Bullshit job

Nouvelle lubie ou réel mal être de la génération Y, le « bullshit job » ou encore « job à la con » est un phénomène de plus en plus décrié dans la monde du travail. Ces victimes sont les jeunes actifs de 24 à 35 ans, diplômés, calés devant un ordinateur dans un open space noir de monde.

Qu’est-ce que le bullshit job ?

Le métier à la con (en français) est ce travail vide de sens, impossible à définir en une phrase simple. C’est l’anthropologue américain David Graeber qui lança l’alerte en 2013 contre « ces emplois qui sont, par définition, inutiles.»

Plusieurs facteurs pourraient expliquer le bullshit job : la bureaucratie trop lourde, les modes de management, la division des tâches, l’instabilité économique ou encore la numérisation intensive des tâches au bureau.

On pourrait penser qu’après le burn out, le brown out … le bullshit job ne serait qu’un énième phénomène inventé pour développer notre anglicisme, et bien David Graeber, explique que «  Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective ».

Face à cette situation, on observe de nouvelle aspiration particulièrement chez les jeunes diplômés. Certains candidats qui se destinaient à travailler derrière un ordinateur dans la communication, la finance, les ressources humaines, optent pour un changement radical de carrière et réinventent à leur façon des métiers traditionnels ou qui étaient il y a peu réservés à des travailleurs « peu diplômés » : restauration et artisanat, ouverture de maison d’’hôte. D’autres encore décident de tout quitter pour se lancer dans des professions reconnues : professeur, emplois dans des associations humanitaires.

Comment savoir si vous avez un boulot à la con ?

  • Vous n’arrivez pas expliquer votre  métier :

Si lorsque tata Odette vous demande ce que vous faites dans la vie, lors de la réunion de famille annuelle et que vous tournez autour du pot, c’est déjà un 1er symptôme. Il n’y a rien de plus frustrant que de ne pas pouvoir expliquer ce que l’on fait car même en termes d’estime de soi on en prend un coup.

  • Vous vous ennuyiez :

Ne sachant pas trop quoi faire mais ne voulant pas attirer l’attention, vous êtes sur Facebook en vous assurant de tapoter assez fort pour qu’on pense que vous travaillez. Vous pourriez aller de pair avec le Community Manager de la boite.

code-30

  • Ce que je fais ne sert à rien :

Écrire des dossiers qui ne seront jamais lus, remplir des formulaires qui ne servent à rien. Vous n’arrivez même pas à vous convaincre vous-même de l’utilité de votre poste et regrettez ces années passées sur les bancs de l’école.

  • Vous envisagez tous les matins de quitter votre emploi

Vous pensez tous les jours à quitter votre bullshit job pour quelque chose de plus noble, devenir fleuriste, aller creuser des puits en Afrique, vous lancer dans le bénévolat… Des métiers que vous jugez beaucoup plus utiles pour la société et où vous vous épanouirez réellement. Seul frein, le job à la con paye vraiment bien.

3715641-1677473

Mais rassurez-vous, notre génération n’a pas été la seule à souffrir de ce mal. En effet, l’hebdomadaire The Economist a répondu à David Graeber, rappelant que chaque période a connu ses bullshit jobs, en particulier lors de la révolution industrielle. Avant l’automatisation des tâches, le quotidien des ouvriers à la chaîne était « terriblement ennuyeux et déplaisant ». Alors pas de panique les choses finiront par évoluer pour nous aussi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s