ZGROUPE The Force One

Quel avenir pour les travailleurs de demain ?

Selon une étude réalisée par Adecco en collaboration avec l’Insead et le Human capital Leadership Institute of Singapore, on constate des évolutions technologiques sur le monde du travail et les futurs générations à venir. Nous allons faire face à un bouleversement en matière de compétences et de savoir-être des travailleurs qui ne seront plus recrutés uniquement sur leur expertise.

Fotolia_55564653_Subscription_Monthly_XXL_1280x580-618x325

Les grands changements sont dus à la robotisation des emplois et de l’économie collaborative concernant le profil des futurs travailleurs et la nature du travail. L’étude d’Adecoo Group montre que ces changements donnent des opportunités pour les travailleurs de demain et les entreprises. Grâce aux progrès technologiques, notre façon de travailler va évoluer à l’avenir : aujourd’hui les emplois peu qualifiés avec des tâches répétitives commencent à être progressivement assurés par des machines, créant de nouvelles opportunités de travail connecté qui nécessitent de nouveaux besoins de compétences et donc de nouveaux profils d’actifs.

Le travailleur du savoir plus important que le travail routinier

Selon leur rapport, le futur du travail  est de “passer de travailleurs réalisant des tâches routinières et répétitives à des travailleurs du savoir”, en outre, si les entreprises veulent rester compétitives, elles doivent avoir des employés capables d’évoluer en diversifiant leurs compétences tout au long de leur carrière.

La problématique est : comment trouver des futurs talents et sur quels savoir-faire les recruter ? Selon le rapport il s’agirait là d’un “ dilemme des compétences”.

L’innovation technologique accroît les besoins en compétences des entreprises qui n’existent pas encore sur le marché. En effet, les candidats sur des postes spécifiques hautes compétences sont déjà peu nombreux surtout dans les secteurs des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques. Selon la commission européenne, en 2020 ce sont 755 000 spécialistes informatiques qui manqueront à l’appel. D’où l’importance pour les actifs de se former tout au long de leur vie professionnelle, de rester à niveau et de se perfectionner pour sécuriser leur employabilité avec l’arrivée du développement technologique qui va bouleverser le marché du travail.

Les compétences techniques/compétences souples

Dans les processus de recrutement, désormais les compétences souples (personnelles) ont autant d’importance que le niveau d’expertise du candidat. Il ne s’agit plus d’avoir des candidats hautement qualifiés et directement opérationnels pour un poste mais plutôt  de talents, potentiels et personnalités singulières qui seront formées en interne sur les compétences nécessaires pour le poste. Aujourd’hui, les jeunes doivent être mobiles, notamment à l’international et doivent avoir des compétences en langues étrangères.

D’ailleurs, d’après une expérience réalisée par The Adecco Group et le Fond de Formation pour les intérimaires en 2016, les compétences personnelles primordiales sont encore sous-estimées. Les 5 compétences personnelles fondamentales dont doit faire preuve un intérimaire (le comportement, être flexible, savoir communiquer à l’oral, être en mesure de bien présenter un contexte professionnel, et être ponctuel) sont compliqués à retrouver chez les candidats. En effet, 1 candidat sur 2 ne présente pas ces compétences , 46% des jeunes n’ont pas été recrutés faute d’un bon comportement et 30% des candidats sont arrivés en retard.

Afin que les travailleurs de demain et les actifs mettent toutes leurs chances de côté, il faut qu’ils accroissent leurs compétences en matière de digital et adoptent une multi-carrière dans laquelle ils pourront évoluer et s’adapter aux évolutions du marché.  De plus, les entreprises doivent mettre en place un développement continu des compétences de leurs employés et offrir des opportunités de stage ou d’apprentissage ainsi qu’encourager la flexibilité et la collaboration. Les pays doivent quant à eux réformer l’éducation en développant les compétences technologiques, développer des partenariats publics et privés  pour faciliter les programmes d’apprentissage et les stages ainsi que promouvoir la flexibilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 juillet 2017 par dans CONSEILS DE ZGROUPE, et est taguée , , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :