son pays, Jack Ma lance Taobao, un site d’enchères en lignes qui compte neuf millions de vendeurs. Ce qui motive les Chinois à acheter via ce site  est de dénicher de bonnes affaires. Et pour répondre à leur peur d’effectuer un achat en ligne, il crée Aliplay, qui assure le blocage d’un versement sur un compte tiers.

Répondre aux besoins de son pays n’a pas suffi à Jack Ma, il s’enthousiasme à l’idée de créer l’équivalent en anglais de son site Taobao qui est réservé à la Chine. Ce site, Aliexpress est disponible à l’international.

Après avoir pris connaissance du parcours de Jack Ma, rappelons-nous qu’il est possible d’aller loin même en partant de rien. L’effort et la persévérance amènent à la réussite !

Toujours dans l’air du temps

Le lundi 9 janvier 2017, Jack Ma et Bernard Arnault, président du groupe LVMH  ont été reçus par Donald Trump, Président des Etats-Unis.  La motivation de cette visite été basée sur l’investissement. En effet, tous deux ont exprimé leur accord pour investir d’avantage aux Etats-Unis.

Bill Gates, le philanthrope le plus généreux du monde !

Après quelques années, William Henry Gates III, plus connu sous le nom de Bill Gates, reprend son titre d’homme le plus riche au monde. En 2016, sa fortune est estimée à 82.7 milliards de dollars américains. Une fortune qu’il utilise avec altruisme.

Bill Gates est l’un des rares entrepreneurs qui ont eu l’occasion de changer le monde deux fois dans une vie. D’abord comme connaisseur le plus influent du monde. Effectivement, 95 % des ordinateurs personnels de la planète tournent aujourd’hui sous le système d’exploitation Microsoft Windows. Maintenant, il s’attaque aux défis obstinément difficiles de la santé mondiale et de l’éducation du public en tant que philanthrope le plus généreux au monde.

L’origine de cette passion et de cette compassion provient d’une éducation qui lui a inculqué des valeurs comme le volontariat et l’engagement civique. Une éducation qui a été transmise aussi bien par la famille Gates que par celle de sa femme Melinda, et évidemment transmise à leurs enfants.

C’est grâce à cela que leur Fondation existe. En effet, c’est après avoir découvert  un article par le biais de leurs enfants que Bill et Melinda décidèrent de sauver le plus de vies possible! Cet article concernait les millions d’enfants de pays pauvres dont le taux de mortalité était beaucoup plus élevé que ceux qui bénéficiaient de vaccin.

Cette prise de conscience est devenue un acte créateur !

En effet, ils ont commencé leurs actions en 1997 avec un budget de 200 millions de dollars permettant d’aider toutes les bibliothèques des Etats-Unis à disposer d’un accès gratuit à Internet. Cette motivation repose sur l’envie de permettre à tous et partout d’avoir accès à des ordinateurs ayant une connexion  internet mais aussi de les former. En 2005, leurs travaux avec les bibliothèques s’exportent à l’international comme au Chili, au Mexique, au Botswana, au Vietnam et plein d’autres.

Fondation la plus riche du monde avec l’arrivée en 2006 du milliardaire Warren Buffett, ils se penchent sur plusieurs domaines :
  •  Vaincre la pauvreté et la faim en mettant en œuvre la revitalisation de l’agriculture.
  • Diminuer la pauvreté et la mortalité infantile en combattant les maladies avec des vaccins.
  • Prendre en charge les sans-abris en leur apportant des logements.
  • Inciter les plus riches à faire des dons dans des organisations caritatives. (Campagne « The Giving Pledge »)

Toutes ces causes pour lesquelles ils se battent sont ambitieuses mais réalisables! En effet, la Fondation Gates dispose de 43 milliards de dollars. Son budget annuel est désormais deux fois supérieur à celui de l’OMS.

Sa vision pour l’avenir

Bill Gates préfère voir le problème de la pauvreté à l’envers. Effectivement, il est plus opportun de viser les pauvres que les pays. Car si l’on se penche sur les pauvres en leur offrant une meilleure santé, ils seront plus productifs. Cela relancerait l’économie et aiderait toutes les personnes pauvres peu importe leur lieu d’habitation. Alors que si nous nous occupons simplement des pays pauvres, nous laissons toutes les personnes étant qualifiées d’une extrême pauvreté dans le besoin. D’après Gates, les bénéfices qui en résulteront seront bien plus supérieurs à leurs coûts !

Par ailleurs, Gates se dit assez confiant pour le vaccin contre le sida qu’il compte mettre sur le marché d’ici cinq à huit ans. Un projet périlleux mais qui est une opportunité pour la santé publique. L’objectif est de consacrer 36 milliards de dollars par an pour 2030  alors qu’actuellement, seulement 19 milliards sont déboursés.

Nous pouvons finir par admettre que lier un génie du marketing à des causes humanitaires est une belle réussite. Enfin, celui-ci défie toute personne capable de trouver une meilleure idée pour améliorer le sort du monde. Et si c’était vous ? N’hésitez pas à vous faire entendre à l’aide d’un commentaire!

 

 

8 manières de bichonner votre stagiaire

Vous allez accueillir votre (premier) stagiaire bientôt ? Vous êtes impatient. Mais la vérité, c’est que vous ne savez pas trop comment vous y prendre. Ne paniquez pas, on vous explique.

Oubliez l’idée de refourguer discrètement à votre stagiaire la to-do list avec dessus vos tâches les plus pénibles. N’hésitez pas à le bichonner. Pourquoi est-ce important de bien traiter son stagiaire ? Il pourra devenir votre “ambassadeur” en interne comme en externe (vous faire une bonne pub en sorte). Et il y a un côté gratifiant à faire grandir quelqu’un professionnellement qui pourrait se révéler – qui sait – une bonne recrue plus tard (encore faut-il qu’il ait envie de travailler pour vous).

Et il pourra vous soulager de votre charge de travail (oui oui vous avez très bien entendu !). Pour activer ce cercle vertueux, voici la marche à suivre :

1 – Bien préparer son accueil à l’avance

Il est primordial de préparer l’arrivée d’un stagiaire. Accompagnez-le dans les démarches administratives de son école etc… Fournissez-lui les bons plans et les bonnes adresses de votre ville. Définissez ses missions de stage en cohérence avec son projet professionnel. En bref, donnez-lui les moyens et l’envie de s’investir, en temps voulu.

2 – L’accueillir comme il se doit !

A première vue, l’approche semble évidente… Pourtant, elle passe souvent à la trappe. La meilleure des pratiques est de l’accueillir en préparant un pot d’arrivée dans vos locaux. Un bon moyen pour créer du lien.

Prenez aussi le temps de lui présenter chaque membre de votre équipe et de lui expliquer la culture, les produits et les valeurs de l’entreprise. Encouragez-le à écrire un mail à l’équipe dans lequel il se présente brièvement. Et/ou écrivez un mail de bienvenue à vos collègues en précisant que vous êtes ravi de l’accueillir.

Basique mais pourtant essentiel, pensez à lui préparer un bureau, dans lequel il puisse travailler dans de bonnes conditions. Il doit sentir qu’il est attendu et que l’équipe a besoin de lui.

3 – S’adapter à son stagiaire (ce qui est souvent l’inverse) 

“Il n’y a rien de pire pour un stagiaire que de lui confier des tâches “bidons” pour l’occuper ou bien qu’il sente qu’on se serve uniquement de lui pour ses compétences”, explique Jérémy Lamri, fondateur de Monkey Tie, un site de recrutement basé sur la personnalité des gens.

L’idéal ? Définir précisément une fiche de poste : sa principale mission, ses tâches et les objectifs à atteindre. Pour cela, basez-vous sur sa personnalité et ses envies. Il est important qu’il se sente pris en considération.

4 – Lui donner les informations nécessaires

Donnez-lui toutes les informations et le matériel nécessaire à l’accomplissement de ses missions. “Pour faciliter la transmission des informations, nous utilisons des outils comme Dropbox, Google documents ou Slack Cet outil de messagerie nous permet d’échanger rapidement entre nous, mais aussi de présenter les nouveaux collaborateurs”.

5 – Faire une formation

Le stagiaire n’est pas un “employé” comme un autre. Il est aussi là pour apprendre. Si vous faîtes bien votre job de maître de stage, votre stagiaire devra quitter l’entreprise en se disant qu’il a appris quelque chose, grâce à vous. Votre mission : le faire monter en compétences et le valoriser.

Prenez le temps de partager avec lui les habitudes et la stratégie de votre boîte, des informations sur votre marché, de le former à un nouveau logiciel…

6 – Lui donner du feedback

Puisque vous avez fixé des objectifs à votre stagiaire (oui oui rappelez-vous), il est important de faire ensuite des points d’étape réguliers pour savoir comment il avance.

Chez Wizbii, par exemple, au bout d’un mois de stage, un point entre le manager, le stagiaire et la chargée de ressources humaines est organisé pour lui faire part de ses points forts, de ses points d’amélioration, et vérifier que les missions sont en adéquation avec son projet professionnel. “S’il est accompagné et épaulé, il s’investira davantage”, affirme de son côté Jérémy Lamri de Monkey Tie.

Le but est de le professionnaliser et de le rendre autonome dans son travail. Orientez-le aussi vers les personnes les plus compétentes sur des sujets liés à son poste.

7 – Le faire participer à la vie d’entreprise

Session de sport collectif, soirées à thème, séminaires de team building… “Ces activités lui permettent de s’intégrer rapidement. Il doit sentir qu’il est un collaborateur comme un autre”, assure Jérémy Lamri qui fait participer également les stagiaires à toutes ses réunions stratégiques.

8 – Lui préparer un bon « Goodbye »

Qu’un stage ait duré un mois ou six mois, le stagiaire doit garder un bon souvenir de son passage. Prenez toujours le temps de faire un bilan avec lui. Montrez-lui la manière dont il a progressé depuis le premier jour de son arrivée (compétences, relationnel…). Faites-lui comprendre que, par son implication, il a aussi beaucoup apporté à l’entreprise. Et en retour, demandez-lui ce qu’il a pensé de son intégration.

Enfin, invitez-le à écrire un mail de “good-bye” à l’ensemble des collaborateurs de l’équipe dans le but de les remercier. N’oubliez pas le traditionnel pot de départ et la quête pour un petit cadeau (même symbolique). Si le stage s’est particulièrement bien passé, n’oubliez pas de lui demander de donner des nouvelles voire prenez acte pour un café/déj 6 mois plus tard !

 

EVAN SPIEGEL : UN VISIONNAIRE AUDACIEUX

Evan Spiegel est le PDG et cofondateur de l’application Snapchat, une application d’échanges de photos et vidéos ciblant les jeunes de 13 à 24 ans. Ce dernier est rapidement devenu le symbole du modèle « start-up » et touche quotidiennement 100 millions d’utilisateurs.  A seulement 24 ans, Evan est devenu l’un des jeunes milliardaires de la planète.  Ambitieux, audacieux et visionnaire, voici son histoire :

En 2009, Evan Spiegel étudie la conception de produits et suit des cours de design à Stanford.

Ayant un goût particulier pour la fête, celui-ci rejoint une confrérie nommée Kapa Sigma et c’est à ce moment qu’il rencontre Bobby Murphy, son futur co-fondateur. Ils réalisent alors leur premier projet au cours de sa première année à Stanford.  Tous deux ont apprécié travailler ensemble et ont décidé de renouveler l’expérience en 2011. Ils créent alors une petite application nommée « Picaboo » qui devient par la suite « SnapChat ».

Leur ambition est alors de se différencier de la plupart des applications de partage de photos plus jolies les unes que les autres. Ils ont donc renversé la tendance en s’appuyant sur quelque chose de différent : partager des photos drôles et maladroites avec ses amis, en ayant comme valeur ajoutée le fait de ne laisser aucune trace des contenus échangés avec cette application sur le web.

Certains diront qu’il est immature, d’autres que c’est de l’ambition !

Outre le succès de son application, Evan Spiegel est réputé pour savoir dire non!

En effet, le jeune homme sait ce qu’il veut et où il va. Pour lui, il est essentiel de garder le contrôle de son entreprise. C’est pour cela qu’il lui est facile de refuser des propositions de rachat à des géants tels que Facebook et Google alors que « Snapchat » ne dispose pas d’un réel modèle économique.

De ce fait, en 2015, Spiegel a recours à la publicité intégrée dans son application. Celle-ci est appréciée des Américains, à contrario des Français. En effet, dans la section Discover, on retrouve de grands médias dont le contenu est en Anglais comme CNN, Cosmopolitan et bien d’autres.  Une fois le problème constaté, des médias comme Paris Match, ou Le Monde sont apparus !

Le jeune entrepreneur ne s’est pas arrêté là ! En effet, après avoir fait des veilles comportementales internes à son application, il a mis en place une autre forme de monétisation en Amérique concernant la fonction « Replay ». A titre gratuit, il est possible pour tous les utilisateurs de SnapChat de revoir une seule fois une photo ou vidéo reçue d’un proche par jour, une fonction appréciée mais dite  frustrante. C’est pourquoi l’application propose de faire payer ses utilisateurs pour que ceux-ci acquièrent des Replays supplémentaires.

SPIEGEL, l’homme qui vous rend votre liberté !

Evan Spiegel est considéré comme un visionnaire. Dans ses débuts, certains ne voyaient en cette application qu’un moyen d’échanger des photos dites coquines, alors que lui, visionnait un moyen de répondre aux besoins de son cœur de cible.

Il est vrai que le principal reproche que les jeunes ont à faire à Internet est la montagne de datas qui se crée et se conserve à chaque action menée sur le web. Spiegel offre au contraire, un moyen de se sentir en sécurité en détruisant au bout de 24h tous les contenus qui ont  pu être échangés entre les utilisateurs de son application.

Motivé par l’innovation et l’envie de répondre aux besoins de sa cible, Evan Spiegel développe un concept qui est en totale corrélation avec Snapchat : des lunettes de soleil qui possèdent une des plus petites caméras au monde et qui va permettre de retranscrire tous les souvenirs qu’un usager aura vécu durant une journée dans l’application Snapchat, via Bluetooth ou un réseau WI-FI. Ces lunettes se nomment Spectacle. La spécificité de Spectacle est qu’elle capture le point de vue de l’œil humain, et qu’elle a un champ de vision de 114 degrés.  Voici un atout qui va permettre de conserver  tous les détails d’une journée dont on souhaite se souvenir.

Aujourd’hui, Evan Spiegel est considéré comme un homme rempli d’audace mais surtout comme un homme qui voit loin en cherchant à comprendre les besoins de ses utilisateurs. Jusqu’où va-t-il nous surprendre ?

Les 10 règles de la rédaction web

Sur Internet, les règles de l’écriture ne sont pas tout à fait les mêmes que sur papier. Si l’orthographe et la grammaire restent essentielles, d’autres principes s’appliquent pour concevoir des contenus attrayants, faciles à consommer par les humains et les robots. L’infographie en bas de cet article rappelle ces règles spécifiques.

Trouver un titre accrocheur

Il est important de trouver un titre fort qui donnera envie aux internautes de lire votre contenu. Le titre est la première chose que verra le potentiel lecteur. Il évaluera l’intérêt de votre article uniquement grâce au titre. Quand 80% des gens lisent un titre, seuls 20% vont lire l’article. Le titre doit donc être attirant pour mettre toutes les chances de votre côté.

Être concis et direct

Les gens n’ont pas le courage d’aller au bout d’un article interminable, c’est un fait avéré. 79% des lecteurs ne terminent pas un article entamé, et passent à autre chose. Il faut synthétiser et ne pas s’attarder sur des détails. Donc soyez brefs.

Réaliser plusieurs paragraphes

Divisez son article en plusieurs paragraphes est un excellent moyen de ne pas perdre son lecteur en cours de chemin. Il est impératif d’aérer son texte pour que l’internaute s’y retrouve. N’hésitez pas à diviser votre texte en 2, 3 voire 4 paragraphes pour qu’ils soient relativement courts. Autre chose, n’oubliez pas de mettre un titre avant chaque paragraphe, ainsi le lecteur pourra savoir de quoi il parle (et les robots aussi).

Adopter un langage simple

Faites-en sorte de pouvoir être compris de n’importe qui, en utilisant un vocabulaire à la fois simple et courant, sans tomber dans la familiarité. Faites des phrases courtes qui ont du sens. Plus votre phrase est longue et plus vous avez de chance de perdre votre lecteur.

Faire des listes

Faites des listes claires et précises. Le cerveau humain est naturellement adapté à se retrouver face à des listes, il est donc plus aisé pour lui de les interpréter ou de les retenir.

Choisir une police agréable et facile à lire

Le lecteur n’aura aucune envie de vous lire si la police n’est pas agréable à ses yeux. Il est conseillé d’utiliser une police classique : Arial, Verdana, Georgia ou encore Times New Roman. La taille de l’écriture entre également en compte. En effet, si c’est trop petit le lecteur risque d’abandonner la lecture ; si c’est trop grand, il devra sans cesse descendre sur son écran pour pouvoir lire. Et on ne saurait que vous conseiller d’écrire noir sur blanc évidement…

Illustrer ses propos

N’hésitez surtout pas à illustrer vos propos, pour donner au lecteur une idée concrète de ce que vous expliquez. Des photos, des vidéos, des schémas, peuvent grandement contribuer à la pertinence de vos dires, et donc à la compréhension des lecteurs. Une dernière chose, vérifiez que les documents sont libres de droits d’auteur si ce ne sont pas les vôtres et pensez à citer vos sources.

Fournir des faits

Donnez un maximum d’exemples concrets de ce que vous expliquez, les internautes n’attendent que ça ! Pouvoir apporter une preuve de ce que vous avancez vous fera gagner en crédibilité. Plus vous aurez d’arguments véridiques à apporter, meilleur votre contenu sera. De plus, quelque chose de peu crédible sans preuve apportée ne sera probablement pas pris au sérieux, même si c’est vrai… Alors n’hésitez surtout pas à justifier vos propos par des exemples et des faits. Encore plus important, n’oubliez pas de citer vos sources, comme pour les illustrations.

Optimiser ses pages pour les moteurs de recherche

Une large majorité d’internautes utilisent les moteurs de recherche pour trouver ce qu’ils recherchent. La plupart d’entre eux ne va pas chercher plus loin que la première page de résultats (75%). Pour maximiser vos chances d’y être présent, créez des pages avec des titres uniques, écrivez du contenu de qualité avec des mots clés pertinents et assurez-vous d’obtenir des backlinks de qualité.

Divertir et inspirer

Enfin, il est important que vos lecteurs ne s’ennuient pas en lisant vos contenus. Quand ils partagent des articles sur les réseaux sociaux, c’est dans 63% des cas parce que c’est intéressant, dans 46% des cas parce que c’est drôle et dans 43% des cas parce que c’est important. Il est donc important de poster du contenu inspirant et sérieux, tout en y glissant des touches d’humour (sans pour autant en abuser).

 

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑