Jeff Bezos, l’empereur

Devenu l’homme le plus riche du monde après le dernier Black Friday, le patron d’Amazon est en phase de révolutionner le XXIème siècle. Objets connectés, drones livreurs, voyage spatial pour grand public avec sa start up Blue Origin ; mais qui peut stopper Jeff Bezos ?

113 milliards de dollars, c’est la plus grande fortune jamais atteinte et c’est celle de Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon. Ce fils d’immigré cubain diplômé de la prestigieuse université de Princeton a su très tôt ce qu’il voulait. Après une carrière fulgurante à Wall Street, Jeff troque les bureaux new-yorkais pour un garage de Seattle où il se lance dans la vente de livres en ligne. 1994, c’est le début d’Amazon. Féru de lecture, il veut créer « la plus grande librairie sur Terre ». Le premier livre est vendu et il sera suivi d’une longue série. De son propre aveu, Jeff livrait lui-même les livres dans son vieux 4×4.

Au départ, l’entrepreneur souhaitait appeler son entreprise « Cadabra » mais ce nom était trop proche de « Cadaver » (cadavre en anglais). Il choisit donc Amazon qui représente le fleuve le plus grand du monde et qui est visité par des millions de personnes, ce qu’il ambitionne pour son site. En 1999, Time le sacre homme de l’année et roi d’Internet…

Aujourd’hui, Amazon en quelques chiffres c’est :

– 178 milliards de dollars de chiffre d’affaires
– Plus de 5 milliards de produits envoyés via Amazon Prime à travers le monde
– Près de 130 000 embauches en 2017
– Plus de 23 millions de Français sur Amazon chaque mois
– 2,4 milliards de dollars gagnés en une journée, lors du « Black Friday » (c’est accessoirement ce jour-là que Jeff Bezos est devenu l’homme le plus riche du monde)

Patron atypique

« Êtes-vous paresseux ou juste incompétents ? » Mais aussi : « Aurais-je oublié de prendre mes médicaments anti-stupidité aujourd’hui ? » Ou encore : « Si j’entends à nouveau cette idée, je me suicide »… Jeff Bezos n’est pas un patron très tendre, il serait capable d’humilier ses équipes en interne et ferait preuve d’une méchanceté rare face à des salariés qui selon lui ne se donnent pas à 100%.
Un peu radin sur les bords, le PDG d’Amazon fait voyager les cadres d’Amazon en classe économique. Il a rechigné à changer les bureaux de ses employés qui étaient des vieilles portes en bois recyclé. Les repas et le parking sont à la charge des salariés, ce qui n’est pas l’usage dans les sociétés de high Tech américaines.
Ce personnage hors du commun a racheté en août 2013 le Washington Post, l’un des journaux les plus célèbres de la planète en échange de 250 millions de dollars. Malgré des réticences en interne, Jeff Bezos y a entrepris un virage technologique, ce qui a considérablement boosté le journal. Preuve que tous se qu’il touche se transforme en or.

Un homme tourné vers le futur

En 2000, Jeff fonde Blue Origin dont le but est d’abaisser le coût d’accès à l’espace et ainsi permettre au grand public des voyages spatiaux.
Alexa et Echo sont des objets connectés qui prennent le contrôle de votre smart home grâce à une assistance vocale. Aujourd’hui, le patron d’Amazon poursuit l’expansion de son entreprise qui a récemment racheté le géant Américain de l’alimentation bio Whole Foods et se penche très sérieusement sur des livraisons par drone ou par parachute pour livrer  plus vite ses clients.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s