L’art de savoir convaincre

 Nous avons tous déjà eu à convaincre quelqu’un que ce soit dans le cadre familiale, personnelle ou encore professionnelle. Cette aptitude à convaincre est une des compétences les plus fondamentale dans le domaine relationnel. Convaincre quelqu’un d’une idée ou sur un sujet nous donne cette satisfaction que notre raisonnement est logique et efficace et permet de nous affirmer. Convaincre demande surtout de prendre conscience de notre interlocuteur avant de nous lancer dans notre raisonnement. Pour cela, il faudrait savoir ce qu’est la persuasion et surtout les stratégies que nous pouvons mettre en place pour convaincre nos collaborateurs.

Qu’est-ce que la persuasion ?

Tout d’abord il faudrait savoir que persuader c’est tout un art. c’est la faculté de convaincre quelqu’un d’une chose, de croire en cette chose mais encore de faire cette chose. De manière générale, il s’agit de trouver des arguments pour que les gens fassent ce que vous leur avez demandé. Lorsque l’on veut convaincre une personne, il est préférable de ne pas utiliser la manipulation ou encore imposer ses idées. En effet, la persuasion ne demande pas d’être agressif ou encore irrespectueux.  C’est tout simplement la capacité que vous avez à structurer le message que vous voulez communiquer de manière à ce que vous ayez toutes les chances d’obtenir ce que vous désirez. La persuasion doit donc être une pratique noble car elle vous permet d’améliorer vos capacités et augmenter vos chances d’y réussir. Il est donc important de se pencher sur la question et se former sur les astuces qui permettront de pousser les collaborateurs à rejoindre vos idées.

Comment s’y prendre pour persuader ?

La logique ne suffit pas lorsque l’on veut convaincre. Il faut être confiant tout en alliant respect, écoute et valorisation de l’autre qui eux cohabitent avec logique, rigueur, faits et chiffres pour toucher la raison de votre collaborateur. On ne peut parvenir à convaincre une personne à l’encontre de ses propres convictions. Et lorsque vous parvenez à convaincre votre collaborateur, cela voudrait tout simplement dire que ce dernier est convaincu par votre idée.

Voici quelques astuces pour mener à bien votre persuasion :

  • Préparer ses arguments : mettre ses idées sous papiers sans se restreindre pour ensuite en retenir les meilleures qui vous serviront lors de l’argumentation.
  • Il faut être claire : ici l’idée est d’expliquer les choses de manière simple et claire tout en gardant en tête l’objectif à atteindre.
  • Il faut être crédible : il faudrait s’appuyer sur des faits, des preuves qui prouveront que vous dites la vérité. Mais ne pas trop en faire.
  • Partager sa conviction : le fait d’y mettre de la conviction dans nos propos démontre juste notre engagement personnel et notre assurance.
  • Ecouter les autres : l’idée est de prendre en compte ce que vous dira la personne en face de vous. On ne peut convaincre une personne contre ses convictions.
  • Eviter l’intimidation : convaincre ne demande pas d’utiliser la manipulation ou encore d’imposer ses idées. Cela démontrera tout simplement à votre interlocuteur que vous êtes en manque d’arguments nécessaires.
  • S’adapter à la situation : certaine situation nous demande d’aller droit au but par manque de temps. Dans ce cas de figure ne surtout pas insister si votre interlocuteur reste dans une position obstinée.
  • Choisir le bon moment : ne surtout pas se précipiter ici. Prendre son temps avant de se lancer et surtout ne pas se lancer si l’on n’est pas préparé.

Convaincre nécessite de prendre conscience de l’autre avant de mettre en place les astuces si dessus. Lors de votre persuasion il faudrait montrer à votre interlocuteur que la cause défendue est justifiée et valable. Pour cela rien de plus que d’analyser des situations dans lesquelles vous avez été efficace et les reproduire.

Beyoncé et Jay-z, le couple qui valait un milliard de dollars

Alors qu’une nouvelle tournée mondiale commune a été annoncée et que Beyoncé enflamme actuellement Coachella, le couple semble plus puissant que jamais. Avec une fortune estimée à plus de 1.16 milliard de dollars, ces self-made, souvent classés comme personnages publics les influents par le magazine Forbes sont en phase de conquérir le monde. Longue vie au roi Jay et à sa Queen B.

« Let me Upgrade you »

Voici le mantra du couple Carter, l’élévation mutuelle. Si Madame réussit alors Monsieur réussira et inversement. Shawn Carter alias Jay-z et Beyoncé Giselle Knowles sont à la tête d’une fortune colossale avec 810 millions de dollars pour monsieur et plus de 350 millions pour Madame. Avec leurs deux fortunes combinées, ils sont les premiers milliardaires du hip-hop.

Lui, Shawn Carter est un rappeur et homme d’affaires originaire de New-York. Avec 100 millions d’albums vendus et 21 Grammy Awards remportés, il est l’un des plus grand rappeurs au monde. Ancien dealer de drogue, Jay-z est aujourd’hui un homme d’affaires qui transforme tout ce qu’il touche en or : marque de prêt-à-porter, maison de champagne, directeur de label, actionnaire dans la NBA, directeur de night-club, agent de joueurs de Basket Ball … Ce philanthrope n’a pas de limite. Symbole du rêve américain, Jay-z fréquente les plus grands de ce monde, de Barack Obama à Hilary Clinton à qui il a apporté son soutien lors des dernières élections américaines. On lui prédit même une carrière en politique.

Elle, Beyoncé Giselle Knowles est auteur compositrice interprète et actrice à ses heures perdues, ancien membre des Destiny’s Child, troisième groupe féminin ayant vendu le plus d’albums. Son palmarès : 165.5 millions d’albums vendus, 22 Grammy Awards remportés, deuxième artiste la plus récompensée au monde juste après Michael Jackson, artiste féminine la plus nominée de l’histoire des Grammy Awards. Beyoncé trust la tête du classement des chanteuses les mieux payées grâce à la vente de ses albums bien sûr mais aussi forte d’une tournée qui aurait engrangé près de 200 millions de dollars (170,5 millions d’euros de recettes selon Forbes). Beyoncé a enchaîné les collaborations et les projets rentables, notamment avec des deals comme celui avec H&M pour qui elle devient égérie mondiale le temps d’un été.


Les parents de Blue Ivy, Sir et Rumi Carter ne sont pas prêt de s’arrêter là. Beyoncé enflamme actuellement le festival de Coachella et Jay-Z n’est jamais très loin. Le couple se lancera dans une tournée commune qui devrait passer cet été en France. Bref, rien ne semble pouvoir ébranler ce couple d’influence et de pouvoir, comme quoi le succès à deux produit un impact encore plus important. Après tout l’union fait la force.

ADIDAS : Le premier magasin dédié entièrement au foot.

Avec 2.5 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé grâce à l’Euro l’année dernière, c’est naturellement qu’Adidas a voulu consacrer un lieu à son sport.

C’est dans le quartier des Halles à Paris (dans le 1er arrondissement), que l’Adidas Football Store a ouvert.

 Adidas.jpeg

 

Le leader mondial du sport de ballon a choisi, pour tester son concept de magasins dédié au football, la France.

C’est comme ça que le premier magasin a ouvert, le Adidas Football Store, inauguré pour Zidane.

Adidas s’est offert pas moins de 300m2 répartis sur deux niveaux (il y a de VRAIS rayons pour vous les femmes !).

La marque a voulu donner un style très urbain au magasin car dès l’entrée, c’est béton brut et ciré, grille métalliques sont les éléments du décor.

A l’entrée, on y trouve une paire spéciale Coupe des Confédérations.

Le rez-de-chaussée est réservé aux franchises footwear telles que NEMEZIZ qui privilégie le toucher et la vitesse, ACE pour les joueurs aimant contrôler le ballon, X qui propose des chaussures très légères pour les attaquants et COPA.

Envie de tester les produits de vos joueurs préférés ? Une zone entière de 20m2 est prévue à cet effet, zone totalement aménagé et recouverte de gazon synthétique.

Le premier étage (134 m2 !) est consacré au textile, notamment aux maillots des meilleurs clubs européens et des fédérations sous contrat.

Une zone de flocage de maillot y sera installée.

Afin que les consommateurs s’habituent au nouveau magasin, la marque prévoie des activités dans les lieux.

Sans artifices, en étant brut et radical, dans sa décoration, Adidas parvient encore et toujours à séduire les adeptes.

 

Rihanna : Ou comment diriger son image à la perfection.

 

riri

C’est à l’occasion de la sortie de sa ligne de maquillage que nous pouvons  revenir sur sa carrière.

Il faut d’abord remonter le fil 

Rihanna, de son vrai nom Robyn Rihanna Fenty vient de la Barbade. Elle est plus précisément née à Saint Michael en 1988.

Rihanna a été bercée par le reggae et commence à chanter dès l’âge de sept ans. Passionnée de musique, elle crée un groupe avec deux de ses amies.

Mais ce n’est qu’en 2003 qu’elle va commencer à émerger grâce aux producteurs Carl Sturken et Evan Rogers quand il lui demande de venir à son hôtel et qu’elle lui interprète « Emotion » de Samantha Sang et « Hero » de Mariah Carey. Il lui permit alors de faire de nombreux voyages à New York où elle eut l’occasion d’enregistrer plusieurs démos.

Elle signe ensuite un contrat de six albums chez Def Jam Recording plus connu grâce à son président ; Jay-Z. En Août 2005, elle sort son premier album mélange de reggae, R&B et pop qui se vend à plus de 2 millions d’exemplaires et est certifié disque d’or. C’est le début d’une longue carrière.

Sortie de singles, NRJ Music Awards, tout s’enchaîne pour Rihanna. Tous les 2 ans, elle sort un album qui remporte un énorme succès à chaque fois, incluant des duos avec les plus grandes stars telles que Eminem, Jay-Z ou encore Drake.

Même le cinéma la réclame. En 2016, elle enregistre une chanson pour le film Star Trek.

Son implication dans l’humanitaire est aussi importante que sa carrière

Comme si sa carrière de chanteuse ne lui suffisait pas ; Rihanna a créé l’association « Believe » pour venir en aide aux enfants en leur fournissant une éducation, un financement et un soutien médical. Elle y donne des concerts gratuits et fait des dons réguliers (3.5 millions de dollars barbadiens à un hôpital ; 100 000 dollars américains pour l’UNICEF). En bref Rihanna est une sainte mais ce n’est pas fini !

A côté de ça, elle devient l’égérie de la marque Viva Glam dont les bénéfices sont reversés à la M.A.C Aids Fund qui lutte contre le Sida et le VIH.

En 2011, elle rejoint également la marque Gucci pour promouvoir la collection Tatto Heart dont 25% des bénéfices ont été reversés à l’UNICEF.

Elle ne s’arrête jamais

Rihanna sort un parfum puis deux puis au final on peut en compter pas moins de sept. Elle sort également une ligne de parapluies suite au succès de son titre « Umbrella » ainsi qu’une collection en collaboration avec la marque de maquillage MAC. Ce n’est pas tout ; sous ses talents de businesswoman, elle sait qu’il faut développer la commercialisation de son image :  ligne de sous-vêtements, vêtements, baskets et bijoux, le tout en collaboration avec les plus grands créateurs : Armani, River Island, Puma, Dior (avec qui elle deviendra la première ambassadrice de couleur de la maison), Manolo Blahnik et Chopard.

Après tous ses succès, les causes qui lui tiennent à cœur, ses collaborations et ses albums, Rihanna a lancé ce mois-ci une marque de cosmétiques en collaboration avec Sephora. Abordable, elle convient à tous types de peau ; des plus claires aux plus foncées.

Mais où s’arrêtera-t-elle ? En tout cas ce qui est sûr c’est qu’elle sait comment jouer et travailler avec son image. Son business lui a rapporté 200 millions d’euros jusqu’à aujourd’hui.

Neymar : peut-il être rentable ?

Qui n’a pas été confronté, de près ou de loin, au transfert le plus épique de ce mercato d’été ?

Effectivement, la star auriverde Neymar a rejoint les rangs du Paris Saint Germain pour la somme de 222 millions d’euros en ce mois d’août 2017. Soit 100 millions d’euros de plus que Paul Pogba, jusqu’alors recordman du monde du transfert le plus onéreux.

A ajouter à ce chiffre astronomique, une prime à la signature de 100 millions d’euros ainsi qu’un salaire annuel de 40 millions. Difficile de concevoir que le PSG va pouvoir rester dans les clous du fair-play financier et échapper au courroux de l’UEFA dans ces conditions. Pourtant, même s’il apparaît farfelu de penser que le club francilien s’y retrouve d’un point de vue comptable, tout laisse à croire que le club de la capitale est le grand gagnant de l’histoire.

Neymar.jpg

À chaque gros transfert, le quidam bien-pensant use et abuse du même refrain : la vente des maillots de la nouvelle star va rembourser le transfert pharaonique en quelques moi

La réalité est toute autre. Selon Christophe Lepetit, économiste du sport, cette idée serait même une utopie. « On a voulu faire croire aux gens que l’on pouvait rembourser un transfert avec la vente des maillots, mais c’est faux. Sur un maillot vendu 110€, le PSG ne touchera pas 110€. La somme que reçoit le PSG par maillot dépend des négociations établies avec l’équipementier, Nike dans le cas de Paris. Cela peut être une quote-part reçue sur chaque maillot vendu, ou encore un pourcentage en fonction du chiffre d’affaires. » De manière générale, les clubs touchent 10 à 15%, au maximum, sur chaque maillot vendu. Le maillot du PSG est décliné en deux versions : replica (85€) et tenue « vapor match » (140€). À ce tarif, il faudrait que 20 millions d’exemplaires du maillot soient écoulés pour rembourser le prix du transfert uniquement. Même si le PSG vend bien sa tunique, à raison de plus de 2 millions pour l’unique saison 2015-2016 (chiffres de l’agence Euromericas Sport Marketing), le chiffre de 20 millions paraît fantasmagorique, surtout en l’espace de quelques mois. Même si l’arrivée de la rockstar brésilienne va booster les ventes et que ces revenus ne sont pas à laisser de côté, ils restent dérisoires par rapport à l’investissement initial. Mais c’est en creusant le filon merchandising autour de sa nouvelle tête de gondole que le club parisien va trouver de nouvelles sources de revenus et de profits.

Car Neymar, ce n’est pas uniquement des maillots supplémentaires vendus ; c’est tout un écosystème marketing peuplé de goodies et de produits dérivés. Qui viennent s’ajouter à une aura sportive et des promesses de performance jusqu’ici rarement observées du côté du Parc des Princes. Christophe Lepetit l’explique ainsi : « Avec l’arrivée de Neymar, le PSG peut enfin espérer atteindre les demies, la finale, voire même gagner la Ligue des champions. Un trophée qui permettrait à QSI d’atteindre son but et en plus de récupérer les récompenses financières de l’UEFA. »
Et ces dernières ne sont pas négligeables, demandez au Real Madrid (lauréat des deux dernières éditions de la Champions League) qui a encaissé la coquette somme de 80 millions d’euros pour sa dernière victoire en date.
D’autre part, en cas de difficulté à être sacré champion d’Europe, le PSG peut toujours se consoler avec les sponsors qui vont frapper à sa porte au lendemain de l’arrivée du Brésilien : « Neymar va attirer d’autres sponsors au Paris Saint-Germain qui mettront plus d’argent que ceux en place actuellement. Pour le PSG, c’est donc le jackpot, car c’est le meilleur moyen pour eux d’augmenter leur chiffre d’affaires » , détaille Jean-Baptiste Guégan, spécialiste en géopolitique du sport.

Il insiste, lui, sur l’impact de son arrivée sur le rayonnement du Paris Saint-Germain à travers le monde : « Neymar aujourd’hui dans le football, c’est l’équivalent des plus grands joueurs de NBA. C’est aussi l’un des sportifs avec le plus de followers sur les réseaux sociaux et la tête d’affiche de Nike, devant Cristiano Ronaldo. De plus, avec Neymar, tu gagnes toute l’Amérique du Sud, une partie de l’Asie et tu peux être en mesure de concurrencer le Real Madrid, Barcelone ou Manchester United en matière de renommée et de puissance financière. »

L’effet Neymar s’arrête-t-il là ? Y-a-t-il d’autres bénéficiaires ?

Ce transfert est également intéressant pour le fisc français, comme l’a d’ailleurs reconnu le ministre de tutelle Gérald Darmanin : « Effectivement, le ministre des Comptes publics se réjouit des impôts que Neymar va pouvoir payer en France ». Si on prend tout en compte (charges sociales, impôt sur le revenu, taxes liées aux revenus additionnels générés par le club, et notamment la TVA sur les ventes de maillots), le bénéfice pour l’État sur la durée du contrat sera probablement supérieur à 150 millions d’euros.

Et c’est aussi tout le football français qui devrait lui aussi profiter de ce transfert. Billetteries et droits télé  à l’international de la Ligue 1 devraient mieux se vendre et rapporter à tous les clubs de l’élite.

Finalement, en réussissant à contourner le fair-play financier – à travers un versement du Qatar à Neymar pour qu’il paye lui-même sa clause libératoire – le Paris Saint-Germain aura réussi son coup. Et ce, qu’importe la somme dépensée et les revenus perçus en retour.

Jean-Baptiste Guégan déclare même que ce transfert est une affaire d’État pour le Qatar : « Pour le Qatar, le seul moyen de sortir de la crise régionale qui est la sienne, c’est d’aligner l’argent. 100 millions d’euros pour eux, ce n’est rien du tout. S’ils doivent mettre 500 millions sur la table pour avoir une médiatisation mondiale et un rayonnement planétaire sur une année entière, ils le feront. »

Les propriétaires du Paris Saint-Germain ont donc d’autres prérogatives que de savoir si oui ou non ils vont pouvoir rembourser le transfert de Neymar.

Pierre-Ambroise Bosse : champion du monde, showman et… start-upper !

Qui ne connaît pas encore Pierre-Ambroise Bosse, alias PAB, le nouveau boss de l’athlétisme français ?

En cette période estivale et à l’occasion des championnats du monde d’athlétisme de Londres, le grand public a découvert cet athlète de 25 ans à la foulée foudroyante mais également au verbe bien aiguisé. PAB, de par son humour et sa bonhommie, n’est pas un champion comme les autres : performant, showman mais également…entrepreneur ! Cette ultime casquette, le jeune athlète la doit à la création de l’application de dating « Deserve Her ».

PAB.jpg

Avant de nous attarder sur cette application, petit retour sur le phénomène Pierre-Ambroise Bosse.

Ce mercredi 8 août 2017, il est l’auteur d’une performance remarquable et inattendue. Vainqueur du 800m alors qu’il eut de grandes difficultés à se qualifier pour la finale, PAB impressionne et surtout amuse. Outre sa victoire, c’est sa personnalité qui a sans doute le plus marqué les téléspectateurs et spectateurs.

Aussi talentueux pour courir que pour faire rire, PAB livre une interview sans filtre au micro de Nelson Monfort (interviewer en chef de France Télévisions pour les programmes sportifs) et offre un véritable one-man show en direct. Euphorique, il débute par une imitation du journaliste relativement fidèle avant de partager son état d’esprit et une foule d’anecdotes concernant la course. Bourré d’autodérision, l’athlète enchaîne les boutades et les petites histoires, notamment sur la signification du nom de son chat, Rab’s (Rien à branler, au pluriel) (ndr : désolé pour la trivialité mais nous tentons de rester fidèle aux propos du protagoniste).

Rabs qui n’est pas uniquement la mascotte des pistes d’athlétisme, mais également de « Deserve Her », la start-up cofondée par Pierre-Ambroise Bosse et son associé Bryan Cantero, également membre de l’équipe de France d’athlétisme. On pourrait ainsi dire que PAB est sportif le jour, entrepreneur la nuit.

L’application « Deserve Her » fut présentée lors de la deuxième édition de VivaTech, salon mondial des start-up. Cette application de dating a une histoire bien précise : « C’est à l’Insep (Institut national du sport de l’expertise et de la performance) que l’idée d’allier compétition et séduction est née. En janvier 2016, la société Deserve Her est créée », raconte la page web de la start-up.

Disponible sur iPhone et Android depuis février dernier, l’application introduit une dimension de gamification au processus de rencontre, avec un système en trois rounds virtuels qui permet à la « princesse » de choisir son « prétendant » parmi les trois présentés. C’est cette idée de gamification qui a séduit la Startup Nursery, un start-up studio spécialisé dans les compétences IT.

« Nous avons affaire à deux sportifs de haut niveau qui ont de très bonnes idées mais qui n’ont pas de compétences technologiques. Nous les accompagnons donc pour le développement de l’application mobile, l’architecture technique et la scalabilité », explique Patrick De Carvalho, CEO de Startup Nursery.

Par extension, le start-up studio accompagne aussi les fondateurs dans leur stratégie entrepreneuriale. La structure épaule donc le duo d’entrepreneurs sur des problématiques d’acquisition. Le tout, en échange d’une prise de participation dans le capital (entre 10 et 15%). « Pour qu’une application de dating fonctionne, il faut atteindre une certaine masse critique. Actuellement, l’application compte entre 10 et 15 000 utilisateurs, ce qui n’est pas beaucoup. Mais nous sommes dans une phase de croissance et d’acquisition », détaille Patrick De Carvalho. Pour se développer, Deserve Her cherche aussi à lever 500 000 euros.

Outre l’idée développée par le jeune sportif, Patrick De Carvalho croit aussi beaucoup au potentiel humain du tandem. « Les sportifs de haut niveau ont des qualités très utiles pour l’entrepreneuriat. Ils ont une capacité à tenir un objectif qui est extraordinaire. Or le mental est clé pour un entrepreneur ». Difficile de dire si Pierre-Ambroise Bosse rencontrera autant de succès sur la scène tech que dans les stades. En revanche, ses talents de storytelling devraient, à coup sûr, lui servir pour ses futurs pitchs.

McGregor VS Mayweather, le combat à près d’un demi milliards de dollars !

C’est officiel depuis le 14 juin 2017, le combat entre Conor McGregor (champion de MMA) et Floyd Mayweather (légende de la Boxe ayant pris sa retraite en 2015) aura lieu ! Deux styles et deux types de sports différents mais un même objectif : gagner ce combat. Les négociations entre les deux superstars ont mis plus d’un an pour aboutir à cette affiche d’anthologie. Ce combat aura lieu le 26 Août 2017 au T-Mobile Arena de Las Vegas.

mc grego.jpg

Une histoire d’argent avant tout

Depuis 2016, les deux sportifs parlent d’un combat mais McGregor ne voulait pas accepter s’il obtenait moins de 100 millions de dollars, soit presque 90 millions d’euros. Un an plus tard, l’argent est au rendez-vous car en plus des 100 millions de dollars, les deux stars vont se partager les recettes publicitaires qui seront colossales pour le combat de l’année. Elles sont estimées à environ un demi-milliard d’euros.

L’argent est ici le nerf de la guerre et c’est bien grâce à cela que le combat va avoir lieu. Tout est une question d’argent, d’ailleurs Floyd Mayweather est surnommé « Money » dans le monde sportif. Ce dernier a accumulé plus de 800 millions de dollars au cours de sa carrière de boxeur. Pour assister au show, comptez au minimum 2 200 dollars pour les places les moins chères et jusqu’à 92 000 dollars pour les places les plus chères aux abords du ring. Autant dire que ce n’est pas donné à tout le monde d’aller assister à ce match. Et pour ceux qui veulent voir le match de chez eux, le Pay-per-View est de 100 dollars..

Revenons rapidement sur les deux concurrents

D’un côté Floyd Mayweather, 39 ans, 1m72 pour 68kg, boxeur invaincu en plus de 18 ans de carrière professionnelle. Un total de 49 victoires en 49 combats dont 26 victoires par KO. Multiple champion du monde de WBC (World Boxe Council) ainsi que d’IBF (International Boxe Federation) et WBA (World Boxing Association).

Et de l’autre, Connor McGregor, 29 ans, 1m75 pour 70kg, champion actuel de la division des poids légers de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), 21 victoires pour 3 défaites en MMA. Champion d’UFC de 2015 à aujourd’hui dans la catégorie des poids plumes et poids légers. C’est d’ailleurs le premier combattant à décrocher deux titres dans deux divisions différentes. Côté prouesses, il est l’auteur du KO le plus rapide de l’histoire d’un combat de championnat avec seulement 13 secondes contre José Aldo en 2015. D’après Forbes, il est le premier combattant de ce sport à se classer parmi les 25 sportifs les mieux payés sur une année.

Règles du combat de l’année

Le combat se déroulera selon les règles de la boxe anglaise avec une limite de poids fixée à 69.8kg. Cela avantage Mayweather qui a bâti sa carrière sur ce type de combats tandis que le défi sera grand pour McGregor qui est plutôt habitué à utiliser tout son corps (sauf la tête) ainsi que des étranglements et d’autres coups interdits en boxe anglaise. Pour Dana White, actuel président de l’UFC, McGregor a toutes ses chances s’il arrive à toucher Mayweather car un seul coup de l’irlandais pourrait mettre KO le boxeur américain.

Un record à battre

Pour rappel, en 2015, Mayweather a affronté Pacquiao pour ce qui aurait dû être le combat du siècle. La rencontre a malheureusement été jugée très insatisfaisante par le public car le combat a été remporté par Mayweather aux points. Les recettes estimées à l’issue de ce combat ont été estimées à 500 millions de dollars et les deux combattants avaient remportés 180 millions de dollars pour Mayweather et 12 millions pour Pacquiao. Pour en revenir au combat Mayweather-McGregor, ce combat devrait battre le record de recettes pour un combat de boxe. L’affiche permettant de toucher un public plus large que le simple monde de la boxe, cet événement va apporter une somme d’argent sans précédent.

8 HABITUDES À NE PAS AVOIR POUR GAGNER EN PRODUCTIVITÉ EN 2017 !

Bien que cela ne semble pas évident, travailler davantage dans un temps limité est un objectif possible si vous ne vous prenez pas de mauvaises habitudes. Voici donc 10 rituels que vous devriez abandonner dès maintenant afin d’être plus productif.

RETARDER SON REVEIL

Vous pensez surement qu’appuyer sur ce bouton pour retarder votre réveil, vous offre quelques précieuses minutes de repos supplémentaires pour bien débuter votre journée. La vérité est que cela va vous faire plus de mal que de bien.

En effet, lorsque vous vous réveillez d’une nuit de sommeil, votre système endocrinien commence à libérer des hormones pour vous préparer à affronter une longue journée. Cependant, en vous rendormant, vous ralentissez ce processus. De plus, 10 minutes supplémentaires ne donnent pas à votre corps le temps suffisant pour atteindre un état de sommeil profond et réparateur dont il a besoin.

GARDER LE TÉLÉPHONE À CÔTÉ DU LIT

Un autre conseil  pour obtenir un bon sommeil est de ne pas laisser des éléments extérieurs nuire à la qualité de votre nuit.

Nos smartphones, tablettes et ordinateurs portables, par exemple, dégagent ce qu’on appelle la lumière bleue qui peut dégrader la vue et supprimer la production de la mélatonine, une hormone qui aide à réguler notre cycle du sommeil.

FAIRE L’IMPASSE SUR LE  PETIT-DÉJEUNER

L’énergie nécessaire pour une journée productive ne s’obtient pas seulement avec le sommeil, il est important de ne pas négliger le petit déjeuner qui est le repas le plus important de la journée.

Au moment où vous vous réveillez, vous n’avez probablement pas mangé pendant une longue durée (10 ou 12 heures) et le premier repas de la journée est ce qui lance votre métabolisme et régule les niveaux de sucre dans le sang afin que vous puissiez vous concentrer et être productif tout au long de la journée. Lorsque le niveau de sucre dans le sang est faible, il est beaucoup plus difficile de se concentrer et vous êtes plus susceptible de vous sentir fatigué et impatient.

COMMENCER PAR RÉALISER LES TACHES SIMPLES

Les personnes commencent souvent leur journée en réalisant les tâches les plus simples, laissant les plus longues et difficiles  de côté. N’adoptez pas cette habitude car cela limite le temps dont vous disposez pour réaliser les tâches les plus importantes. En effet, le niveau de volonté baisse au fil de la journée, il est donc préférable de réaliser le travail le plus complexe, au début de la journée à un moment où vous êtes davantage productif.

CHECKER SES MAILS TOUTE LA JOURNÉE

Accéder fréquemment à Internet peut amener les salariés à être tenter de consulter leurs e-mails tout au long de la journée. Et bien c’est une grosse perte de temps, à chaque fois que vous faites cela, vous perdez jusqu’à 25 minutes de temps de travail. Cette vérification constante réduit donc considérablement votre productivité.

CONSOMMER UN REPAS LOURD POUR LE DÉJEUNER

Il est nécessaire de manger un déjeuner équilibré pour maintenir un bon niveau d’énergie toute la journée. En effet, les déjeuners riches en sucre et en gras vous font somnoler et votre niveau d’énergie est réduit par vos efforts de digestion. Heureusement, beaucoup de chaînes de restauration rapide offrent des options de repas équilibré qui vous éviteront de dormir sur votre bureau.

CROIRE QUE VOUS ÊTES MULTITÂCHES

Bien que certains pensent qu’ils peuvent faire deux choses à la fois tout en restant efficaces, des études scientifiques ont constatées que seulement 2% de la population en est effectivement capable. Pour le reste d’entre nous, vouloir faire plusieurs choses en même temps est une mauvaise habitude qui diminue notre attention et nous rend moins productifs à long terme.

NE PAS PRATIQUER UNE ACTIVITE SPORTIVE

Des études ont montrées que faire du sport pendant la pause du midi ou le soir peuvent augmenter la quantité de travail que peut réaliser une personne et améliore la qualité de sommeil.

L’exercice physique peut en effet augmenter d’environ 45 minutes la durée du sommeil réparateur et un sommeil de meilleure qualité amène à une journée plus productive. Faire du sport vous permettra de diminuer votre stress et d’améliorer votre concentration.

Thibault MALLECOURT – Les Petits Frenchies: A start up that awakens the made in France!

At 30, Thibaut Mallecourt is the happy founder of Les Petits Frenchies, a platform dedicated to French brands. After the web magazine, Thibault Mallecourt and his team launched the e-shop in 2014 which, to date, already federates a large community of French lovers. How did this young entrepreneur, who started from nothing, make Little Frenchies a lightning success of the Made in France? Here’s the whole story:

julien-e1424787846153

Graduate of a Master’s in Entrepreneurship, Thibault Mallecourt becomes in 2010, the Founder of Sowetrip, which is the first community platform of weekend program online offering community travel. Initially, this had only a pedagogical purpose but given the success of the application, a company was created. The business was developed for two and a half years and was then sold to the Easy Voyages agency, where he became the marketing director in 2011. He worked there for a few years and launched in parallel his Web magazine Les Petits Frenchies, a platform dedicated to Brands. Little by little, the magazine took form as an e-shop and today, on social networks, brings together a large community of fans fond of « made in France ».

The birth of a successful brand…

At the time, Thibaut Mallecourt had several blogs that he animated the evenings and the weekends as a hobby. He had several articles on his blog such as « Happy Man », where he listed nice products for men. Then he launched « Make a Man Happy », then « Make a Happy Woman », on the theme of gifts; The last in the series was called « Start-up my love ». In the end, what emerged from all these activities was French entrepreneurship and innovative projects. He therefore merged all these blogs by creating Les Petits Frenchies. From the beginning, he had an economic vision of what he wanted.

Indeed, it started from the observation that France was overflowing with a generation full of ideas, motivated and hardworking. The blog’s ambition was therefore to give visibility to all these people, then to launch an e-commerce approach.

The blog was launched in November 2012 and luckily became part of Nelly Rodi’s newsletter a Parisian trend office, which quickly enabled them to acquire a notoriety and credibility. From that day, he was contacted by about 10 brands per day, who wanted to be present on the site. The online store was launched in March 2014.

Dive into an inspiring world!

At Les Petits Frenchies, the initiatives undertaken by the young French as well as all the France has to offer are highlighted!

The founder says it himself! He is proud of the new generation that is in action filled with energy, ideas and creativity. He continues to promote French startups that he holds for their audacity, their ambition and their creativity! Today he and his team continue to support brands who share their values. Not a day goes by without that something inspiring was born in France! Even if Thibault Mallecourt and his team are focused on the future and, they remain closely attached to their know-how, their heritage, their culture, as well as their icon. They work with the partner brands to create quality content and integrate it into their editorial line. For the selection of products, most of the brands themselves contact the contractor to offer their products. Each week he and his team will review those who contacted to make a product selection that seems promising checking even though French brand.

A creative and responsible start-up!

Most of the brands emphased on Les Petits Frenchies are made in France, or at least a part of their manufacturing process takes place in France. There is a real will to promote traditional manufacturing and know-how « à la française » but also to show that it is still possible, at the time of globalization, to manufacture in France and so, to avoid pollution and transportation logistics.

The team seeks to spotlight brand respectful of the principles of ecology and engaged in sustainable development. Bios preparations for breads, organic olive oil, recycled books, organic ice teas, eco-designed and many other paper towels still belong.

Today, the company is growing very fast but is still young. Even if they aren’t major communication campaigns, their popularity is 99% effective. Their digital communication allows them to federate an active community and quality and to ensure a daily exchange with brands and their readers. All brands of the e-shop are also on the web magazine through interviews or articles which brings them high visibility.

In this general gloom, we found in Les Petits Frenchies a lot of optimism and freshness!

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑