Gérard Mulliez : à la tête d’un empire

Gérard Paul Louis Mulliez est né à Roubaix le 13 mai 1931. Il a grandi dans une famille d’entrepreneurs. En effet, la famille Mulliez gère à l’époque le groupe Phildar, spécialisé dans le textile,  dont son père en est le directeur.

Gérard Mulliez suit une scolarité classique dans le Nord de la France. D’abord à Dunkerque à l’école puis au lycée, à Roubaix. Il quitta la France pour l’Angleterre et le Mayfield College. Il termina ses études à l’Institut Technique de Roubaix.

En 1954, il entre dans l’entreprise familiale en tant que contremaître. Il devient chef de fabrication en 1956, puis directeur des ventes deux ans plus tard.

La création d’Auchan de A à Z

C’est en 1961 qu’il ouvra un premier magasin Auchan à Roubaix. Ses premiers pas n’étant pas une réussite, et il décide donc de baisser ses prix pour augmenter ses volumes. C’est en cassant les prix sur le whisky qu’Auchan se fait un nom. Le succès fut alors au rendez-vous.

Il ouvre en 1967 un second magasin à Roncq, un hypermarché cette fois. Ayant soif d’expansion, il décide de faire appel à sa famille pour réunir les capitaux nécessaires.

En 2008, Gérard Mulliez a été déclaré comme étant la première fortune professionnelle par le magazine Challenges. Aujourd’hui il est derrière Bernard Arnault mais sa fortune se chiffre en milliards d’euros.

Le Groupe Auchan est à présent implanté dans 12 pays et emploie 180.000 collaborateurs. Les marques : Décathlon, Mondial Moquette, Feu vert, Leroy Merlin et Kiabi appartiennent au groupe qui compte aujourd’hui 723 hypermarchés, dont 121 en France et 2027 supermarchés et supérettes dans le monde.

Gérard Mulliez cède sa place du conseil de surveillance du groupe Auchan à son neveu en 2006, mais garde toujours un regard sur l’empire qu’il a fondé.

Alors, qui de mieux que Mulliez lui-même pour définir sa philosophie entrepreunariale ? « Pour faire fonctionner des gens en équipe, il faut une ligne directrice qui rassemble tout le monde. Il faut donner du sens au travail de chacun. » 

Favoriser le télétravail pour faire des économies

Aujourd’hui de plus en plus de personnes travaillent à distance, dans le confort de leur maison, et beaucoup disent que cela améliore leur productivité et leur satisfaction, tout en leur faisant gagner du temps et de l’argent.

Avec les technologies actuelles, il est devenu très facile de communiquer échanger et travailler en équipe virtuellement.

Le télétravail permet de réduire les coûts

Le télétravail, ce n’est pas seulement un avantage pour le salarié mais tout aussi bien pour l’employeur. Cela permet de réduire les coûts des deux côtés. Du côté du salarié, cela permet d’économiser du temps : pas de temps perdu dans les transports en communs ou dans la voiture.

Du côté des employeurs, le bénéfice est encore plus élevé : cela réduit tout d’abord les coûts d’infrastructures. Car si un employé n’est pas à son bureau mais chez lui il ne consomme ni d’électricité ni chauffage et ce sont autant d’économies pour l’entreprise. Mais il y a aussi les coûts indirects (retards, stress, santé…).

Cela permet d’augmenter la productivité

Cela permet d’éviter le stress et les pertes de temps dans les transports le matin.

Les salariés peuvent donc travailler plus tôt, ils économisent du temps, et gagnent en autonomie. Cela leur permet aussi de ne pas être sans cesse dérangés durant leur travail par des collaborateurs, des réunions longues et pas toujours fructueuses ou utiles.

Cela permet aussi aux salariés de mieux gérer son équilibre vie privée / vie professionnelle. Or, 75% des salariés français considèrent qu’un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle est un élément essentiel de la satisfaction au travail.

Comme nous avons pu le constater, le télétravail représente un certain nombre d’avantages. Toutefois, il y a également des éléments qui viennent contrebalancer: en effet, la question de l’efficacité et de l’assiduité peut également se poser…

Animer efficacement une réunion de travail

Lors d’une réunion, le rôle de l’animateur est tout aussi important aussi bien sur le contenu que sur la forme. Il est même clé pour rythmer les prises de parole et, éventuellement, de décisions.

Globalement, il existe 4 styles d’animations :

  • Le style autoritaire: l’animateur impose ses idées, décide des méthodes et ne supporte pas les avis contraires.
  • Le style « laissez-faire »: l’animateur ne définit pas les objectifs, il laisse les participants prendre les initiatives et ne gère pas le temps de parole.
  • Le style relationnel: l’animateur préserve à tout prix l’ambiance, le bien-être des participants mais amenant potentiellement un manque d’organisation.
  • Le style participatif: l’animateur propose les méthodes de travail et les objectifs, cela créer un esprit favorable.

Le style d’animation le plus productif pour mener à bien une réunion est donc le style participatif. De plus, il est important de bien s’organiser et de bien définir les objectifs afin d’être le plus efficace possible.

Avant même de définir une date pour votre point, il faut d’abord savoir ce que l’on veut faire ressortir de la réunion. Il apparait donc naturel de faire une sorte d’ordre du jour, un plan de bataille, définissant ainsi les axes à traiter. Concernant les participants, il faut choisir ceux qui ont quelque chose à apporter ou quelque chose à recevoir : favoriser donc le petit comité.

Plus on est nombreux, plus la réunion doit être courte pour plus d’efficacité. Vous êtes le garant du dynamisme et de la motivation au sein de votre réunion, il faut donc monter en énergie, soigner votre ton ainsi que votre rythme. Une élocution monotone serait par exemple contre-productive, au contraire d’un ton enlevé et qui viendrait remettre vos collaborateurs sur les bons rails.

En conclusion, il ne faut jamais terminer une réunion sans avoir défini les prochaines étapes : quand aura lieu la prochaine réunion, et quels sont les futurs objectifs. Des paramètres essentiels à la réussite de vos prises de paroles et qui, surtout, guident vos collaborateurs jusqu’aux objectifs que vous avez fixés.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑