Andrew Carnegie : Magnat de l’acier

Né le 25 novembre 1835 à Dunfermline et mort le 11 août 1919 à Lenox, Andrew Carnegie est un industriel et philanthrope écossais naturalisé américain. Il est l’un des acteurs du développement de l’industrie de l’acier aux Etats-Unis. Suivons ensemble la vie de cet homme remarquable à travers une chronologie interactive.

Jeunesse industrielle

Andrew Carnegie vient d’une famille dont le père, Will était tisserand et la mère, Margaret travaillait dans la couture. Sa ville natale est devenue plus tard célèbre grâce à sa production de lin fin. Néanmoins, elle connut des moments difficiles lorsque l’industrialisation rendit le tissage à domicile caduque et laissant des ouvriers tels que le père de Carnegie dans l’incapacité de subvenir aux besoins de sa famille. C’est ainsi que la famille décida en 1848 de vendre leurs biens et de s’installer aux Etats-Unis.

Andrew Carnegie n’avait que 13 ans lorsque sa famille s’installa aux Etats-Unis. Il débutera son premier emploi à cet âge dans une usine de coton en tant que garçon aux fuseaux et gagnait 1.20 dollars par semaine. Son travaille consistait à apporter des fuseaux aux travailleurs des métiers à tisser.  Un an plus tard, il à été embauché comme messager dans un bureau télégraphique ou il apprit de lui-même comment se servir du matériel et a été promu opérateur télégraphique. Il décroche par la suite un emploi au Pennsylvania Railroad ou il sera de nouveau promu comme surintendant de la division des chemins de fer à l’âge de 24 ans. A ce poste, il réalisera des investissements rentables dans différentes entreprises.

Stratège de l’industrie

Ambitieux et travailleur, Andrew Carnegie se rapproche du colonel James Anderson qui est un homme généreux ayant ouvert une bibliothèque à Allegheny aux garçons qui travaillaient dans le coin. Ce sont ces livres qui ont constitués la grande partie de l’éducation d’Andrew Carnegie et sont restés irremplaçables au fil de sa carrière.

C’est en 1865 que Andrew Carnegie quittera son poste au chemin de fer et poursuit son ascension dans le monde des affaires. Il profite de la croissance rapide du secteur ferroviaire américain pour mener à bien ses activités. Il va tout d’abord s’entourer de bonnes relations pour obtenir des contrats. En effet, Thomas A. Scott qui était un surintendant de la divisions ouest du Pennsylvania Railroad et le patron d’Andrew Carnegie ont tous les deux lancés son premier investissement lorsqu’ils ont alerté Carnegie sur la vente de dix actions de la société Adams Express. Carnegie hypothéqua donc sa demeure et achète les actions. Etant associé au chemin de fer, Andrew Carnegie développe des intérêts commerciaux, précisément dans la production de charbon, de fer et de pétrole. Mais aussi dans le placement des wagons sur le chemin de fer grâce à Theodore Woodruff qui lui proposera de placer des wagons en lui offrant une part dans sa compagnie nommé Woodruff Sleeping. Andrew Carnegie fait une demande de prêt à la banque qui lui permettra d’accepter la proposition de Woodruff. Il met en place par la suite le premier Wagon-lit sur le chemin de fer américain. En 1892, il regroupe ses principaux avoirs pour former la Carnegie Steel Company.

Andrew Carnegie décide en 1901 de vendre Carnegie Steel au banquier John Pierpont Morgan pour une valeur de 480 millions de dollars faisant de lui l’un des hommes les plus riches du monde.

Naissance d’un philanthrope

Après la vente de sa société sidérurgique, Andrew Carnegie a pris sa retraite et s’est consacré à la philanthropie. Il avait rédigé des années avant la vente de sa compagnie un essai intitulé « l’évangile de la richesse » à l’intérieur duquel il déclarait que les riches avaient pour obligation morale de distribuer « leur argent » pour promouvoir le bien-être et le bonheur. Il déclara aussi que « L’homme qui meurt riche meurt disgracié ».

Pour cela, Andrew Carnegie distribua 350 millions de dollars représentant la majorité de  sa fortune. Lors de ses activités philanthropiques, il a financé la création de plus de 2500 bibliothèques publiques dans le monde. Il a fait don de plus de 7600 orgues à des églises du monde et des organisations dotées consacrées à la recherche scientifique, à l’éducation, la paix dans le monde et plusieurs autres causes. Il a aussi financé avec la somme de 1.1 million de dollars la construction de Carnegie Hall qui est connu comme étant la légendaire salle de concert de New York inaugurée en 1891.

Andrew Carnegie était l’un des industrialistes et philanthropes les plus riches et les plus célèbres de son époque. Grace a sa fondation philanthropique, il a soutenu de nombreuses causes et de multitude de projet. Au moment de sa mort, Carnegie malgré tous ses efforts n’avait pas été en mesure de céder toute sa fortune. Certaines de ses œuvres existent encore de nos jours.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :