Vincent Bolloré : un parcours fulgurant

Grand manitou des médias, mais également à la tête d’un groupe international de transport et logistique, Vincent Bolloré est un homme d’affaires connu et reconnu. Suivons le parcours du Français, parfois sujet à controverses.

Vincent Bolloré est né le 1er avril 1952 à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. Il commence sa carrière à la banque Rothschild, en 1981 il devient président-directeur général des papeteries et du groupe Bolloré. Sa carrière connait par la suite une ascension fulgurante.

En 2013 il devient vice-président du conseil de surveillance de Vivendi, président de ce conseil en 2014 puis président-directeur général du groupe Bolloré. Il a de même été promu au grade de commandeur de la légion d’honneur en 2009.

 

Le groupe Bolloré, un empire familial

 

Créé en 1822, le Groupe Bolloré figure parmi les 500 plus grandes compagnies mondiales. C’est un groupe français international de transport, de logistique, et de communication. Coté en Bourse, il est toujours contrôlé majoritairement par la famille Bolloré.

En vue de son départ progressif à la retraite, l’industriel breton a laissera sa place de PDG du groupe Bolloré à son fils Cyrille à compter du mois de juin prochain.

Ses 3 autres enfants ont aussi une place très importante au sein du groupe familial, Marie sa fille est directrice de division des applications mobilité électrique du Groupe, Sébastien, l’aîné est chargé des innovations et des nouvelles technologies à la direction du développement du Groupe et son second Yannick préside l’entreprise Havas.

Bolloré au cœur d’affaires de corruption

En mai 2017, le groupe Vivendi annonce l’acquisition de la participation de 60 % du groupe Bolloré dans Havas pour un montant de 2,36 milliards d’euros.

Seulement en avril 2018, Vincent Bolloré est mis en examen pour corruption d’agents publics étrangers après deux jours de garde à vue dans les locaux de la police anticorruption. Vincent Bolloré est en effet accusé  d’avoir utilisé sa filiale de communication politique Havas afin de gagner le marché de la gestion des ports de Conakry (Guinée) et Lomé (Togo).

Le 13 décembre 2018, six mois après la garde à vue de son patron, c’est la holding Bolloré SA qui est mise en examen pour corruption dans l’affaire des concessions portuaires en Afrique de l’Ouest.

Cependant le groupe a toujours contesté les irrégularités qui lui sont reprochées.

Aujourd’hui le groupe Bolloré emploie 55 000 personnes dans le monde et il réalise plus de 23 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

 

Comment manager la génération Y ?

 En France, la génération Y regroupe environ 13 millions de personnes. Elle succède à la génération X qui elle-même suit celle des « baby-boomers ». Une génération qui apporte de nouveaux enjeux managériaux.

Une génération ultra-connectée

La génération Y est la génération connectée : ils sont tout simplement nés en même temps que l’informatique. Ils ont évolué et continuent de grandir ensemble. La Génération Y fonctionne et pense en termes de réseau, davantage que leurs aînés. Cette caractéristique leur donne donc une vision globale du travail et des objectifs à atteindre.

Ils savent également trouver les informations dont ils ont besoin, avec une grande rapidité. Ils ont un rapport nouveau au temps et à l’espace de travail.

Voici 5 clés afin de manager au mieux cette génération Y :

  1. Fixer des objectifs courts et motivants : Avec des échéances identifiées, ce sera l’occasion d’évaluation objectives.
  2. Favoriser un environnement flexible et collaboratif : Beaucoup rêvent de devenir entrepreneur, à tel point de souhaiter concilier le statut de salarié avec celui d’auto-entrepreneur.
  3. Se montrer empathique et à l’écoute
  4. Encourager régulièrement ses équipes, en public comme en privé
  5. Être ouvert et à l’écoute des suggestions de ses collaborateurs plus jeunes

Dans un contexte où la transition numérique redéfinit l’avenir du travail, savoir accueillir et écouter la génération Y peut être un des leviers les plus efficaces pour préparer l’avenir. Sans oublier que ce sont eux qui représentent le futur de nos structures…

 

Emmanuel Faber : pour plus de justice sociale

Emmanuel Faber, Président du Groupe Danone, incarne ce que l’on pourrait appeler la nouvelle génération de patrons. Le Grenoblois souhaite changer les choses, estimant ne pouvoir y arriver qu’en développant le sens des responsabilités des grandes entreprises.

Emmanuel Faber est né le 22 janvier 1964 à Grenoble. Il est diplômé de HEC en 1986. Il débute tout d’abord sa carrière chez Bain & Company en tant que consultant.

En 1992, il publie « Main basse sur la finance » ou il y dénonce les abus du secteur financier. Il sera par la suite banquier d’affaires chez Baring Brothers. En 1993, il entre chez Legris Industries en tant que directeur administratif et financier. Il deviendra Directeur général de cette même entreprise en 1996.

Avant d’entrer chez Danone en 1997, il demanda 8 semaines de congés annuels pour ses engagements extra-professionnels. Il a séjourné tour à tour dans des maisons pour mourants de Mère Teresa en Inde, des favelas sud-américains et dans la jungle de Calais. Il grimpe alors les échelons dans l’entreprise tricolore, avant d’en devenir président directeur général en 2017.

Danone, mastodonte de l’agro-alimentaire

Danone est une multinationale alimentaire française qui a été fondée à Barcelone, en Espagne et dont le siège social est à Paris. Elle est issue de la fusion, en 1973, entre Danone et Gervais (fusion qui date de 1967) et le groupe français Boussois-Souchon-Neuvesel.

En 2001, l’entreprise est marquée par l’affaire LU : la fermeture d’usines et un plan de licenciements ont pour conséquences protestations et boycott. En 2010, Danone fait l’objet de plusieurs controverses relatives à la publicité de certains de ses produits, jugée mensongère ; elle est également dénoncée pour sa promotion du lait en poudre pour les nourrissons, en Indonésie.

Malgré ces scandales, l’entreprise n’en est pas moins aussi pérenne que tentaculaire, réalisant notamment un chiffre d’affaires de plus de 27 milliards d’euros en 2017. Cette même année, le groupe employait pas moins de 103 000 salariés.

Éthique et justice sociale

Et si Emmanuel Faber est bien connu du grand public pour ses prises de positions tranchées, en faveur de l’éthique et de la justice sociale, il l’a une nouvelle fois prouvé en début année.

En effet, le Grenoblois a décidé de ne plus bénéficier du régime de retraite prévu pour les cadres du groupe. Le patron de Danone renonce également à l’indemnité de non-concurrence, en cas de départ. Un geste à contre-courant des récents parachutes dorés accordés à Thomas Enders (Airbus) et Carlos Ghosn (alliance Renault-Nissan-Mitsubishi).

Portant l’étiquette de patron éthique, Emmanuel Faber souhaite faire bouger les choses. Un dirigeant qui veut faire de Danone un porte-étendard de la justice sociale, quitte à bousculer les grandes entreprises.

Nous terminons cet article avec cet excellent discours prononcé par le PDG de Danone à HEC, lors de la cérémonie de remise des diplômes 2016.

 

Comment définir le charisme ?

Le charisme, c’est la qualité d’une personne à savoir se faire aimer, s’imposer et créer l’ascendant envers l’autre. C’est une alchimie entre l’attitude et le comportement ressenti par l’autre.

Le charisme étant basé sur des compétences en communication, celles-ci peuvent être apprises et développées. Il est donc possible de développer son charisme, même si ce n’est pas votre atout premier.

Afin de développer son charisme, il existe plusieurs bonnes pratiques. Voici notre top 10 :

1 – Accorder de l’importance à autrui : C’est-à-dire soyez l’égal de tout le monde. Il faut savoir être à l’écoute des autres.

2 – Être énergique : Avoir une vie rythmée et pratiquer des activités régulières tel que du sport par exemple.

3 – Méditer : Il faut vous recentrer, canaliser votre énergie et relativiser. Cela vous donnera aussi une sérénité lumineuse.

4 – Donner son avis : Si vous avez un avis tranché, exprimez-vous. Montrez-vous.

5 – Trouver votre passion : « Être passionné c’est devenir passionnant. »

6 – Prendre ses responsabilités : A la différence de ceux qui rejettent la faute sur les autres et s’empêchent de se remettre en question, prenez vos responsabilités. Cela engendre le respect, même parmi vos opposants.

7 – Apprendre continuellement : S’instruire, pratiquer, assimiler nous grandit. Apprendre nous permet aussi de changer de comportement.

8 – Être spontané : La spontanéité est la franchise en action. Elle donnera de l’humanité à votre discours et créera donc une connivence forte.

9 – Négocier : Être capable de négocier vous entrainera à développer votre charisme.

10 – Développer une attitude positive : On suit ceux qui nous donnent de l’espoir.

Mettez chaque jour un ou plusieurs conseils en action et au fil du temps vous deviendrez une personne de plus en plus charismatique. Ces bonnes pratiques sont essentielles et rentrent dans un processus d’amélioration continue, qui vous mèneront sur le bon chemin.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑