ZGROUPE The Force One

William Allen, la naissance d’un géant américain

Il a démocratisé le transport aérien, il a été un homme intègre, passionné par l’innovation. C’est grâce à lui que le transport aérien entra dans l’ère du jet et devint accessible pour tous. Voici le portrait d’un grand patron visionnaire à la conquête de l’espace :

Williamallen2

William McPherson « Bill » Allen, est né le 1 Septembre 1900 à Lolo, Montana. Diplômé de droit à Havard en 1925, puis membre du conseil d’administration de Boeing Air Transport en 1930, il ne cesse de travailler dans un cabinet d’avocats nommé “Donworth, Todd & Higgin” à Seattle. Un an plus tard, il a rejoint le conseil d’administration de Boeing Aiplane Company en tant que conseil d’entreprise afin de représenter les salariés. Directeur juridique en 1930, c’est en 1945 que William Allen est devenu PDG de Boeing suite, il ne possède pas les qualifications pour diriger une entreprise d’ingénierie, cependant il possède des qualités qui font de lui un visionnaire et qui lui permettent de prendre la tête de cette grande industrie et de démocratiser le transport aérien au fil des années.

Une situation catastrophique

Suite à la victoire des alliés après la Deuxième Guerre mondiale, les commandes de bombardiers B-17 et B-29 que Boeing avait fabriqués par milliers depuis 1941 furent annulées. En conséquence, nous avons pu voir le nombre de salariés chuter, celui-ci passa de 41.000 à 7.500 en l’espace de quelques mois. De nombreux échecs s’ensuivent, William Allen décida de transformer un quadrimoteur de transport en avion de ligne mais ce stratocruiser eût des pannes de moteur et ne s’écoula qu’à seulement 55 exemplaires en comparaison avec ses concurrents (600 pour Douglas  DC-4 et 200 pour Lockheed Constellation.

Une première victoire

Ne se laissant pas abattre, William Allen décida de changer de concept technologique en misant sur l’avion à réaction de grande taille. Séduite, l’US Air force lui passa commande du bombardier B-47, puis du B-52 qui resta l’un des vecteurs nucléaires américains les plus utilisés quarante ans durant au sein de l’armée américaine. Malgré les réticences de ses managers, WIlliam Allen decida de lancer la conception d’un quadriréacteur long-courrier. après avoir assisté à une démonstration du Comet britannique, le premier avion à réaction civil. C’est donc en 1954 que le premier B-707 effectua son premier vol au même moment où de nombreux incidents tels que des explosions mettaient fin à la carrière du Comet britannique. En effet, ces événements n’incitèrent pas les compagnies à se procurer le nouvel avion de transport civil à réaction. Cependant, Juan Trippe (fondateur de Pan Am) très attiré par la nouveauté, fût le premier à commander vingt 707 suivis de Air France et Qantas. Dans les années 1960, le 707 fut adopté par tous puisqu’il permettait de réduire considérablement la durée de vol d’un long-courrier et de parcourir l’Atlantique sans escale.

Succès fulgurant

William Allen permit à Boeing de s’imposer comme leader du marché du transport civil face à Douglas. Le PDG sut prendre des risques ce qui lui permit de devenir un acteur de poids à la conquête de l’espace en proposant un transport aérien accessible à tous. Suite à ce succès, Bill Allen ordonna l’étude d’un moyen-courrier, c’est en 1964 qu’il construit 2000 exemplaires du B-727, premier triréacteur civil qui prend une grande place dans le marché face à Douglas. Sa plus grande innovation fut le B-737 lancé en 1968, il est devenu l’avion le plus vendu de l’histoire avec plus de 13 000 commandes enregistrées. Boeing domine totalement le marché du transport civil et engrange des bénéfices aussi bien dans le secteur militaire que spatial (missiles, hélicoptères, véhicule lunaire…).

Pour répondre à la demande du marché et continuer dans leur innovation, Bill Allen et Juan Trippe réfléchissent à l’avènement des appareils civils supersoniques. En effet, le réel problème est que le B-707 et le Douglas DC-8 accueillent moins de 200 passagers. Ainsi, en 1970 fût lancé le B-747 qui propulsa le transport de masse dans un marché qui assurera la presque la totalité du monopole sur les vols transocéaniques. Grâce à cette conception, Boeing a réussi à empêcher Airbus de rentrer sur le marché durant un quart de siècle.

Un dernier obstacle pour Boeing

La récession économique de 1969 à 1971 n’a épargné personne et toutes les commandes civiles et militaires furent stoppées. William Allen est donc obligé de réduire ses effectifs de  101.000 à 38.000 et d’avoir recours à un prêt afin d’assurer les salaires de ses employés. Après trois années à essayer de sauver sa firme, il se retira en 1972 après avoir eu la certitude que Boeing était sauvé.

William Allen a donc été un homme d’affaires aux défis et idées multiples qui lui ont permis de s’imposer dans l’histoire du transport aérien et de devenir un grand visionnaire à la tête de Boeing qui fête aujourd’hui ses 100 ans.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 avril 2017 par dans Success Stories, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :