Reconnaissance faciale : La sécurité du futur

On en parle depuis quelques années, c’est maintenant une réalité. L’iPhone X vient d’être présenté et intègre dans notre quotidien cette technologie révolutionnaire. Paiement, identification, Vigipirate, la reconnaissance faciale intervient dans tous les domaines liés à des besoins de sécurité. Quel est son vrai visage ?

facial-recognition-reconnaissance-faciale.jpg

Ceci est une révolution

Quand Apple présente son nouvel iPhone, c’est toujours une révolution. Mais cette année, c’est une double révolution. L’iPhone X intègre effectivement ce qui apparait encore comme un gadget mais qui apporte un air nouveau. Votre visage devient votre mot de passe ! Face ID permet de déverrouiller l’appareil en question.

Plus qu’un mot de passe, la caméra TrueDepth vous identifie au moyen de 30 000 points invisibles présents sur votre visage pour permettre des paiements en toute sécurité. La génération d’une carte de profondeur précise du visage permet d’atteindre le seuil d’authentification nécessaire. Le système est relié à Apple Pay pour régler tous les achats du bout des yeux.

Remis en cause par un sénateur américain, Tim Cook assure déjà protéger les données des utilisateurs car les données ne seront pas stockées par Apple, mais par l’utilisateur seulement sur son téléphone. Les données ne peuvent donc pas être revendues.

La reconnaissance faciale, un enjeu de société

Apple n’est pas le seul à profiter de cette révolution. La reconnaissance faciale est un enjeu majeur pour la sécurité dans les endroits sensibles comme les gares ou les aéroports. Depuis fin juin 2016, la gare de Saint Pancras à Londres teste déjà le dispositif pour les départs des Eurostar vers Paris, ligne la plus fréquentée d’Europe.

C’est pourquoi Paris et la Gare du Nord se sont aussi dotés de ce dispositif innovant. C’est dans le sas de contrôles automatisés que les passagers peuvent tester la reconnaissance faciale. Plus que de la sécurité, c’est aussi un gain incroyable de temps.

C’est Vision-Box qui a remporté l’appel d’offres pour expérimenter le fonctionnement auprès de 500 000 passagers. Il est réservé aux citoyens européens majeurs qui dispose du passeport biométrique. Le sas nommé « vb i-match » peut vérifier l’identité de la personne en seulement quelques secondes. Bruxelles devrait aussi tester cette technologie après l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle.

La technologie de reconnaissance faciale est aujourd’hui plus fiable que l’Être Humain. Ces caméras sont capables d’identifier des personnes suspectes dans les foules, à condition bien entendu qu’elles soient déjà enregistrées dans le fichier source. La reconnaissance se faisant par le croisement de points reliés au nez, aux yeux et à d’autres points, le visage peut même être partiellement caché, cela ne gênera pas le processus qui restera toujours aussi performant.

Si le logiciel utilisé Gare du Nord est Portugais, la France n’est pas en reste sur le thème : Safran Identity & Security a développé un logiciel utilisé par le FBI qui permet de reconnaitre des individus sur des photos même avec le vieillissement et un changement de barbe / cheveux. La Police Nationale est également cliente de la société, et Safran travaille sur un partenariat exclusif avec Interpol.

 

La question de l’équilibre entre sécurité et protection des libertés restera posée. Cela a déjà fait débat et continuera encore dans les prochaines années à faire parler via le déploiement de la technologie dans la poche de tous les utilisateurs d’iPhones. Walmart a déjà dû désinstaller son système de reconnaissance des individus fichés suite à un scandale.

La qualité de vie au travail, aujourd’hui un point essentiel pour les salariés

Qualité de vie au travail, qu’est-ce que c’est ?

Qu’entendons-nous vraiment par qualité de vie au travail, c’est tout d’abord la question à laquelle nous allons répondre.

Les premières images qui nous viennent à l’esprit lorsque nous parlons de qualité de vie au travail ce sont celles de beaux bureaux accueillants et colorés, d’espaces aménagés pour répondre aux nouvelles attentes des salariés (temps de pause, salles de repos, convivialité…). Nous nous imaginons souvent les grands modèles américains et anglais tels que les locaux de Google ou Twitter, on peut même aujourd’hui citer quelques entreprises françaises qui ont suivi la tendance de ces aménagements comme le Campus du Crédit agricole Evergreen à Montrouge. (À regarder si vous ne l’avez jamais vu : http://www.credit-agricole.com/Actualites-et-decryptage/Actualites/Le-Groupe/Visite-virtuelle-du-campus-Evergreen-siege-de-Credit-Agricole-S.A)

Mais l’enquête qui a été effectuée par l’Anact (Agence Nationale pour l’amélioration des conditions de travail) avec TNS Sofres nommée « La qualité de vie au travail pour vous c’est quoi ?» nous montre que oui, le design des bureaux en font partis, mais pas seulement…

Cette enquête a été faite sur un échantillon des salariés de France, et d’après celle-ci, seuls les aménagements des locaux et le «petit déjeuner royal» avant de commencer le travail ou encore la salle de sport à disposition ne résumeraient pas la qualité de vie au travail. D’après l’enquête, 64 % des 1000 salariés interrogés pensent que qualité de vie rime avant tout avec respect. 58 % des salariés estiment que la reconnaissance est un facteur déterminant et 46 % pensent que c’est avant tout l’épanouissement. Seules 8 % des personnes enquêtées ont évoqué le management. En lisant ces résultats, on peut en déduire que la notion de qualité de vie équivaut à un épanouissement individuel au travail.Respect tolérance valeurs nuage de mots illustration

Une semaine consacrée à la qualité de vie au travail tous les ans en France

Instaurée depuis 2004 par le réseau Anact-Aract, elle a pour objectif de sensibiliser et mobiliser tous les acteurs du monde du travail pour s’informer, témoigner et agir pour améliorer les conditions de travail des salariés.

La semaine pour la qualité de vie au travail en quelques chiffres :

  • 82 manifestations sur l’ensemble du territoirelogo_sqvt__047547800_0932_29032013
  • Près de 2 500 participants au national
  • 20 manifestations hors événements spéciaux ayant rassemblé 970 participants à formats variés : témoignages d’entreprise, conférences, ateliers-débats, forum régional, cérémonies de remise des prix
  • Plus de 400 retombées presse
  • 16 000 visites sur le site Internet dédié www.qualitedevieautravail.org
  • 300 personnes au colloque national
  • 87 % des salariés estiment qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises selon le sondage « La qualité de vie au travail pour vous c’est quoi ?»

Cette année, la 12ème semaine pour la qualité de vie au travail aura lieu du 15 au 19 juin 2015. Elle sera lancée le 15 juin par une conférence de presse et un colloque sur le thème : « Les espaces de discussion : rendons le travail parlant » (tous deux à Paris), il y aura également une enquête quantitative sur ce même thème, réalisée par Harris Interactive, un concours photo sur le thème du « travail », tel est le programme au niveau national.

Au niveau régional, nous connaissons quelques informations sur le programme de la région Poitou Charentes où se fera : une rencontre experte sur le « Management et Qualité de vie au travail » et une rencontre experte sur « Les espaces de discussion : un levier pour l’efficacité et la qualité de vie au travail » le mardi 16 juin à Poitiers, et également le déploiement d’un concours photo.

Améliorer les conditions de travail pour améliorer la qualité de vie au travaillogo FACT10Q vecto

Améliorer les conditions de travail en revient, par conséquent, à améliorer la qualité de vie au travail. Pour ce faire, les entreprises peuvent faire appel aux Fonds pour l’Amélioration des Conditions de Travail (FACT). Il s’agit d’un dispositif qui peut apporter une aide financière, qui est versée sous forme de subvention publique aux entreprises qui mettent en œuvre des mesures d’amélioration des conditions de travail. Le FACT finance des projets qui ont pour but d’améliorer des situations de travail insatisfaisantes, caractérisées par des symptômes néfastes pour la performance de l’entreprise, la santé des salariés ou la qualité de vie au travail. Les montants de l’aide varient : pour une entreprise, le FACT verse 1 000 € TTC par jour avec 15 jours maximum d’intervention, pour un groupe d’entreprises, il verse 1 000 € TTC par jour avec 13 jours maximum d’intervention par entreprise signataire. L’aide du FACT permet également de faire appel à un consultant.

Pour en savoir plus sur ces fonds, rendez-vous sur : http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/services/FACT

Vous voyez qu’avec un peu de bonne volonté, et un peu d’aide, vous pouvez facilement parvenir à améliorer la qualité de vie de vos salariés !

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑