Elon Musk, un modèle pour les entrepreneurs !

Elon Musk est le fondateur de SpaceX et PDG de Tesla Motors. On le qualifie d’entrepreneur hors norme, qui pense et voit plus loin que ses confrères de la Silicon Valley ! Son ambition et sa capacité à réaliser ce que les gens pensent impossibles lui attirent aussi bien des louanges que des critiques. Forbes a estimé la fortune d’Elon Musk à 13.9 milliards de dollars en mars 2017, soit 12.8 milliards d’euros. Cet argent, il l’utilise pour accomplir la mission qu’il s’est donnée : apporter de la valeur au monde et non à des fins personnelles.

Un inventeur plutôt précoce …   

Né le 28 juin 1971 à Pretoria, en Afrique du Sud, il est le fils d’Errol Musk, un ingénieur sud-africain et de Maye Musk, une nutritionniste et mannequin canadienne. Durant son enfance, Elon Musk se passionnait déjà pour l’informatique et pour la construction de fusées. C’est à l’âge de 12 qu’il vend son premier programme de jeux vidéo nommé Blastar pour 50 dollars !

Après avoir fait 5 mois d’études dans l’ingénierie et la physique à l’université de Pretoria, il décide de changer de vie et de partir pour le Canada à l’âge de 17 ans. Sur place, il vit de petits emplois avant de s’inscrire à l’université de Queen’s dans l’Ontario.

Il quitte le Canada pour les Etats-Unis en 1992 afin de rejoindre l’université de Pennsylvanie et étudier la physique et le commerce. Ses études sont financées grâce à une bourse. Puis, en 1995, il rejoint l’université de Stanford pour poursuivre un doctorat en physique énergétique. Ambitieux et courageux, il quitte cette prestigieuse université au bout de deux jours pour rejoindre la Silicon Valley et créer avec son frère sa première start-up « Global Link Information Network », qui deviendra Zip2. Il s’agit d’un annuaire de commerçants accompagné d’une cartographie qui permettait aux internautes de localiser le commerçant de leur choix.

L’entreprise se fait racheter en 1999 par Dell, ce qui permet à Elon Musk de glaner pas moins de 22 millions de dollars dans l’opération. Ce chèque va permettre à ce génie de bousculer le système bancaire en créant Paypal, une banque en ligne. La société est vendue à eBay pour la coquette somme de 1.5 milliard de dollars en 2002.

Cette transaction a permis à Elon Musk d’investir personnellement dans les deux secteurs qui semblaient totalement fermés aux startups : les énergies renouvelables et la conquête spatiale.

 

Tesla, en route vers l’énergie durable :

Elon Musk n’a pas hésité à défier les géants automobiles en créant un réseau mondial de distribution d’énergie. Tesla Motors a été fondée en 2003 par un groupe d’ingénieurs de la Silicon Valley : Martin Eberhard, Marc Tarpenning, JB Straubel, Ian Wright et Elon Musk. L’intention était d’accélérer la transition du monde entier vers un moyen de transport durable. Plus performantes que les voitures plus traditionnelles à essence, les voitures Tesla sont à la fois craintes et admirées pour leur capacité d’innovation et leur impact sur le marché automobile.

Elon Musk s’est inspiré de la réussite de Steve Jobs et a décidé que les voitures Tesla ne seraient pas vendues chez des concessionnaires mais sur le Web et dans des galeries au sein de centres commerciaux haut de gamme. L’entretien des véhicules ne comprend pas de révisions traditionnelles.

Plus de dépenses en carburant pour les propriétaires d’une voiture Tesla puisqu’ils ont la possibilité de recharger leur véhicule à domicile. En ce qui concerne les plus longs trajets, des stations de recharge sont présentes aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Le réseau de « Superchargeurs » permet une recharge rapide et gratuite puisqu’en une vingtaine de minutes, l’énergie récupérée permet de parcourir des centaines de kilomètres.

Sa dernière création est la Tesla Model 3, sa date de livraison est estimée à mi 2018. Le prix annoncé est de 35 000 dollars, le tarif en euros sera annoncé courant 2017. Pour la réserver, mille euros sont demandés.

Aller dans l’espace, une passion de jeunesse :

Elon Musk se lance dans l’aventure et crée en juin 2002, SpaceX. Il a pour ambition de coloniser Mars ! Pour cela, il veut créer lui-même ses lanceurs et ses vaisseaux spatiaux à prix réduits.

Sa première fusée, Falcon est un hommage au Falcon Millenium de Stars Wars. SpaceX met en place une innovation majeure dans le domaine, qui est de pouvoir récupérer le premier étage de la fusée afin d’abaisser les coûts de lancement.

Effectivement, une fusée a plusieurs étages. Le premier étage étant destiné à propulser la fusée afin de mettre un satellite en orbite. Ensuite, arrivé à une certaine altitude, le premier étage se détache et généralement il brûle dans l’atmosphère ou alors il se crashe.

Le défi d’Elon Musk est de mettre au point une technologie qui permettrait de mener une descente contrôlée du premier étage afin qu’il se pose précisément sur une plateforme. Pour cela, 4 vols d’essai de la fusée Falcon 1 ont eu lieu !

Elon Musk décroche un contrat avec la NASA de plus d’un milliard de dollars pour alimenter la station spatiale après la réussite du quatrième essai.

Actuellement, on considère que SpaceX est un acteur majeur de la conquête spatiale ! Son prochain objectif ? Créer une fusée qui sera capable d’envoyer des hommes dans l’espace !

Ce créateur d’entreprise ne cesse d’être habité par des quêtes plus ambitieuses les unes que les autres. Sa nouvelle lubie ? La création d’un nouveau mode de transport deux fois plus rapide qu’un avion et qui fonctionne à l’énergie solaire, nommé l’Hyperloop. Elon Musk réussira t’il se défie ou se brûlera t’il les ailes ?

LES REGLES D’OR POUR INNOVER EN ENTREPRISE

Innover, c’est lancer un produit nouveau sur le marché, utile à ses clients et générateur de profits. A l’ère actuelle, la plupart des entreprises rencontrent le besoin de renforcer leur position par rapport à leurs concurrents, donc besoin d’innover. L’innovation permettra donc à votre entreprise de se procurer des avantages compétitifs. Cette longueur d’avance vous permettra de dominer votre marché et de devenir la référence sur celui-ci. Voici quelques règles d’or pour établir une démarche d’innovation au sein de votre entreprise :

innovation 34

  • Avec votre équipe, élaborez une stratégie d’innovation en vue d’améliorer vos produits et services, vos processus, votre stratégie de marketing, votre modèle d’affaires et votre chaîne d’approvisionnement.
  • Exploitez la créativité de vos employés. Ils connaissent le mieux l’entreprise et seront une meilleure source d’idées. Cela passe par un business model adapté.
  • Recueillez les idées et les réactions de vos fournisseurs, de vos clients et des autres parties prenantes. Cela s’avère aussi simple que de modifier un processus, d’adapter un produit à un nouveau marché ou d’explorer de nouvelles façons d’attirer des clients.
  • Investissez dans les nouvelles technologies d’informations et de communication qui accroissent la compétitivité. Devenez un dirigeant 3. 0. Ceci sera un bon point de départ.
  • Ne cherchez pas la formule magique. Essayez plutôt d’apporter des améliorations progressives.
  • Soyez à la pointe de l’actualité en vous documentant sur l’innovation, le changement et la créativité. Participez à des conférences sur ces différents thèmes, voyagez vers d’autres horizons.
  • Essayez de nouvelles idées. Si elles n’aboutissent pas, gardez confiance! Ne désespérez pas. Dites-vous simplement que vous êtes sur la bonne voie.

Pour rester compétitifs, vous devez vous investir davantage dans votre capacité à innover, c’est-à-dire dans ce qui vous permettra d’améliorer constamment vos produits et services et la façon de les produire.

Mener à bien une démarche d’innovation au sein de votre entreprise est importante mais l’enjeu  se  situe davantage sur  la mise en  place d’une  véritable culture d’entreprise autour de l’innovation. En effet c’est bien la culture d’entreprise qui engendrera des résultats positifs quant à la démarche d’innovation. L’innovation managériale apparaît donc comme une opportunité d’acquérir la flexibilité  et la vivacité indispensables pour faire face aux défis futurs.

Tom Ford, de l’élégance à la provocation

Thomas Carlyle Ford, autrement dit Tom Ford est un styliste, une icône de la mode. Après avoir travaillé pour des marques de luxe comme Gucci et Yves Saint Laurent, il décide de se lancer dans la réalisation de film ! Plus encore, il a lancé sa propre ligne de vêtements luxueux, de maroquinerie, de lunettes et de parfums !

Dans sa jeunesse …

Né le 27 août 1961 à Austin, au Texas, Tom Ford ne suit pas les traces de ses parents qui étaient agents immobiliers. Effectivement, depuis toujours  l’image de M. Ford ne concorde pas avec celle d’un macho costaud. Il était plutôt du genre sensible, à lire des livres mais aussi le jeune homme dont on se moquait.

Après avoir vécu une adolescence douloureuse, c’est à 18 ans qu’il part étudier l’histoire de l’art à New York. Indépendamment, il prend des cours de théâtre dans l’espoir de devenir acteur. Il réussit à apparaître dans quelques publicités.

Par la suite il déménage à Los Angeles et débute des études d’architecture bioclimatique à Otis-Parsons. En 1983, il est admis à la Parsons School of Design à New York puis à Paris pour les deux années suivantes. Il effectue un stage de six mois chez Chloé, au service presse qui lui fait découvrir l’univers de la mode. Il dit : « Pour être un bon designer, je devais quitter les Etats-unis. Ma propre culture m’inhibait. Les Européens, eux, apprécient le style. »

Ses débuts dans le stylisme

En 1990, Tom Ford entre chez Gucci en tant que designer, ce qui est une véritable aubaine pour la marque qui était en perte de vitesse. Il propulse la marque en lançant la tendance du « porno chic » et en redonnant de l’éclat à une entreprise qui se veut luxueuse et sexy. C’est l’esthétisme de la marque Versace qui l’a inspiré. Son objectif est de renouveler l’image de la marque à travers les licences, les boutiques, les gammes d’accessoires et la communication pour emmener la marque au sommet de la mode mondiale. Pari réussi puisqu’il habille des stars internationales telles que Madonna,  Gwyneth Paltrow ou Michelle Obama !

Dix ans après, avec moins de succès, il s’occupe du prêt à porter chez Yves Saint Laurent. Il existe deux pôles au sein de l’entreprise YSL, « Yves Saint Laurent Haute Couture » qui reste occupé par le couturier jusqu’en 2002 et le « Yves Saint Laurent Couture » qui est le pôle qu’occupe Tom Ford. Cependant, les créations sont critiquées défilé après défilé que ce soit en interne ou par les médias. Il quittera la maison italienne en avril 2004 après les défilés prêt à porter de Milan et Paris où il présentera sa dernière collection dite « Chinoise ».

Après coup, en 2005, il décide de voler de ses propres ailes à New York en lançant sa propre ligne de vêtements, de maroquinerie, de lunettes de soleil et de parfums, le tout à son nom.

 

A défaut d’être acteur, il devient réalisateur !       

C’est en 2009 qu’il réalise son premier film « A Single Man », adapté d’un roman du Britannique Christopher Isherwood en 1964. Le film vaudra à Colin Firth un prix d’interprétation masculine à la Mostra de Venise.

Puis, en 2016 il se lance dans son deuxième long métrage, Nocturnal Animals qui est une adaptation du roman Tony et Susan, d’Austin Wright. Le film est un succès, il décroche le Lion d’argent à la Mostra de Venise.

C’est clair, net et précis …

Tom Ford ne s’est pas caché de son soutien à Hilary Clinton lors des Présidentielles 2016. De ce fait,  juste après les élections, il a férocement déclaré qu’il n’habillerait jamais Melania Trump !

Découvrez Big Fernand, l’expert du « hamburgé » haut de gamme !

Chez Big Fernand ne dites pas « Hamburger » mais « hamburgé », avec votre séduisant accent français. La réussite de cette enseigne créée en janvier 2012 se doit à la qualité des produits, la rapidité d’exécution et à la qualité d’accueil. Steve Burggraf, Alexandre Auriac et Guillaume Pagliano sont des restaurateurs qui proposent des hamburgés aux produits 100% français.

L’ADN de Big Fernand

Pour ces trois personnes, l’aventure a commencé après avoir constaté que dans le marché du burger, les clients n’étaient pas satisfaits de la qualité des produits proposés. Ils ont alors réfléchi à l’avantage concurrentiel que dispose la France. Effectivement, la France dispose de très bons fromages, de belles viandes et elle est aussi le pays de la baguette. Tous ces ingrédients leurs ont permis de trouver leur positionnement.

Chez Big Fernand, les produits sont franco-français. Le produit phare est le fromage. En effet, on ne retrouve pas de cheddar dans leurs recettes mais de la tomme de Savoie au lait cru, de la Fourme d’Ambert ou bien de la raclette au lait cru. Le marketing met l’accent sur cette « exception culturelle » car aujourd’hui c’est leur meilleur ambassadeur pour que le bouche à oreille fonctionne.

L’utilisation du brand content dans leurs stratégies marketing

Chaque recette est identifiée par un prénom. D’où vient cette idée ? Pour répondre à leur positionnement, ils ont choisi d’utiliser dans un premier temps un prénom traditionnel français « Fernand ». Le but étant de rappeler leurs valeurs : produits 100% français et tradionnels. Du coup, chaque hamburgé a sa petite histoire et son nom correspond à la première lettre du type de viande qui figure dans la recette. L’hamburgé à base d’agneau est intitulé : Alphonse, celui du veau s’appelle Victor, le Bartholomé, du bœuf, et le Philibert du poulet.

Afin de satisfaire les plus difficiles, Big Fernand leur offre la possibilité de composer eux-mêmes leur propre hamburgé à partir d’ingrédients à la carte.

Sachez que les recettes proposées sont testées en interne et par leurs clients. La nouveauté fait également partie de leurs stratégies. De quoi satisfaire les papilles de chacun.

Chaque détail est pris en compte : le pain est élaboré dans leur boulangerie « M. Fernand » afin de conserver le secret de leur recette unique. Et pour plus de transparence, la viande est hachée devant les clients pendant que les légumes sont uniquement grillés pour ne pas tremper le pain.

Une ambiance chaleureuse …

Un autre facteur clé de leur succès est l’énergie positive et l’ambiance que le lieu laisse transparaitre. Le décor des tables en bois et les murs en tuiles se marient bien avec la playlist des années 80. Plus encore, ils ont leur propre style concernant le service. Chez eux vous n’appellerez pas le serveur « serveur » mais « Fernand ». L’idée est de se différencier de la concurrence et d’être proche des clients.

Le secret d’un bon hamburgé

Un pain parfait ! D’après Steve Burggraf, sur une échelle de 1 à 10, le pain vaut largement le 10, il est indispensable pour faire un bon hamburgé !

Ensuite, la sauce est travaillée de façon à ce qu’elle ne masque pas le goût des aliments, en particulier celui du fromage.

Le plus important est le choix de l’assemblage de chaque aliment.  L’ensemble doit être harmonieux et agréable en bouche.

Disponible en France, à Dubaï, en Angleterre, et à Hong Kong, n’attendez plus pour déguster un humbergé 100% français qui a du goût !

 

 

 

Sean Parker, une personnalité influente et discutée de la Silicon Valley !

Sean Parker est un entrepreneur américain qui se cache derrière toutes les inventions qui ont révolutionné internet. Après avoir connu un environnement où le stress et les conflits sont omniprésents, le génie du net donne un sens à sa vie et devient un des plus grands philanthropes de la Silicon Valley avec son organisation « The Parker Foundation ». En ce début d’année, le magazine Forbes a estimé la fortune de Mr Parker à 2.6 milliards de dollars soit 2.5 milliards d’euros.

Une vie tumultueuse

Né le 3 décembre 1979, à Herndon, en Virginie, Sean Parker a grandi aux côtés d’un père océanographe et d’une mère travaillant dans le monde de la publicité. Passionné par l’informatique dès l’âge de 7 ans, il devient un hacker à l’adolescence. C’est à 16 ans qu’il se fait prendre par le FBI entrain de pirater des sites de grandes entreprises. Son jugement se finit par des travaux d’intérêt général.

Suite à cet épisode, il met à profit ses compétences informatiques pour gagner beaucoup d’argent. Effectivement, à 19 ans, il s’associe à un autre prodige du web, Shawn Fanning. Ensemble, ils créent Napster. Ils bouleversent l’industrie musicale avec ce service gratuit de partage de fichiers qui permet aux utilisateurs de se partager de la musique. Lancé en 1999, ce service passe de 1 million à 50 millions d’utilisateurs en seulement sept mois ! Cependant, le site est illégal. Après avoir été accusé par les maisons de disques et les artistes pour violation de la réglementation sur les droits d’auteur, Napster ferme en 2001. Puis, le site a été racheté par Rhapsody en octobre 2011 pour être transformé en un site légal.

Sean Parker n’est pas l’homme d’une idée ! Il devient alors l’un des fondateurs de Plaxo en 2002. Plaxo est un carnet d’adresses en ligne qui facilite la gestion de contacts. Il est le précurseur du réseau social professionnel Linkedln. Au bout de deux ans, il se fait licencier après avoir eu des conflits avec son conseil d’administration.

 Son flair surnaturel pour repérer les innovations clés du web lui a permis de rencontrer l’emblématique Mark Zuckerberg. Cette rencontre est déterminante pour lui car Facebook a fait de lui un jeune milliardaire ! Des idées brillantes comme l’achat du nom de domaine « facebook.com » ou  bien ses entretiens avec de gros investisseurs tels que Peter Thiel, le fondateur de Paypal, ont permis à Facebook d’être le colosse qu’il est aujourd’hui.

 En 2004, il devient le président de Facebook mais étant toujours  dans la controverse, il se fait licencier en 2005 lorsque la police découvre de la drogue dans une des maisons qu’il loue en Caroline du Nord.

Tel un phénix, il renaît de ses cendres en 2006, en s’ajoutant au Founders Fund, le fonds d’investissements de Peter Thiel. Ce dernier lui donne l’opportunité de miser sur de nouvelles start-up. C’est à ce moment-là qu’il décide d’investir dans Spotify, une application de création et de partage de playlists, puis Airtime, une application d’échange de vidéos, de musique et de chat.

Aussi bien altruiste que businessman

 Sean Parker est également connu pour ses généreux dons aux associations caritatives. En 2005, il fonde l’Institut Parker. Pour sa création, il introduit 600 millions de dollars pour agir dans différents domaines.

Dix mois plus tard, il finance un institut de recherche pour l’immunothérapie contre le cancer dans lequel il investit 250 millions de dollars. Actuellement, c’est la plus grosse donation qui ait été faite dans le domaine de l’immunothérapie.

Son objectif est d’accélérer les avancées thérapeutiques en favorisant la collaboration entre les meilleurs chercheurs. Le réseau est composé de 40 laboratoires et plus de 300 chercheurs travaillant dans des centres qui sont à la pointe de la technologie aux Etats-Unis. Chacun des centres recevra 10 à 15 millions de dollars d’investissement.

Les immunothérapies consistent à renforcer le système immunitaire pour qu’il puisse détecter et détruire les cellules cancéreuses.

Après avoir été un hacker, un génie, un philanthrope il a aussi été incarné par Justin Timberlake dans le film de David Fincher, The Social Network, sorti en octobre 2010.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑