Comment favoriser la bonne entente entre les salariés ?

La bonne entente entre les salariés est essentielle, signe de réussite pour une entreprise et son chiffre d’affaire. Il est donc important de fidéliser ses salariés grâce à la communication et l’écoute.

 

Portrait of two beautiful young girlfriends sitting in modern co

 

Voici donc quelques conseils afin d’optimiser cette entente :

  • Renforcer l’esprit d’équipe: communiquer sur les attentes et les projets de l’entreprise.
  • Un environnement agréable: un bureau bien organisé, un espace de travail et de pause définis, favorisent la bonne humeur et donc la bonne entente.
  • Etre attentif aux besoins de chacun : par exemple ; instaurer une réunion hebdomadaire afin de parler des éventuels problèmes afin de les régler.
  • Un management empathique, le management compassionnel, les méthodes agiles.

 

Que favorise la bonne convivialité au travail ?

  • La performance
  • Valorisation : respect, reconnaissance
  • L’esprit d’équipe
  • La curiosité

 

Et pour les salariés, cela leur apporte l’estime de soi, la sérénité ou encore une bonne intégration.

 

D’autre choses peuvent être aussi organisées, comme des pique-nique l’été, des pots les weekends, ou encore des restaurants le midi (manger seul, c’est déprimant quand même).

Il est possible d’instaurer un « rituel » : le petit déjeuner le matin (même si vous avez déjà pris votre petit-déjeuner, buvez simplement un café !).

 

Un petit conseil aussi, le sourire ! Très important ! Le sourire est communicatif, vous serez souriant et les autres vous le rendront en retour.

Vous l’aurez compris, une convivialité au sein d’une entreprise est primordiale, pour une bonne performance et pour une bonne ambiance.

 

 

Qui se cache derrière le selfie stick ?

Vous ne savez pas, ce qu’est le selfie stick ? Mais si, on peut appeler ça la « perche à selfie » aussi.

C’est cet ustensile qui s’accroche à votre téléphone et qui vous permet de faire des photos de plus loin, de mieux voir l’arrière-plan.

pexels-photo-121757

En 2005, c’est un canadien, du nom de Wayne Fromm qui a eu cette idée brillante après un voyage en Italie avec sa fille, pendant lequel il était lassé de devoir demander aux autres de les prendre en photos.

Wayne est un inventeur et entrepreneur canadien, il a étudié le commerce et la finance.

En 1975, il obtient une licence en psychologie.

Par la suite, il crée sa société du nom de « Fromm Works » avec laquelle il va développer des jouets « Disney » dans les années 90.

Il passe notamment dans « The Wall Street Journal » ou encore le « New York Post ».

LA CREATION

En créant le selfie stick, Wayne souhaitait créer « quelque chose de magique ».

Tout d’abord il obtint le concept de monopode rétractable ; facilement réglable, léger, résistant à l’eau et surtout qui puisse passer la sécurité des aéroports sans problème.

De nombreux voyages en Chine et une centaine de prototypes plus tard, il réussit enfin à trouver le design qui lui convenait et surtout qui répondait à des normes importantes afin de défier les utilisations parfois extrêmes des consommateurs.

 

DETRACTEURS

Certains adorent, d’autres détestent.

Un surnom lui a même été donné ; «  la baguette narcissique » (oui oui, vous avez bien lu !)

Elle est critiquée pour son « association avec l’égocentrisme de la société contemporaine ».

Avant même sa création, un brevet avait déjà été déposé par Hiroshi Ueda et Yujiro Mima en 1984 pour la société d’appareils photos Minolta. Mais jamais elle n’avait vraiment fonctionné.

Adulée par les jeunes, plébiscitée par les touristes, en créant la selfie stick, Wayne Fromm a eu une idée de génie.

 

Comment éviter le mal de dos au travail ?

Selon l’Assurance maladie, 80% des arrêts de travail en France sont dus à un « trouble musculo-squelettique » (MTS). 45 000 travailleurs seraient touchés chaque année.

Si vous travaillez et que vous souffrez du dos, des tendons ou encore des poignets, cet article est fait pour vous !

article

LES TMS, C’EST QUOI ?

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) touchent les tissus mous à la périphérie des articulations.

Ils peuvent atteindre les tendons, ligaments, muscles, nerfs et bien d’autres. Dans 34% des cas, cela entraîne de fortes douleurs au dos, épaules, coudes poignets ou genoux.

Il arrive alors que l’on ait des lombalgies, cervicalgies, tendinites, etc. Ces exemples sont les maladies professionnelles les plus répandues.

Elles sont dues au travail et à son environnement, mais aussi au stress et plus précisément à des facteurs « biomécaniques », c’est-à-dire la répétition des gestes, les efforts excessifs, les postures répétées, l’exposition au froid ou encore aux vibrations.

COMMENT LES EVITER ?

Tout d’abord, en tant qu’employeur, il faudrait éviter au maximum le stress, la pression ou la frustration pour vos salariés.

Par exemple, ne pas les affecter au même poste et à la même tâche toute la journée, ça évitera l’impression de faire quelque chose de répétitif.

Maintenant, vous salariés, il existe plusieurs petites astuces qui pourrons vous faciliter la vie au travail.

Si votre travail consiste à faire des tâches intensives, accordez-vous 5 minutes de pause toutes les heures, et si votre travail est moins physique, 15 minutes toutes les 2 heures.

Pour ceux qui restent devant un ordinateur, petites astuces : alterner les méthodes pour taper sur le clavier, avec ou sans le poignet posé.

Ou alors, évitez de trop croiser les jambes, cela peut vous donner des douleurs dans le bas du dos.

Cela peut paraître bête mais une mauvaise lumière peut vous forcer à fléchir votre cou de façon excessive afin de regarder un document, donc soyez vigilant.

Quelques règles évidentes :

  • Maintenir son dos droit.
  • Soutenir son dos par des appuis. (bras sur la table, accoudoir, etc.)
  • Alterner travail assis et debout.
  • S’étirer régulièrement.

 

Même si maintenant, vous avez toutes les clefs pour éviter votre mal de dos, il est conseillé de se faire examiner souvent par la médecine du travail ou par votre médecin généraliste.

 

ADIDAS : Le premier magasin dédié entièrement au foot.

Avec 2.5 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé grâce à l’Euro l’année dernière, c’est naturellement qu’Adidas a voulu consacrer un lieu à son sport.

C’est dans le quartier des Halles à Paris (dans le 1er arrondissement), que l’Adidas Football Store a ouvert.

 Adidas.jpeg

 

Le leader mondial du sport de ballon a choisi, pour tester son concept de magasins dédié au football, la France.

C’est comme ça que le premier magasin a ouvert, le Adidas Football Store, inauguré pour Zidane.

Adidas s’est offert pas moins de 300m2 répartis sur deux niveaux (il y a de VRAIS rayons pour vous les femmes !).

La marque a voulu donner un style très urbain au magasin car dès l’entrée, c’est béton brut et ciré, grille métalliques sont les éléments du décor.

A l’entrée, on y trouve une paire spéciale Coupe des Confédérations.

Le rez-de-chaussée est réservé aux franchises footwear telles que NEMEZIZ qui privilégie le toucher et la vitesse, ACE pour les joueurs aimant contrôler le ballon, X qui propose des chaussures très légères pour les attaquants et COPA.

Envie de tester les produits de vos joueurs préférés ? Une zone entière de 20m2 est prévue à cet effet, zone totalement aménagé et recouverte de gazon synthétique.

Le premier étage (134 m2 !) est consacré au textile, notamment aux maillots des meilleurs clubs européens et des fédérations sous contrat.

Une zone de flocage de maillot y sera installée.

Afin que les consommateurs s’habituent au nouveau magasin, la marque prévoie des activités dans les lieux.

Sans artifices, en étant brut et radical, dans sa décoration, Adidas parvient encore et toujours à séduire les adeptes.

 

Job-Dating : Utilité – Avantages – Inconvénients : On vous explique tout !

Le principe du Job Dating est très simple ; des minis entretiens d’embauche dans un temps imparti, les uns à la suite afin de « charmer » son interlocuteur pour qu’il retienne notre candidature.

Environ 7 minutes d’entretien puis c’est au tour de la personne après vous et ainsi de suite.

En résumé, c’est un maximum d’entretiens dans un minimum de temps !

 pexels-photo-515167.jpeg

L’entreprise doit alors en un rien de temps savoir analyser le candidat afin de trouver celui qui correspond à ses attentes et ce grâce à plusieurs caractéristiques :

  • Les caractéristiques comportementales telles que la gestuelle, l’attitude générale ou encore le regard.
  • Les caractéristiques relationnelles comme le sourire, le vocabulaire et les tocs.
  • Les caractéristiques communications avec la voix, le ton et le débit de parole.

Avantages :

Le Job-Dating  permet d’avoir un vrai contact face à face entre le candidat et l’entreprise (beaucoup moins impersonnel que l’envoi d’un cv, on est d’accord !)

  • Côté candidats cela permet d’enrichir son réseau de contacts et pouvoir ainsi multiplier ses chances dans la recherche d’emploi.

Dernier point mais pas des moindres, cela permet également de postuler à plusieurs offres en même temps grâce à son principe.

Le candidat peut, par le biais du Job Dating, prouver en direct ce qu’il vaut en se « vendant » rapidement.

  • Côté entreprise c’est évidemment une diminution des coûts de recrutement.

L’entreprise gagne aussi du temps et découvre ainsi de nouveau talents.

Inconvénients :

Le Job Dating peux parfois ne pas être considéré comme un processus de recrutement efficace. Plusieurs expériences l’ont prouvé par des ruptures fréquentes de périodes d’essai.

Le candidat peut également ressentir une frustration de ne pas disposer d’assez de temps pour exposer ses qualités.

En comparaison des avantages, les inconvénients sont vraiment minimes.

Le Job-Dating, un plus pour les candidats mais aussi pour les entreprises, on peut donc dire que c’est un TOP !

Orange : De la téléphonie à la banque

Avec près de 262.9 millions de clients dans le monde, Orange est l’entreprise leader ou second opérateur dans 75% des pays européens où elle est implantée.

Avec un chiffre d’affaires qui s’élève à 40.24 milliards d’euros pour l’ensemble de ses activités, Orange est l’un des opérateurs de télécommunications les plus connus et les plus utilisés.

orange

C’est Stéphane Richard, le PDG d’Orange qui a annoncé sur twitter le lancement d’Orange Bank, le 2 Novembre prochain.

Initialement prévue 4 mois avant, le PDG s’était laissé quelques mois de plus pour parfaire tous les processus d’ouverture de comptes en ligne et en boutique, d’opérations bancaires, etc.

Mais alors quel est le but de Stéphane Richard ?

Son idée est simple : des prix attractifs ! Par exemple, la carte bancaire internationale gratuite si l’on effectue au moins trois opérations par mois.

Egalement un système d’intelligence artificielle nommé Watson afin de remplacer les conseillers bancaires en ligne.

Son objectif ?

Attirer 2 millions de clients en 10 ans et investir au total 500 millions d’euros en espérant être rentable au bout de cinq ans d’activité.

La pression est grande, car toutes les banques traditionnelles ont l’œil rivé sur l’opérateur. En effet c’est une grosse prise de risque que le PDG d’Orange réalise ; puisque la banque ne correspond en aucun cas à son secteur de travail.

Quant à la date de lancement, celle-ci est un challenge.

Comme Stéphane Richard ne veut pas prendre le risque de lancer ce nouveau service au moment des fêtes de fin d’année, il prend le pari de démarrer Orange Bank au même moment que l’IPhone X.

De ce fait, des quelques mois que s’est laissé Stéphane Richard, les concurrents d’Orange Bank en ont profité pour eux aussi sortir leur banque mobile. On peut citer SFR d’ici 2019 ou encore C-Zam lancé mi-avril par Carrefour avec une carte bancaire internationale Mastercard et un compte en ligne sans découvert autorisé.

Il ne nous reste plus qu’à lui souhaiter bonne chance et un excellent lancement !

 

 

 

Qui sont ces milliardaires partis de rien ?

 

Parti d’une enfance pauvre, d’un futur tel que celui-ci était inenvisageable, ou encore avec des moyens limités ; aujourd’hui on les compte parmi les personnes les plus riches du monde.

Ils sont 10 à avoir débuté sans un sous dans la poche et à avoir fini milliardaire. Revenons sur la montée en puissance de 5 d’entre eux.

article

Elizabeth Holmes est d’abord étudiante en deuxième année à l’Université de Stanford. Brillante pendant son temps libre, elle décide d’apprendre le mandarin.

En 2003 ; elle crée Theranos, une start-up basée sur le diagnostic sanguin qui permet aux tests de sang de revenir moins cher.

Aujourd’hui, elle ne compte pas moins de 500 employés, 400 millions de dollars de financement, et surtout une fortune à 4,5 milliard de dollars.

 

Jack Ma a grandi dans la pauvreté. Il ne trouvait pas d’emploi, a échoué deux fois aux concours nationaux d’entrée à l’université et est finalement devenu professeur d’anglais.

En 1995, lors de son premier voyage aux Etats-Unis, il s’aperçoit que peu de produits chinois étaient disponibles en ligne.

Alors en 1999, il lance un site web de commerce électronique s’appelant Alibaba.com.

Aujourd’hui il est l’homme le plus riche de Chine et son site est le premier site mondial de vente en ligne pour les entreprises.

Sa fortune s’élève à 20,2 milliards de dollars.

 

Jan Koum est arrivé au Etats-Unis à l’âge de 16 ans avec ses parents. Sa famille se trouvait alors dans le plus grand besoin.

En 2009, avec son ami Brian Action, ils ont la brillante idée de mettre en place une application mobile de messagerie en temps réel afin de connecter les gens à travers le monde ; WhatsApp.

C’est alors une révolution puisqu’à cette époque WhatsApp remplace la messagerie texte traditionnelle.

A ce jour, avec 600 millions d’utilisateurs dans le monde et un rachat de 19 milliards de dollars par Facebook, la fortune de Jan Koum atteint les 7,7 milliards de dollars.

 

Ingvar Kamprad vivait en Suède. A l’âge de 7 ans, il se met à vendre des allumettes à ses voisins, puis des crayons, des cartes de vœux et même des décorations de Noël.

A 17 ans, il décide de fonder une société du nom de IKEA (Ingvar Kamprad de Elmtaryd Agunnaryd ; le nom de son village.)

Mais c’est à l’âge de 21 ans qu’il commence à émerger et à vendre des meubles.

Aujourd’hui Ikea c’est 240 magasins dans 42 pays différents, 36 milliard de dollars de ventes annuelles et une fortune à 3.9 milliards de dollars pour Ingvar Kamprad.

 

Larry Ellison est né en 1944. Il vient de Brooklyn et vit chez sa mère adoptive. Il fût élevé par sa tante et son oncle de Chicago.

Il entre à l’université, mais sa tante décède et il décide de s’installer en Californie où il enchaine les petits boulots pendant huit ans.

En 1977, il va créer la firme Oracle Corporation spécialisée en système de gestion de base de données.

Il devient le cinquième homme le plus riche du monde, avec une fortune à 61,2 milliards de dollars.

Si vous êtes donc un nouvel entrepreneur, ou si vous le serez bientôt, ces quelques exemples peuvent vous encourager à persévérer, et peut-être qu’un jour vous ferez parti de cette liste !

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑