Prix de l’Entrepreneur social et solidaire.

Dafna Mouchenik présidente-fondatrice de LogiVitae fait partie des finalistes du prix de l’Entrepreneur social et solidaire.

BEP sanitaire et social, DUT carrières sociales, directrice adjointe au service Éducation de la Mairie de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne), voici les références de Dafna Mouchenik qui se nourrit de cette cause sociale.

C’est en 2005 que sa première entreprise naît, une entreprise dédiée aux services des personnes âgées et des handicapés. Ce n’est qu’en 2007, avec la création de LogiVitae à Paris que cette idée prend vraiment forme, à savoir s’occuper à la fois d’une population fragile et d’une population en situation précaire.

Gestion

giphy (7).gif

LogiVitae repose sur une gestion au centime près, sans subvention directe.

Une heure d’aide équivaut à 19.67 euros en semaine, un peu plus les week-ends.

Dafna Mouchenik a déclaré « Tout ce que je gagne – près de 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 – repart dans les salaires. Une heure facturée est une heure payée à mes auxiliaires. »

Equipe

giphy (6).gif

LogiVitae aide chaque jour 700 personnes grâce à son équipe de 140 salariés, dont 30 travailleurs sociaux qui encadrent les auxiliaires de vie et font l’intermédiaire avec les familles.

Pourquoi cette structure est-elle finaliste des entrepreneurs du social et du solidaire ?

LogiVitae est la première structure d’aide à domicile connectée car Dafna Mouchenik croit beaucoup en la domotique.

Son idée est de faire réaliser sur mesure des capteurs de mouvements, de lumière, placés dans la maison ou le frigo, par exemple. « S’ils ne détectent aucun mouvement dans un certain laps de temps, cela nous alerte sur l’état de la personne » explique Dafna Mouchenik.  Pour l’instant ces capteurs ont été testés par 40 volontaires.

 

10 conseils pour devenir THE stagiaire

La vie de stagiaire n’est pas du tout de tout repos et pourtant il faut bien passer par là. Entre la centaine de CV envoyés, les 2 entretiens obtenus, c’est tout un parcours du combattant. Alors lorsque vous avez ENFIN décroché le fameux stage qui validera vos acquis ne vous loupez pas !                

Voici 5 conseils qui vous permettront de vous démarquer et vous rendront indispensable (mais pas trop) auprès de votre tuteur.

  • Faites preuve de savoir vivre

Ponctualité, politesse, et même apparence sont ce sur quoi on vous jugera en premier. Arriver tous les jours à 9h09 au lieu de 9h00 finira par irriter votre tuteur. Rien ne vaut la ponctualité, ne négligez surtout pas ce facteur. Soyez toujours avenant, un sourire n’a jamais tué personne bien au contraire, c’est une porte d’entrée vers l’autre. Soignez votre apparence car on aura beau dire que c’est la personnalité qui compte la composante vestimentaire n’est pas anodine. Il vaut mieux être classe, mais sobre et si vous aviez l’idée de venir en bermuda, on se rappellera surement de vous, mais peut-être pas dans le bon sens…

https://media.giphy.com/media/l0MYOUI5XfRk4LLWM/giphy.gif

  • Osez !

Posez des questions, n’hésitez pas à aller vers vos collègues si vous avez besoin d’aide. Montrez à votre équipe que vous êtes impliqué par ce que vous faite. N’hésitez pas, sollicitez votre maître de stage pour une recommandation, un avis…

Il est très important de se renseigner sur les valeurs de l’entreprise pour laquelle vous souhaitez travailler. Il est plus facile et plaisant de travailler pour une entreprise dont on partage les mêmes valeurs, une même vison globale des choses (Ne travaillez pas pour un boucher si vous êtes végétarien).

  • Soyez force de proposition

N’attendez pas sagement que l’on vous donne du travail, il ne faut pas attendre que ça se passe. Faites des propositions, soyez créatif afin de mettre vos compétences en avant sans avoir peur de paraitre trop ambitieux. On aura plus de chance de se rappeler de vous si vous êtes une plus-value pour l’entreprise.

http://img.tel.pmdstatic.net/scale/http.3A.2F.2Fimages.2Eone.2Eprismamedia.2Ecom.2Fnews.2F7.2F3.2F2.2F2.2Fb.2Fd.2Fa.2F3.2F2.2Ff.2F7.2F7.2F6.2F1.2F6.2F1.2Egif/540xauto/quality/80/image.gif

  • Déconnectez-vous

Adieu Snapchat et Facebook… vous êtes sur votre lieu de travail, même si ce n’est qu’un stage vous devez prendre votre travail au sérieux et cela ne pourra pas être le cas si vous êtes constamment sur votre téléphone. Surtout évitez de vous connecter sur vos réseaux sociaux avec les PC du bureau. Un tuteur un peu trop suspicieux peut très bien et en tout état de cause vérifier votre historique alors évitez Netflix, Asos, et compagnie.

  • Soignez vos relations

Un stagiaire est généralement présent pour 6 mois maximum. C’est court mais cela peut devenir bien long si votre intégration se passe mal. Alors allez vers vos collègues, soyez courtois et encore une fois n’hésitez pas à poser des questions. Les collègues d’aujourd’hui peuvent devenir des membres influents de votre réseau professionnel de demain et puis qui sait, si votre tuteur et votre équipe vous apprécient et qu’il y a une opportunité, votre stage aboutira peut-être à un contrat d’embauche.

https://images.wizbii.com/file/v1/cy61byhv0nlrh7mvbthd59j78sqm4n3g.gif

N’hésitez pas à nous raconter en commentaire vos anecdotes en tant que stagiaire !

7 Conseils pour être plus productif au travail

Une baisse de motivation ? Une production moins vive ?

Cela arrive, c’est pour cela que cet article est fait pour vous !

Voici tous les conseils pour être plus productif, pour que votre employeur soit heureux de votre travail.

Startup Business People Working on Laptop

 

Plusieurs facteurs feront que votre productivité sera meilleure ; quelques exemples :

  • Ecoutez votre corps : s’attaquer à des tâches complexes quand votre énergie est au plus haut niveau. Cela ne signifie pas qu’il faut le faire dans la première heure.  Mais vous connaissez votre corps, donc faites-le au bon moment.

 

  • Priorisez vos tâches : afin que votre esprit soit clair, il est important d’organiser votre journée, attribuez à chaque tâches leur durée. Vous pouvez investir dans un carnet ou un agenda afin d’écrire vos objectifs de la journée (et éventuellement de la semaine ou du mois).

 

  • Etablissez des routines : pour les tâches récurrentes de votre travail, il est important d’établir des routines. Le café le matin en lisant les nouvelles du jour par exemple.

 

  • Regroupez les tâches semblables : par exemple en passant tous les appels les uns après les autres ou encore en envoyant les mails en même temps.

 

  • Bien sûr c’est évident, mais il faut prendre des pauses : au déjeuner reposer son esprit et son corps, mais également prendre 15 minutes quand vous sentez que votre concentration diminue.

 

  • Soyez ordonnés : organisez tous vos fichiers et votre boîte mail. Débarrassez-vous de tous ce qui est inutile (fichiers, dossiers). Rangez le bureau et vos dossiers.

 

  • Créez une liste de cinq minutes : quand vous manquez d’énergie créez une liste de cinq minutes. Le concept est simple, c’est une liste de tâches simple à réaliser en cinq minutes. Elle vous force à faire travailler votre productivité même quand votre concentration est à son plus bas.

 

Tous ces conseils sont faits pour faire travailler votre productivité avec un niveau de concentration bas comme haut.  Il est important que votre esprit soit sain et ordonné, afin que tout soit clair et optimisé pour une meilleure productivité.

Job-Dating : Utilité – Avantages – Inconvénients : On vous explique tout !

Le principe du Job Dating est très simple ; des minis entretiens d’embauche dans un temps imparti, les uns à la suite afin de « charmer » son interlocuteur pour qu’il retienne notre candidature.

Environ 7 minutes d’entretien puis c’est au tour de la personne après vous et ainsi de suite.

En résumé, c’est un maximum d’entretiens dans un minimum de temps !

 pexels-photo-515167.jpeg

L’entreprise doit alors en un rien de temps savoir analyser le candidat afin de trouver celui qui correspond à ses attentes et ce grâce à plusieurs caractéristiques :

  • Les caractéristiques comportementales telles que la gestuelle, l’attitude générale ou encore le regard.
  • Les caractéristiques relationnelles comme le sourire, le vocabulaire et les tocs.
  • Les caractéristiques communications avec la voix, le ton et le débit de parole.

Avantages :

Le Job-Dating  permet d’avoir un vrai contact face à face entre le candidat et l’entreprise (beaucoup moins impersonnel que l’envoi d’un cv, on est d’accord !)

  • Côté candidats cela permet d’enrichir son réseau de contacts et pouvoir ainsi multiplier ses chances dans la recherche d’emploi.

Dernier point mais pas des moindres, cela permet également de postuler à plusieurs offres en même temps grâce à son principe.

Le candidat peut, par le biais du Job Dating, prouver en direct ce qu’il vaut en se « vendant » rapidement.

  • Côté entreprise c’est évidemment une diminution des coûts de recrutement.

L’entreprise gagne aussi du temps et découvre ainsi de nouveau talents.

Inconvénients :

Le Job Dating peux parfois ne pas être considéré comme un processus de recrutement efficace. Plusieurs expériences l’ont prouvé par des ruptures fréquentes de périodes d’essai.

Le candidat peut également ressentir une frustration de ne pas disposer d’assez de temps pour exposer ses qualités.

En comparaison des avantages, les inconvénients sont vraiment minimes.

Le Job-Dating, un plus pour les candidats mais aussi pour les entreprises, on peut donc dire que c’est un TOP !

Les 7 secrets pour la rétention des talents en 2017 !

Parfois, les employeurs oublient de regarder leur vivier interne et ne réalisent pas qu’ils ont une multitude de talents à disposition.

Jusqu’au moment où ils reçoivent cette fameuse lettre de démission. Et là, il est trop tard. Quelles sont les choses à faire pour éviter d’en arriver là ?

Voici 7 choses à faire pour attirer les hauts et forts potentiels, mais aussi pour faire en sorte que vos meilleurs collaborateurs ne vous lâchent pas.

Identifier ses talents

La première étape de la rétention des talents est l’identification des talents. Cela peut paraître simple, mais souvent c’est là qu’échouent de nombreuses entreprises. La plupart des processus d’identification des talents se contentent de gratter la surface. Ils sont conçus à court terme et de manière subjective et évitent de prendre des risques. Comment retenir ce que vous ne pouvez pas voir ? Il faut identifier les besoins à venir et réfléchir à la pénurie de talents : la question concerne le présent, mais aussi l’avenir.

 Savoir prendre des risques

Lorsque l’on confie à quelqu’un une mission compliquée par rapport à ses compétences, cela le motive, donc il faut parfois pendre quelques risques, nommer des personnes pas tout à fait prêtes à de nouveaux postes, et faire des choix audacieux. Encouragez l’épanouissement interne en prenant des décisions fortes basées sur les réussites de chacun.

 Sortir des grilles de rémunération

La plupart des grilles de rémunération récompensent l’ancienneté et l’expérience acquise à l’externe. Cela signifie que les talents qui évoluent chez vous sont probablement payés en-dessous de la moyenne du marché. S’ils veulent une grosse augmentation, ils devront s’en aller. Il va falloir sortir de ces mécanismes internes pour conserver ses meilleurs talents. Il est temps de casser la tirelire.

 Recruter les meilleurs

Quand vous avez l’occasion de recruter, faites-en sorte que cela soit une super embauche. Rien de plus motivant que de voir arriver des personnes compétentes dans une entreprise qui excelle déjà. Une concurrence saine et une émulsion renouvelée sont bonnes à prendre, et secouer le vivier de talents devrait créer une tension positive et productive.

 Gérer la sous-performance

Pourquoi resterait-on dans une entreprise qui accepte la médiocrité et la sous-performance ? En tolérant des performances en-dessous de la moyenne, vous signalez qu’elles ne vous posent pas de problème. Les personnes talentueuses veulent travailler avec d’autres personnes talentueuses, et elles veulent travailler dans des entreprises qui reconnaissent cette envie.

 Personnaliser

Il y a une différence entre laisser vos collaborateurs faire des caprices et avoir une relation personnelle avec eux. Vous allez devoir apprendre à la maîtriser. Un traitement personnel, une relation personnelle, et une gestion de carrière personnelle : tous ces facteurs vous aideront à prouver à vos talents qu’ils sont appréciés. Mais attention à ne pas trop en faire, personne n’aime ceux qui se croient irremplaçables.

 Laissez-les tranquilles

Prouvez votre attention grâce à vos actions, pas grâce à vos processus. Au bout de combien de tests, outils de planification de la succession et modèles vos talents commenceront ils à penser que vous ne pensez pas ce que vous dites ? La rétention des talents n’est pas une question de plans d’action mais d’action. Alors la prochaine fois que vous avez envie d’organiser une réunion pour parler des talents, demandez-vous ce qui a été fait depuis la dernière réunion. Avez-vous consacré plus de temps à agir qu’à parler ?

 

Thibault MALLECOURT – Les Petits Frenchies: A start up that awakens the made in France!

At 30, Thibaut Mallecourt is the happy founder of Les Petits Frenchies, a platform dedicated to French brands. After the web magazine, Thibault Mallecourt and his team launched the e-shop in 2014 which, to date, already federates a large community of French lovers. How did this young entrepreneur, who started from nothing, make Little Frenchies a lightning success of the Made in France? Here’s the whole story:

julien-e1424787846153

Graduate of a Master’s in Entrepreneurship, Thibault Mallecourt becomes in 2010, the Founder of Sowetrip, which is the first community platform of weekend program online offering community travel. Initially, this had only a pedagogical purpose but given the success of the application, a company was created. The business was developed for two and a half years and was then sold to the Easy Voyages agency, where he became the marketing director in 2011. He worked there for a few years and launched in parallel his Web magazine Les Petits Frenchies, a platform dedicated to Brands. Little by little, the magazine took form as an e-shop and today, on social networks, brings together a large community of fans fond of « made in France ».

The birth of a successful brand…

At the time, Thibaut Mallecourt had several blogs that he animated the evenings and the weekends as a hobby. He had several articles on his blog such as « Happy Man », where he listed nice products for men. Then he launched « Make a Man Happy », then « Make a Happy Woman », on the theme of gifts; The last in the series was called « Start-up my love ». In the end, what emerged from all these activities was French entrepreneurship and innovative projects. He therefore merged all these blogs by creating Les Petits Frenchies. From the beginning, he had an economic vision of what he wanted.

Indeed, it started from the observation that France was overflowing with a generation full of ideas, motivated and hardworking. The blog’s ambition was therefore to give visibility to all these people, then to launch an e-commerce approach.

The blog was launched in November 2012 and luckily became part of Nelly Rodi’s newsletter a Parisian trend office, which quickly enabled them to acquire a notoriety and credibility. From that day, he was contacted by about 10 brands per day, who wanted to be present on the site. The online store was launched in March 2014.

Dive into an inspiring world!

At Les Petits Frenchies, the initiatives undertaken by the young French as well as all the France has to offer are highlighted!

The founder says it himself! He is proud of the new generation that is in action filled with energy, ideas and creativity. He continues to promote French startups that he holds for their audacity, their ambition and their creativity! Today he and his team continue to support brands who share their values. Not a day goes by without that something inspiring was born in France! Even if Thibault Mallecourt and his team are focused on the future and, they remain closely attached to their know-how, their heritage, their culture, as well as their icon. They work with the partner brands to create quality content and integrate it into their editorial line. For the selection of products, most of the brands themselves contact the contractor to offer their products. Each week he and his team will review those who contacted to make a product selection that seems promising checking even though French brand.

A creative and responsible start-up!

Most of the brands emphased on Les Petits Frenchies are made in France, or at least a part of their manufacturing process takes place in France. There is a real will to promote traditional manufacturing and know-how « à la française » but also to show that it is still possible, at the time of globalization, to manufacture in France and so, to avoid pollution and transportation logistics.

The team seeks to spotlight brand respectful of the principles of ecology and engaged in sustainable development. Bios preparations for breads, organic olive oil, recycled books, organic ice teas, eco-designed and many other paper towels still belong.

Today, the company is growing very fast but is still young. Even if they aren’t major communication campaigns, their popularity is 99% effective. Their digital communication allows them to federate an active community and quality and to ensure a daily exchange with brands and their readers. All brands of the e-shop are also on the web magazine through interviews or articles which brings them high visibility.

In this general gloom, we found in Les Petits Frenchies a lot of optimism and freshness!

Comment réussir sa période d’essai ?

Dans la plupart des entreprises, la période d’essai est une étape inévitable et obligatoire à passer avant de se faire embaucher… officiellement.

Une odeur d’encre fraîche se dégage du papier… Ça y est ! Vous allez signer votre contrat de travail. Comporte-t-il une période d’essai ? Si elles ne sont pas obligatoires, les périodes d’essai sont répandues dans la plupart des entreprises. Une manière de protéger les sociétés, mais aussi les employés. Durant ces quelques semaines, voire mois, les deux parties peuvent mettre fin à leur collaboration sans aucune justification. « Cela permet au salarié de vérifier que le poste correspond réellement à ses aspirations et à l’employeur d’évaluer les compétences de la personne recrutée, mais aussi sa capacité d’intégration », selon Frédérique Guénot, auteur de Réussir mes premiers mois dans l’entreprise.

Comprendre, apprendre et surprendre !

Son succès ne dépend pas que de vous. « Il implique d’abord le responsable, qui doit être présent pour faciliter l’intégration du nouvel employé et lui expliquer la culture de l’entreprise, mais aussi les autres membres de l’équipe, qui doivent tout mettre en œuvre pour accueillir leur nouveau collègue », souligne la spécialiste. Durant ces premiers mois, vous serez scruté de près, mais c’est d’abord à vous d’observer attentivement le fonctionnement de votre société. « Il faut comprendre, apprendre et surprendre », nuance l’auteur.

« Comprendre » en repérant les personnes influentes et les codes cachés. « Apprendre » en adaptant son comportement à la culture interne et « surprendre » en développant son expertise. « Durant sa période d’essai, le salarié doit être proactif, prendre des initiatives et conquérir son autonomie. Il faut mettre en avant ses capacités d’anticipation et de réactivité ».

Tisser des liens avec ses collègues est très important !

Attention toutefois à ne pas trop en faire… « On dit souvent qu’on travaille beaucoup plus les six premiers mois, mais il faut prendre garde aux mauvaises habitudes, qui peuvent conduire à l’épuisement. Trop de présentéisme peut également susciter des craintes chez ses collègues. » Car la réussite de votre période d’essai dépendra aussi des liens que vous arriverez à créer avec eux. Des liens professionnels et non pas amicaux. « Il faut éviter de mettre trop d’affect. Cela peut se retourner contre vous et sera plus compliqué à gérer si vous entrez dans la hiérarchie par la suite. »

La loi concernant la période d’essai

La période d’essai n’est pas obligatoire, mais elle le devient dès lors qu’elle est inscrite dans un contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Elle se limite alors à deux mois pour les ouvriers, trois mois pour les agents de maîtrise et les techniciens et quatre mois pour les cadres. Elle peut être renouvelée une fois si la convention collective de la profession l’autorise et si ce renouvellement est stipulé dans le contrat. La période d’essai existe aussi pour les contrats à durée déterminée (CDD). Dans ce cas, elle ne peut dépasser deux semaines pour les embauches inférieures ou égales à six mois et un mois pour celles supérieures à six mois.

Quelques idées pour chouchouter ses salariés à la rentrée

La rentrée est morose, l’ambiance n’est pas au mieux dans votre entreprise ? Comment secouer le moral des troupes et remotiver son équipe sur des bases concrètes ?                 Tous les chefs d’entreprises et les managers le savent désormais : les résultats financiers sont loin d’être les éléments les plus importants pour la pérennité d’une entreprise. L’engagementla motivation et le bien-être des salariés sont des critères déterminants pour qu’une entreprise soit compétitive et performante durablement. Avant tout, laissez vos collaborateurs reprendre leurs marques. Il est important de leur laisser un petit temps d’adaptation pour assurer la transition et de ne pas noyer ses salariés sous des dossiers dès qu’ils franchissent la porte de leur bureau. Pour cela, voici quelques conseils d’experts.

chouchouter ses salariés à la rentrée

Favoriser les discussions individuelles :                                                                                                 Sondez le moral des troupes grâce à des discussions informelles avec chacun de vos collaborateurs. Le retour est difficile pour tout le monde, ils seront heureux que vous preniez un peu de temps « gratuit » avec eux pour savoir comment ils vont, si leurs vacances ont été bonnes, comment ils se sentent face aux projets qui les attendent… En effet, l’intérêt sincère que vous portez à une personne est un élément-clé de sa motivation.  Ces entretiens permettront sans doute de l’amener à évoquer ses peurs, ses réticences… Enfin, n’oubliez pas d’entretenir la motivation de vos salariés. C’est au manager d’en avoir conscience et de chouchouter particulièrement ses collaborateurs lorsque la période est difficile.

Puis, organiser rapidement une réunion d’équipe :                                                                   Sous forme de brainstorming, histoire de remotiver tout le monde et de définir clairement les taches et objectifs à accomplir pour chaque salarié. Il est aussi important de faire appel à leur créativité pour les mobiliser et leur donner de l’énergie et de l’envie, pour aller de l’avant. À condition, bien sûr, que les idées issues du brainstorming soient effectivement mises en place par le manager. L’important pour lui est de donner du sens à la vie en entreprise : Quel est le sens de notre activité ? À quoi servons-nous ? Quelles sont nos valeurs ? Qu’est-ce qu’un comportement éthique dans notre métier? Pour nous, qu’est-ce qu’une relation client réussie ? Il suffit qu’une ou deux idées fonctionnent pour relancer le dynamisme de l’équipe et donner envie à chacun de continuer à chercher des idées nouvelles. Enfin, tout dépend du secteur d’activité : on peut réfléchir à l’organisation de l’équipe et des tâches selon les fonctions administratives ou à la manière d’approcher de nouveaux prospects ou de fidéliser les clients dans un service commercial, par exemple.                       

Pour le confort des salariés, le cadre de travail doit être idéal :                                               Le but est de créer une atmosphère où ils se sentent bien. C’est en effet, un des premiers éléments qui permet de doper la productivité des salariés. Mettre à disposition une salle de repos équipée d’un babyfoot et de canapés pour se détendre et discuter entre collègues par exemple. Les postes de travail doivent également être confortables et adaptés aux tâches qui y sont effectuées. Sonder les collaborateurs pour savoir ce qu’ils souhaitent peut-être un excellent moyen, non seulement pour améliorer le cadre de travail de manière pertinente, mais en plus, de montrer sa considération à ses collaborateurs! C’est simple, ça ne coûte pas cher mais ça peut rapporter gros. Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir que c’est une des recettes de Google qui génère des milliards de bénéfices…

Valoriser sa culture d’entreprise :                                                                                                          Aujourd’hui, les salariés ont plus souvent besoin de donner du sens à leur travail et d’avoir un sentiment d’appartenance pour avancer. Il suffit de voir les entreprises qui font état d’un turn-over important ou celles qui connaissent des vagues de suicide. Il est donc clair que les salariés sont en demande de culture d’entreprise, d’identité, de cohésion. Pour cela, de nombreuses voies existent : établir avec les collaborateurs une charte d’entreprise, mettre en place des dispositifs d’accompagnement des nouveaux salariés par parrainage, créer des évènements d’entreprise, etc. Empathiecréation de senscohésion : voilà les maîtres-mots d’un management efficace.

Dépasser la valorisation financière :                                                                                                     Sachez que de nos jours, la valorisation financière est loin d’être la plus importante. Il convient donc de dépasser cette idée selon laquelle les salariés veulent juste être plus payés : car même avec des salaires élevés, si les conditions de travail sont insupportables, la productivité sera médiocre. A l’inverse, il peut être intéressant de penser aux Perco et autres plans d’épargne d’entreprise qui satisfont souvent les salariés, tout en permettant à chacun (salariés et entreprise) de réaliser des optimisations fiscales intéressantes.

Le but est donc de garder en tête que la motivation des salariés passe par leur épanouissement et par un environnement de travail de qualité. Ainsi, les salariés seront heureux d’évoluer dans un cadre attrayant et pourront concilier vie professionnelle et personnelle, grâce à des services qui leurs feront aussi gagner du temps.

Comment augmenter sa productivité au travail ?

Ceux qui atteignent des niveaux de productivité élevés n’ont rien d’extraordinaire. Mais ils ont su développer des habitudes simples qui leur permettent de réaliser en un an ce que la plupart des gens mettent 10 ans à réaliser. N’importe qui peut améliorer ainsi sa productivité en intégrant ou en renforçant certaines habitudes.

comment augmenter sa productivité

-L’habitude de mettre ses objectifs par écrit :

Il est nécessaire de prendre l’habitude de mettre ses objectifs par écrit. Nous recevons trop d’information à traiter chaque jour et finalement il n’y a que les documents portant la mention « Urgent » qui obtiennent le plus souvent notre attention. Alors, mettez vos objectifs par écrit avec la mention « Urgent » ou « A faire absolument » et il y aura de plus fortes chances que vous les lisiez et travailliez sur eux.

– L’habitude de faire ce qui a été planifié et sans excuses :

L’habitude de faire ce qui a été planifié et sans excuses permet d’optimiser la valeur de ses journées et de se voir progresser dans la réalisation de ses objectifs. Pour cela, il n’y a que la discipline, soit le fait d’avoir tenu ses promesses envers soi-même.

– L’habitude d’avoir un plan d’action avant de commencer :

Rien de fixe évidemment mais une liste de choses précises à faire en certaines circonstances. Cela donne plus d’orientation et aide à ne perdre aucune minute, au lieu d’attendre que le premier appel ou e-mail d’urgence tombe, pour véritablement démarrer sa journée, parce qu’elle n’a pas été planifiée à l’avance.

– L’habitude de savoir clairement le résultat à atteindre et la bonne chose à faire :

Le fait de savoir clairement les résultats à atteindre, permet de regarder à chaque fois la référence et vérifier si ce que vous obtenez comme résultats et le rythme auquel vous l’obtenez correspond à la norme et à ce qui est attendu. Avec les tableaux de bord et toute la batterie d’outils de mesure et d’optimisation de la performance dont nous disposons maintenant, l’exercice devrait être de plus en plus facile. Vous pouvez aussi prendre exemple sur les personnes qui les ont déjà atteints, observez et étudiez les méthodes que ces derniers utilisent, pour se les approprier.

–  L’habitude de faire aujourd’hui, mieux qu’hier :

En général, les personnes diminuent leur rythme de travail d’aujourd’hui parce qu’ils sont impressionnés eux-mêmes par ce qu’ils ont pu faire hier. Ne tombez dans ce piège. Soyez plutôt impressionnés par ce que vous avez pu être capable de faire, ce qui n’est que le commencement de ce que vous êtes encore plus capable de faire.

-l’habitude de suivre un rythme idéal : 52 minutes de travail, 17 minutes de pause :

Une étude menée par la société DeskTime montre que le rythme idéal consiste à travailler 52 minutes consécutives avant de prendre une pause de 17 minutes (et ainsi de suite). Les journées de travail à rallonge sont également montrées du doigt, vous devriez éviter ! Par ailleurs, si vous subissez trop de stress ou trop de pression, n’oubliez pas de faire une pause et prendre des vacances.  Une étude menée par la société DeskTime montre que le rythme idéal consiste à travailler 52 minutes consécutives avant de prendre une pause de 17 minutes (et ainsi de suite). Les journées de travail à rallonge sont également montrées du doigt, vous devriez éviter ! Enfin, arrêtez d’être multitâche. Le multitasking est réellement dangereux et de nombreuses études le prouvent. Selon Fuze, on a besoin de 25 minutes pour se replonger dans une tâche après l’avoir interrompue.

Pour conclure, lorsque vous définissez des objectifs quotidiens et hebdomadaires qui sont réalistes et pas trop difficiles à réaliser, vous serez plus motivé pour les atteindre. Lorsque vous tenez compte de la façon dont fonctionne votre cerveau, il devient infiniment plus facile de vaincre la procrastination et cesser de perdre votre temps. Faire progressivement de petites améliorations pour améliorer sa productivité, vous récompenser, trouver votre niveau de résistance, avoir l’esprit attentif, et cultiver votre niveau de concentration et de dépense énergétique sont autant de façons d’être bon avec vous-même et avoir du plaisir pendant que vous investissez dans votre productivité.

Powered by WordPress.com. Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑