Les industriels révolutionnaires : Henry Ford 2/3

 

Industriel de la première moitié du deuxième siècle ; Henry Ford est un fondateur et constructeur automobile. Visionnaire, il a su franchir les obstacles tout en commençant au bas de l’échelle jusqu’à mettre en place une méthode de production qui va révolutionner l’industrie américaine. Né le 30 juillet 1863, le fondateur de l’entreprise Ford a su s’imposer dans le milieu industriel. Suivons le parcours atypique de ce challenger, décédé le 7 avril 1947.

L’innovateur aux multiples défis

Henry Ford avait abandonné les bancs de l’école dès 16 ans pour travailler dans différents ateliers de mécanique, puis dans une compagnie d’électricité. En 1893, devenu ingénieur en chef suite à sa promotion, il a désormais plus de temps et d’argent pour se consacrer à ses recherches sur les moteurs à combustion interne. Ford démissionne d’Edison Illuminating Company et fonde le 5 août 1899, avec le soutien de l’industriel William Murphy, la Detroit Automobile Company dans le but de produire des automobiles. Sans succès, l’entreprise est dissoute en janvier 1901. Sans se décourager, Ford et Murphy tirent des leçons de leurs échecs d’où la célèbre citation d’Henry Ford « Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière intelligente. » Ford créé une entreprise dénommée la Henry Ford Company, et fait preuve d’imagination en participant à une course au bord de la Ford 999, qu’il remporte. Cela le fera connaitre à travers tous les États-Unis. Cette victoire est le début de son ascension glorieuse et met en place une méthode de production décisive pour sa construction automobile, mais aussi pour l’industrie mondiale. Le succès du Modèle T permet à Ford de s’agrandir considérablement aux États-Unis et sur les 5 continents.

Le Fordisme

Le système de production inventé par Henry Ford est sans doute l’épisode le plus décisif de l’Histoire de l’industrie mondiale au XXe siècle. La standardisation devait permettre l’abaissement des coûts de production, et donc la fabrication d’une automobile accessible au plus grand nombre. Le projet de Ford était caractéristique d’une époque où une nouvelle économie politique commençait à naître aux Etats-Unis, fondée sur la consommation de masse de produits standardisés. De par cette méthode sort la Ford T, lancée en 1908, qui était l’automobile standardisée par excellence vendue à près de 15 millions d’exemplaires dans le monde. Très vite, toute l’industrie américaine applique ces principes de productivité. Le Fordisme est alors fondé sur trois grands principes :

  • La division du travail résultant du travail à la chaine et de la parcellisation,
  • La standardisation des produits et des pièces à grandes échelles,
  • L’augmentation des salaires des ouvriers qui stimule la demande des biens, favorisant ainsi la consommation de masse.

De façon encore plus large, le Fordisme correspond à une longue période de capitalisme régulé, on parle alors de compromis Fordiste, pendant laquelle le système est avantageux à la fois pour les entreprises et pour les salariés.

Tout bien considéré, l’industriel américain Henry Ford a su gravir les échelons du poste de mécanicien à fondateur de la construction automobile. Les obstacles n’ont été en aucun cas une source de découragement mais une motivation ce qui a fait de lui une icône, et son groupe automobile un empire. Henry Ford devient alors l’une des personnes les plus riches et les plus connues du monde révolutionnant l’industrie.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :