Jeune et Manager : Savoir gérer son autorité

Trop d’autorité, trop de laxisme,  comment adopter la juste posture afin de réaliser les objectifs fixés par l’entreprise ?

Voici quelques conseils qui vous aiderons (je l’espère) à manager en adéquation avec vous-même.

         -Choisir son « camp »

giphy (3).gif

Etre un bon manager c’est une affaire de posture autant que de fonction. En effet devenir manager, c’est choisir son camp, défendre la position de l’entreprise et ne pas critiquer celle-ci. C’est bien sur adhérer aux valeurs de l’entreprise.

         -Se situer dans un juste milieu

giphy (4).gif 

C’est ce que l’on appelle le complexe de l’imposteur, c’est un sentiment très fréquent quand on prend une nouvelle fonction dans un nouveau poste. C’est alors tout naturellement que vous allez rajouter de l’autoritarisme  afin de pallier à un manque de confiance. Ou encore à l’inverse vous essayerez de vous la jouer ami-ami, ce qui est une mauvaise idée. C’est pourquoi il faut trouver le juste milieu entre les deux.

            -Ne pas montrer ses préférences

Il est important de présenter un intérêt pour son équipe au sein de sa propre hiérarchie. Il faut défendre tous ses collaborateurs de manière équitable. Il ne faut pas privilégier ceux avec qui vous avez le plus d’affinités. Afin de vous faire apprécier de tous et de manière équitable.

 

        -Garder confiance

giphy (1).gif

Il faut, ASSURER et ASSUMER. L’autorité d’un manager sera bien évidement jugée dans la durée, cela est inévitable. Si vous essuyez beaucoup de critiques, votre capital confiance auprès de vos collaborateurs sera érodée, il faut alors éviter d’accumuler les erreurs.

 

        -L’entretien humain

En entreprise, bon nombre de difficultés ne sont pas liées à des questions techniques mais plutôt personnelles ou relationnelles.

Il faut donc instaurer dès le départ une relation de confiance avec ses collaborateurs. Il faut faire preuve de bienveillance et d’ouverture d’esprit. Avant la réunion d’équipe, il faut définir les objectifs de chacun pour garantir une réussite d’équipe.

Bullshit job

Nouvelle lubie ou réel mal être de la génération Y, le « bullshit job » ou encore « job à la con » est un phénomène de plus en plus décrié dans la monde du travail. Ces victimes sont les jeunes actifs de 24 à 35 ans, diplômés, calés devant un ordinateur dans un open space noir de monde.

Qu’est-ce que le bullshit job ?

Le métier à la con (en français) est ce travail vide de sens, impossible à définir en une phrase simple. C’est l’anthropologue américain David Graeber qui lança l’alerte en 2013 contre « ces emplois qui sont, par définition, inutiles.»

Plusieurs facteurs pourraient expliquer le bullshit job : la bureaucratie trop lourde, les modes de management, la division des tâches, l’instabilité économique ou encore la numérisation intensive des tâches au bureau.

On pourrait penser qu’après le burn out, le brown out … le bullshit job ne serait qu’un énième phénomène inventé pour développer notre anglicisme, et bien David Graeber, explique que «  Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective ».

Face à cette situation, on observe de nouvelle aspiration particulièrement chez les jeunes diplômés. Certains candidats qui se destinaient à travailler derrière un ordinateur dans la communication, la finance, les ressources humaines, optent pour un changement radical de carrière et réinventent à leur façon des métiers traditionnels ou qui étaient il y a peu réservés à des travailleurs « peu diplômés » : restauration et artisanat, ouverture de maison d’’hôte. D’autres encore décident de tout quitter pour se lancer dans des professions reconnues : professeur, emplois dans des associations humanitaires.

Comment savoir si vous avez un boulot à la con ?

  • Vous n’arrivez pas expliquer votre  métier :

Si lorsque tata Odette vous demande ce que vous faites dans la vie, lors de la réunion de famille annuelle et que vous tournez autour du pot, c’est déjà un 1er symptôme. Il n’y a rien de plus frustrant que de ne pas pouvoir expliquer ce que l’on fait car même en termes d’estime de soi on en prend un coup.

  • Vous vous ennuyiez :

Ne sachant pas trop quoi faire mais ne voulant pas attirer l’attention, vous êtes sur Facebook en vous assurant de tapoter assez fort pour qu’on pense que vous travaillez. Vous pourriez aller de pair avec le Community Manager de la boite.

code-30

  • Ce que je fais ne sert à rien :

Écrire des dossiers qui ne seront jamais lus, remplir des formulaires qui ne servent à rien. Vous n’arrivez même pas à vous convaincre vous-même de l’utilité de votre poste et regrettez ces années passées sur les bancs de l’école.

  • Vous envisagez tous les matins de quitter votre emploi

Vous pensez tous les jours à quitter votre bullshit job pour quelque chose de plus noble, devenir fleuriste, aller creuser des puits en Afrique, vous lancer dans le bénévolat… Des métiers que vous jugez beaucoup plus utiles pour la société et où vous vous épanouirez réellement. Seul frein, le job à la con paye vraiment bien.

3715641-1677473

Mais rassurez-vous, notre génération n’a pas été la seule à souffrir de ce mal. En effet, l’hebdomadaire The Economist a répondu à David Graeber, rappelant que chaque période a connu ses bullshit jobs, en particulier lors de la révolution industrielle. Avant l’automatisation des tâches, le quotidien des ouvriers à la chaîne était « terriblement ennuyeux et déplaisant ». Alors pas de panique les choses finiront par évoluer pour nous aussi.

 

Paul Bocuse, l’étoile s’en est allé

Le monde de la gastronomie est en deuil. Le chef triplement étoilé Paul Bocuse est mort, samedi 20 janvier 2018 à l’âge de 91 ans. Le « Pape » de la gastronomie française s’en est allé, laissant derrière lui de très nombreux chefs dont il était l’inspiration.

« Quand on pense avoir réussi, c’est déjà qu’on a tout raté »

Née le 11 février 1926 à Collonges-au-Mont d’Or près de Lyon, Monsieur Paul est issu d’une famille d’épicurien où les chefs se succèdent de génération en génération. Entré en apprentissage à l’âge de 16 ans, il quitte les cuisines pour rejoindre les rangs de la 1re division française libre lors de la Seconde Guerre mondiale. Blessé, mais toujours debout, le jeune Paul poursuit sa formation chez Eugénie Brazier, 1ère femme étoilée de France avec qui il apprendra la rigueur et la cuisine traditionnelle lyonnaise. Après avoir fait ses armes auprès de nombreux chefs dont Fernand Point à Vienne en Isère, Paul Bocuse se lance à la conquête du monde, l’épaule tatouée d’un coq fier.

pb

Un révolutionnaire hors normes

Celui qui redonna ses lettres de noblesse à la gastronomie française fut l’un des 1ers chefs à parcourir le monde. Du Japon aux Etats-Unis, en traversant l’Europe, son savoir-faire est reconnu de tous, apportant la « French Touch » à l’étranger. Le chef n’a cependant jamais quitté longtemps sa ville natale de Collonges-au-Mont d’Or où se trouve son plus célébré établissement « L’auberge du Pont de Collonges ».

« J’étais un précurseur, ma curiosité m’a emmené un peu partout ».

Avec une 1ère étoile au guide Michelin en 1953 puis une seconde en 1958 et une troisième en 1962, Paul Bocuse est nommé « Meilleur ouvrier de France » puis sacré « Cuisiner du siècle » par le guide Gault & Millau. Le président Valery Giscard d’Estaing à qui il avait créé la fameuse soupe aux truffes VGE, le fait Officier de la Légion d’honneur pour sa cuisine qui ose casser les codes et son rayonnement international qui profite à la France.

pb 2

Avec un empire estimé à 50 millions d’euros, on comptait en 2014, vingt-trois établissements à travers le monde. Aussi bien généreux dans ses cuisines que dans sa vie, le chef crée en 1990, l’institut Paul Bocuse, l’une des plus grandes écoles de restauration et d’hôtellerie du monde. En 1987, le « Pape » crée le Bocuse d’or concours international de cuisine, qui met en avant la rigueur, le savoir-faire et l’excellence. En empruntant les codes des plus grands événements sportifs, ce concours est un véritable spectacle autour de la cuisine et des chefs.

Un amoureux assumé

S’il est bien une chose que Paul Bocuse était, c’est un amoureux. Amoureux de la vie, amoureux de la cuisine, mais aussi amoureux des 3 femmes qui ont partagé sa vie.          « J’ai eu 3 étoiles, 3 pontages et j’ai toujours 3 femmes », expliquait-il ainsi à Libération en 2006. Il y eut Raymonde, sa première femme, avec qui il a eu une fille, puis sa seconde femme, Raymonde, la mère de son fils Jérôme et Patricia, qui gérait sa communication.

« J’adore les femmes et nous vivons trop longtemps de nos jours pour passer une vie entière avec une seule », confiait-il en 2005 au Daily Telegraph.

Ce que le public retiendra surtout de Paul Bocuse, c’est son amour du travail, car c’est cet amour du travail bien fait, inculqué par Fernand Point, que Paul Bocuse, parallèlement à toutes ses activités, n’a eu de cesse de transmettre.

C’est le Johnny de la cuisine qui s’en est allé laissant orphelin toute une nouvelle génération de chef cuisinier.

Une maison connectée ? C’est désormais possible !

La 51ème édition du plus grand salon de l’électronique grand public du monde a ouvert ses portes mardi à Las Vegas.
Effacez de vos mémoires la domotique, misez sur les appareils ménagers et l’intelligence artificielle qui se commandent tout simplement à la voix.

Une intelligence qui, à long terme, permettra aussi d’économiser de l’énergie et donc de l’argent.
Tout passe par l’enceinte en forme de robot tout mignon avec ses yeux expressifs qui a été développée par le constructeur coréen LG.
On peut y régler la température à tel ou tel degré ou encore tout simplement dire que nous parton pour que l’ensemble des lumières de la maison s’éteignent et que l’alarme se mette en marche.

giphy (1).gif

Concurrence accrue sur le marché
Le robot LG doit être commercialisé cette année et devrait valoir moins de 200 euros.
Mais il n’est pas seul sur le marché ; en effet, en face de lui il y l’enceinte Google Home ou encore Alexa d’Amazon.
Il y a également son plus proche concurrent, l’enceinte Samsung, qui sera capable de dialoguer d’ici la fin de l’année grâce à une télévision de la marque de l’assistant vocal maison appelé Bixby.
Avec la montre connectée d’Apple, l’américain Whirlpool propose un contrôle à distance et au poignet.
Etre-vous prêts à connecter votre maison ? Foncez !

10 conseils pour devenir THE stagiaire

La vie de stagiaire n’est pas du tout de tout repos et pourtant il faut bien passer par là. Entre la centaine de CV envoyés, les 2 entretiens obtenus, c’est tout un parcours du combattant. Alors lorsque vous avez ENFIN décroché le fameux stage qui validera vos acquis ne vous loupez pas !                

Voici 5 conseils qui vous permettront de vous démarquer et vous rendront indispensable (mais pas trop) auprès de votre tuteur.

  • Faites preuve de savoir vivre

Ponctualité, politesse, et même apparence sont ce sur quoi on vous jugera en premier. Arriver tous les jours à 9h09 au lieu de 9h00 finira par irriter votre tuteur. Rien ne vaut la ponctualité, ne négligez surtout pas ce facteur. Soyez toujours avenant, un sourire n’a jamais tué personne bien au contraire, c’est une porte d’entrée vers l’autre. Soignez votre apparence car on aura beau dire que c’est la personnalité qui compte la composante vestimentaire n’est pas anodine. Il vaut mieux être classe, mais sobre et si vous aviez l’idée de venir en bermuda, on se rappellera surement de vous, mais peut-être pas dans le bon sens…

https://media.giphy.com/media/l0MYOUI5XfRk4LLWM/giphy.gif

  • Osez !

Posez des questions, n’hésitez pas à aller vers vos collègues si vous avez besoin d’aide. Montrez à votre équipe que vous êtes impliqué par ce que vous faite. N’hésitez pas, sollicitez votre maître de stage pour une recommandation, un avis…

Il est très important de se renseigner sur les valeurs de l’entreprise pour laquelle vous souhaitez travailler. Il est plus facile et plaisant de travailler pour une entreprise dont on partage les mêmes valeurs, une même vison globale des choses (Ne travaillez pas pour un boucher si vous êtes végétarien).

  • Soyez force de proposition

N’attendez pas sagement que l’on vous donne du travail, il ne faut pas attendre que ça se passe. Faites des propositions, soyez créatif afin de mettre vos compétences en avant sans avoir peur de paraitre trop ambitieux. On aura plus de chance de se rappeler de vous si vous êtes une plus-value pour l’entreprise.

http://img.tel.pmdstatic.net/scale/http.3A.2F.2Fimages.2Eone.2Eprismamedia.2Ecom.2Fnews.2F7.2F3.2F2.2F2.2Fb.2Fd.2Fa.2F3.2F2.2Ff.2F7.2F7.2F6.2F1.2F6.2F1.2Egif/540xauto/quality/80/image.gif

  • Déconnectez-vous

Adieu Snapchat et Facebook… vous êtes sur votre lieu de travail, même si ce n’est qu’un stage vous devez prendre votre travail au sérieux et cela ne pourra pas être le cas si vous êtes constamment sur votre téléphone. Surtout évitez de vous connecter sur vos réseaux sociaux avec les PC du bureau. Un tuteur un peu trop suspicieux peut très bien et en tout état de cause vérifier votre historique alors évitez Netflix, Asos, et compagnie.

  • Soignez vos relations

Un stagiaire est généralement présent pour 6 mois maximum. C’est court mais cela peut devenir bien long si votre intégration se passe mal. Alors allez vers vos collègues, soyez courtois et encore une fois n’hésitez pas à poser des questions. Les collègues d’aujourd’hui peuvent devenir des membres influents de votre réseau professionnel de demain et puis qui sait, si votre tuteur et votre équipe vous apprécient et qu’il y a une opportunité, votre stage aboutira peut-être à un contrat d’embauche.

https://images.wizbii.com/file/v1/cy61byhv0nlrh7mvbthd59j78sqm4n3g.gif

N’hésitez pas à nous raconter en commentaire vos anecdotes en tant que stagiaire !

Oprah Winfrey, et si c’était elle en 2020 ?

Si son visage ne vous est pas familier, aux États Unis Oprah Winfrey est sans conteste LA star du petit écran américain.
Omniprésente depuis son discours aux derniers Golden Globes, la présentatrice vedette est aujourd’hui plébiscitée par 1 Américain sur 2 pour devenir la nouvelle présidente des Etats-Unis. Coup de buzz ou réel ambition ? Retour sur la carrière de cette pionner aux succès sans limite.

Une ascension sociale digne des films hollywoodiens

Née le 29 janvier 1954 dans une petite ville du Mississippi, Oprah Gail Winfrey est élevée par sa mère femme de ménage célibataire. Élève brillante malgré une vie de famille compliquée, elle réussira à s’en sortir grâce à son courage et sa ténacité.

Plus Tard Oprah racontera que son enfance fut un calvaire, en cause les viols à répétition que lui infligeaient certains membres de sa famille et la perte de son bébé à l’âge de 14 ans.
Après des études remarquables dans la communication, la jeune Oprah se lance en tant que journaliste dans des médias locaux réservés aux afro-américains. C’est en 1984 qu’elle connaît la consécration avec l’émission Oprah Winfrey Show un talk-show qui deviendra rapidement le plus regardé d’Amérique.

De 1986 à 2011 l’animatrice fait la pluie et le beau temps sur les écrans américains. De l’interview de Michael Jackson qui réunira plus de 100 millions de téléspectateurs (sois le 4e évènement le plus regardé dans l’histoire de la télévision américaine) aux aveux de dopage de Lance Armstrong ou encore au saut de joies de Tom Cruise sur le canapé de l’émission, Oprah révolutionne le genre du talk-show avec un ton plein d’émotion et d’empathie. La star rassemble des millions de téléspectateurs et les célébrités se bousculent pour un moment télévisé avec elle.
Considérée comme l’afro-américaine la plus philanthropique de sa génération, Oprah Winfrey est chaque année au classement des personnalités les plus influentes du monde et classée par Forbes magazine comme la femme noire la plus riche du monde et la 2ème plus grosse fortune de l’industrie du divertissement.

Des plateaux télé à la maison blanche

Le Parti démocrate, en perte de vitesse depuis la défaite d’Hilary Clinton lors des dernières présidentielles, est à la recherche de son nouveau candidat et l’idée de la candidature d’Oprah Winfrey se répand donc comme une trainée de poudre sur tous sur les réseaux sociaux. Mais va-t-elle franchir le pas ? Milliardaire et issue de la société civile comme Donald Trump, Oprah Winfrey a ce petit quelque chose qui fait vibrer l’assistance et ça, les démocrates l’ont bien compris. Alors pourquoi ne pas jouer sur le même terrain de Donald Trump, surtout que de très sérieux sondages créditent l’animatrice d’une avance de 10 points sur le président Trump.

La principale concernée n’a pas encore donné son avis sur la question et laisse planer le doute quant à sa possible reconversion politique. Des spécialistes estiment sa candidature très probable et la jugent crédible. En attendant, d’autres célébrités pourraient aussi se lancer dans la course, en effet, il se murmure des noms comme l’acteur Geroges Clooney ou encore Mark Zuckerberg le fondateur de Facebook.
Une célébrité comme président, seuls les Etats-Unis en sont capables. Il reste encore un peu plus de deux ans à Oprah pour se décider.

La bonne résolution 2018

700 Millions ; c’est le nombre de personnes inscrites sur le réseau social Instagram.

Pour cette nouvelle année, Zgroupe a pris une bonne résolution : ouvrir un compte Instagram !

Pour nous trouver c’est simple ; notre pseudo est Zgroupe75009.

Nos posts

Chaque semaine, nous posterons une photo ; en lien avec l’actualité.

Mais il se peut également, que comme sur notre twitter et facebook, nous postions la citation du jour.

Nous vous attendons et espérons nombreux !

Disons que votre bonne résolution 2018, c’est de nous suivre !

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑